.
-

Les départements français
Le Territoire de Belfort
[Histoire du Territoire de Belfort]
Le Territoire de Belfort  est un département de la France qui fait aujourd'hui partie de la région Franche-Comté. Il porte le nom de la forteresse qui surveille la "trouée de Belfort", vaste dépression située entre les Vosges et le Jura. Il a été le seul reste de l'Alsace qu'avait laissé à la France le traité de Francfort conclu à la suite de la guerre de 1870-1871. Mais après le retour de l'Alsace-Lorraine à la France au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est resté séparé administrativement de l'Alsace.
Principales communes
Rang Commune Population
1
Belfort 52 342
2
Delle 6 159
3
Valdoie 5 249
4
Beaucourt 5 095
5
Bavilliers 4 969
6
Danjoutin 3 650
7
Offemont 3 453
8
Giromagny 3 348
9
Essert 3 240
10
Grandvillars 3 191
Rang Commune Population
11
Châtenois-les-Forges 2 846
12
Évette-Salbert 2 114
13
Bourogne 1 962
14
Cravanche 1 933
15
Étueffont 1 552
16
Chèvremont 1 455
17
Rougemont-le-Château 1 450
18
Joncherey 1 394
19
Méziré 1 387
20
Andelnans 1 277
Toutes les communes du département sont regroupées dans l' arrondissement de Belfort.

Le Territoire de Belfort est borné au Nord-Est et à l'Est par l'Alsace (Haut-Rhin), au Sud et au Sud-Est par la Suisse (canton de Berne); au Sud-Ouest par le département du Doubs; à l'Ouest par celui de la Haute-Saône; au Nord par celui des Vosges.

Le pourtour total est évalué à 130 km environ ; il enferme une superficie de 61,044 hectares; sa plus grande longueur, du Nord au Sud, est de 45 km; sa plus grande
largeur, de l'Ouest à l'Est, est de 22 km. Le point culminant est le ballon d'Alsace (1260 m.); le point le plus bas, le confluent de la rivière Saint-Nicolas avec l'Allaine (330 m). La ligne de plus basse altitude suit la rivière de Saint-Nicolas et le canal du Rhône au Rhin qui sont dirigés du Nord-Est au Sud-Ouest.

Curiosités naturelles

Le Territoire de Belfort n'a pas de curiosités naturelles proprement dites, si ce n'est la grotte de Cravanche; mais la partie montagneuse ou vosgienne du département offre des vallées renommées pour leurs paysages, des montagnes couvertes de belles forêts, de vastes panoramas, notamment celui du Ballon d'Alsace.

Parmi les vallons, nous signalerons surtout celui de Lepuix, qui s'ouvre dans la vallée de la Savoureuse et qu'arrose le ruisseau de la Beucinière. 

« Vous tous, a dit Charles Nodier, qui avez voyagé dans tous pays et qui n'avez point vu la gorge romantique du Puix, il vous reste un voyage essentiel à faire. »

Relief du sol. 

Structure générale.
Le Territoire de Belfort est composé en partie majeure par le léger dos de terrain qui sépare les Vosges des dernières ramifications du Jura et qui est à une altitude très inférieure à celle de ces deux chaînes. L'altitude de cette plaine est d'environ 350 m entre Delle et Masevaux, à l'extrémité du département : on lui donne le nom de col on seuil de Valdieu. Plus à l'Ouest, elle se resserre encore et s'accidente de quelques collines.
Cet ensemble forme, disait Reclus, « la fameuse Trouée de Belfort qui donne passage à un canal, plusieurs routes et chemins de fer et que surveille une puissante forteresse. Pour les relations pacifiques et guerrières des nations limitrophes, cette large ouverture, qui permet de contourner au Nord le rempart du Jura, au Sud celui des Vosges eut toujours une importance capitale et des événements, récents [la guerre de 1870] ont prouvé que, même de nos jours, après la construction de tant de routes entre les deux versants des monts, cette plaine intermédiaire est restée une des grandes voici; historiques de l'Europe. » 
L'orographie du département est formée :  1°, au Nord par les dernières ramifications des Vosges; ces montagnes couronnées de sapins, de chênes; de hêtres et de châtaigniers sont séparées des plaines par des élévations intermédiaires couvertes de vignes; 2° au Sud par les derniers contreforts du Jura.

Région des Vosges.
A l'extrémité septentrionale du territoire se dresse le Ballon d'Alsace (1260 m), qui en est le point culminant et d'où la vue s'étend au Sud jusqu'aux sommets des Alpes bernoises et aux glaciers du Mont-Blanc.

