.
-

Ferrer (San Vicente), souvent nommé en français Vincent Ferrier, dominicain et prédicateur né à Valence (Espagne) vers 1357, mort à Vannes, en Bretagne , le 5 avril 1419. Il entra dans l'ordre de Saint-Dominique et parcourut l'Espagne, la France, l'Angleterre, l'Irlande et l'Allemagne, à partir de 1397, préchant avec véhémence contre les vices du siècle et menaçant la chrétienté des colères célestes. Sa parole, vigoureuse et triviale dans son énergie, faisait éclater l'auditoire en sanglots et provoquait souvent des conversions soudaines. Mariana affirme qu'il accomplit des miracles fréquents, au cours de sa mission religieuse; il rendait, dit-il, la vue aux aveugles, guérissait les paralytiques et les malades et « ressuscitait même les morts-». 

Par l'effet de son éloquence, dit-on, 8000 musulmans et 35 000 juifs (La diaspora juive) reçurent le baptême, en Castille (1404). Nombre d'autres renoncèrent à leur foi, à la suite des conférences que l'ardent dominicain eut avec les chefs de la Synagogue, dans les juiveries d'Aragon (1414). 

Cette oeuvre de prosélytisme était d'ailleurs énergiquement secondée par le pape Benoît XIII et par les ordonnances qu'il rendit contre les hérétiques juifs et maures. Après la mort du roi Martin d'Aragon (1410), Valence choisit Vicente Ferrer et son frère, le chartreux Fray Bonifacio, pour la représenter à l'assemblée chargée de prononcer entre les prétendants au trône d'Aragon. Ferrer soutint l'infant Ferdinand de Castille, fils de Juan Ier, et annonça lui-même son élection, à la suite d'un sermon, devant le peuple réuni (1412). 

Ferrer mourut dans un couvent de Vannes où il avait passé les dernières années de sa vie, avec quelques religieux de son ordre, et fut enterré dans cette ville. Pendant les troubles de la Ligue, en 1592, Philippe II réclama les vénérables restes du saint espagnol. Comme il ne put les obtenir, quelques soldats valenciens, en garnison à Vannes, cherchèrent à les dérober. Les chanoines durent les cacher, et réussirent ainsi à les conserver à leur église. Vicente Ferrer fut canonisé, sous le pontificat de Calixte III, en 1455. (L. Dollfus).

Ferrer (Bartholomeo), et non, comme on trouve parfois, Ferrelo, navigateur espagnol du XVIe siècle. Il fut attaché, en 1542, comme premier pilote, à l'expédition envoyée sur la côte occidentale de la Californie par le vice-roi du Mexique, Antonio de Mendoza, sous les ordres de Juan Rodriguez Cabrillo. A la mort de celui-ci, en 1543, Ferrer prit le commandement de l'expédition. Ferrer navigua jusqu'au cap Blanc, mais le froid et le manque de vivres l'obligèrent à faire voile pour la Nouvelle-Grenade.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.