Du Ballon d'Alsace se détachent deux ramifications importantes, l'une vers le Sud-Est, l'autre vers le Sud-Ouest entre les deux est creusée la vallée de la Savoureuse. La chaîne occidentale, la moins considérable, mais la plus élevée des deux, sépare la vallée de Giromagny de celle de Rahin (Haute-Saône) et forme la ligne de séparation entre la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. Les principaux sommets affectent cette forme arrondie qui leur a fait donner le nom de ballons, ou celle de petits plateaux généralement boisés, dits Hautes-Chaumes. Ce sont : du Nord-Est au Sud-Ouest, le ballon de Saint-Antoine (1001 m), la Planche des Belles-Filles (1150 m) et le mont Saint-Jean (815 m), au Sud duquel l'altitude passe subitement à 300 m. 

La chaîne orientale, large d'environ 10 km, sépare la vallée de Giromagny de celle de Masevaux (AIsace). Elle donne naissance aux rivières de la Madeleine, de Saint-Nicolas et de Riérvescemont. Les principaux sommets sont, du Nord-Ouest au Sud-Est, le Signal des Plaines (1091 m), le Boerenkopf (1077 m), le Signal de Sudet (928 m) et la montagne des Boulles (800 m), après laquelle l'altitude s'abaisse à 400 m. Le reste du cours de la Savoureuse est dominé par des hauteurs qui varient généralement entre 400 m et 600 m. On peut citer la montagne de Salbert (647 m), la forêt d'Arsot (493 m), que dominent au Nord-Ouest et au Nord la place de Belfort, la Miotte, la Justice, collines voisines de la ville, élevées d'une cinquantaine de mètres au-dessus de la rivière.

La partie orientale du département entre Belfort et la bordure orientale n'atteint même plus 400 m.

Région du Jura. 
Au Sud-Est de Delle, la trouée est formée par les contreforts calcaires, en partie boisés, qui atteignent 512 m à la forêt de Florimont. C'est le commencement du Jura.

Géologie

Le Territoire de Belfort se divise au point de vue géologique en trois parties différentes qui correspondent à la structure orographique; d'un côté, les régions montueuses du Nord et du Sud appartiennent, la première au système vosgien, la seconde au système jurassique; de d'autre, la région basse de l'Est est formée de sédiments pliocènes.

Région vosgienne.
Le territoire s'abaissant depuis un des sommets culminants des Vosges, le Ballon d'Alsace, jusqu'à leurs dernières ramifications, nous offre un échantillon très net de la disposition typique de cette chaîne. On descend des granites et des schistes du soulèvement principal qui forment les hauts sommets, aux grès vosgiens, soulevés de chaque côté sur les premiers plateaux; ces grès eux-mêmes surgissent brusquement au-dessus de la région simplement ondulée du Trias, dont les surfaces tranquilles et peu élevées contrastent avec la région montagneuse. En allant du Nord au Sud, on trouve d'abord deux vastes massifs dirigés de l'Ouest à l'Est : le premier, de syénites, que forme le Ballon d'Alsace; le second, de schistes dévoniens sur la lisière Sud duquel sont situés Giromagny et Rougemont. On y rencontre en nombre d'endroits des éruptions de mélaphyres accompagnées de nombreux filons métallifères; ces éruptions montrent qu'après le soulèvement principal qui a donné naissance aux ballons, c.-à-d. postérieurement au Trias, il s'est produit divers exhaussements successifs. L'exploitation de ces filons, a été jadis très active à Giromagny (belles zones de galène et de cuivre gris).

Aux schistes dévoniens, succède une bande de vieux grès rouge aux contours irréguliers. Puis on arrive aux trois assises du Trias : le grès bigarré vosgien, le muschelkalk et les marnes irisées.

Région jurassienne.
Les zones jurassiques succèdent immédiatement au Trias; elles sont dirigées du Nord-Est, au Sud-Ouest; c'est sur ces terrains que se trouve Belfort. On rencontre successivement les grès infra-liasiques, le calcaire à gryphée arquée, et les deux étages de l'oolithe, le bajocien et le bathonien. De ces divers étages, c'est le bathonien qui occupe la plus grande surface sur le Territoire de Belfort : on y trouve Châtenois, Grandvillars et Delle.

Région de l'Est.
La région la moins élevée du département, celle de l'Est, où passe le canal du Rhône au Rhin, n'est autre chose qu'un lambeau de la grande plaine pliocène qui s'étend jusqu'à Bâle.

Enfin, ajoutons que l'on rencontre deux bandes parallèles de terrain miocène sur les deux rives de l'Allaine au voisinage de Morvillars; et des terrains d'alluvion sur les berges de la Savoureuse et de l'Allaine.

Régime des eaux

Le Territoire de Belfort appartient au bassin du Rhône; tous ses cours d'eau se déversent dans l'Allaine, tributaire du Doubs. L'Alaine, appelée aussi Alle, Halle ou Allan, à partir de l'embouchure de la Savoureuse, a un cours de 67 km, dont 35 en France. Elle naît en Suisse, pénètre dans le territoire de Belfort, en amont de Delle, traverse les commune de Delle, Joncherey, Thiancourt, Grandvillars, Morvillars, sépare durant quelques km le territoire de Belfort du département du Doubs, et pénètre enfin dans ce dernier.

Les principaux affluents de l'Allaine sont : à droite, 1° la Cavatte, qui naît dans le canton de Berne (Suisse), puis entre dan le territoire de Belfort; elle y baigne Courcelles, Florimont, oit tombe la Vendeline, Faverois, et se jette dans I'Allaine à Joncherey; 2° la rivière de Saint-Nicolas (39 km) qui descend du Barenkopf, traverse Rougemont, Leval, Petite-Fontaine, la Chapelle-sous-Rougemont, Angeot, Larivière, Fontaine, Foussemagne, Montreux-Château; rencontre le canal du Rhône au Rhin, qui suit son cours jusqu'à la limite du département; baigne encore Froide-Fontaine, Bourogne, et se jette dans l'Allaine aux forges de Méziré, à la limite du Territoire de Belfort. Ses affluents de droite sont : le Magrobach, alimenté par, les étangs de Saint-Germain et de Romagny; la Madeleine (20 km) qui naît au Ballon Gunon (925 m) arrose le Madeleine, Etueffont-Haut, Etueffont-Bas, Anjoutey, Bethonvilliers, la Collonge, puis reçoit successivement : près de Petit-Croix, l'Autruche qui passe à Bessoncourt; en amont d'Eschêne, la Praille et la Bousserat; en aval de Froide-Fontaine, la Praie; 3° la Savoureuse (40 km), qui naît au Ballon d'Alsace, coule dans une profonde gorge boisée, arrose Lepuix, Giromagny, Chaux, Sermamagny, Valdoie, Belfort, Danjoutin, Andelnans, et quitte le Territoire de Belfort pour se jeter peu après dans le Doubs. Elle reçoit : à droite, la Beucinière, qui sort du Ballon de Saint-Antoine; le Rhôme, qui sort de la Planche des Belles-Filles, passe à Auxelles-Haut, Auxelles-Bas et à Lachapelle-sous-Chaux; le Vert-Botté, alimenté par les étangs d'Evette; la Douce;  à gauche, les ruisseaux de la Goutte-des-Forges et de la Goutte-Thierry, sortis du Signal des Plaines; la Waivre, qui sort de la Forêt de Grande-Roche (1069 m), passe à Vescemont, Rougegoutte et Eloie.

Etangs.
Le Territoire de Belfort renferme un nombre considérable de petits étangs, Le plus grand est celui de Malsaucy long de 1500 m, voisin de ceux de Sermamagny et des Barbeaux. Citons encore : l'étang la Femme, l'étang de la Vieille, entre les vallées de la Savoureuse et de la Waivre; l'étang des Forges, près de Belfort; les Rouges-Etangs, les étangs des Charmettes près de Levai, etc.

Climat

Le territoire de Belfort est soumis à deux climats différents; le climat vosgien et le climat rhodanien.

Le premier règne sur toute la région située au Nord de Belfort; il est caractérisé par un hiver long et rigoureux, de brusques variations de température, et une grande humidité. On a vu le thermomètre descendre en hiver à -26°C et monter en été à +32°C. La moyenne des jours de pluie ou de brouillard est de 130. Il tombe par an de 80 cm. à 1 m d'eau, proportion supérieure à la moyenne de la France qui est de 77 cm. Les vents dominants y sont celui du Sud-Ouest, qui amène la pluie, et celui du Nord-Ouest ou bise qui amène le temps sec et le froid. 

Le climat rhodanien règne sur le Sud du territoire. Il n'a ni la régularité du climat séquanien ou méditerranéen, ni la dureté du climat vosgien : il est caractérisé par la beauté de l'automne. La quantité de pluie qui tombe annuellement dans cette région est de 60 cm à 80 cm.

Faune et flore naturelles

Les forêts couvrent le flanc des montagnes, et une partie des plaines; le chêne, le hêtre, le pin, le sapin, le mélèze, le bouleau, le châtaignier, croissent dans les régions élevées; l'orme,, le frêne, le peuplier, le Tilleul, l'érable, le robinier, dans les régions inférieures. Parmi les animaux sauvages, on remarque le loup, le renard, le chat sauvage, la loutre, le blaireau. Les sangliers existent en certain nombre; le cerf et le chevreuil sont plus rares. Le gibier de plume et de poil abonde. L'aigle, l'épervier, la buse, sont les oiseaux de proie les moins rares; la vipère et la couleuvre sont communes. Les rivières sont assez poissonneuses. (GE).

 
.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][France]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2010 - 2012. - Reproduction interdite.