.
-

Eusèbe, surnommé Pamphile, célèbre évêque de Césarée (en Palestine), auteur dans leque on a vu le père de l'histoire eccléssiastique, né vers 270, mort vers 338, se lia de bonne heure avec le vertueux Pamphile, dont il joignit le nom au sien en preuve d'affection; visita les solitaires de l'Égypte et de la Thébaïde, fut fait évêque de Césarée en 315 et refusa le siège d'Antioche que lui offrait l'empereur Constantin. Il assista au concile de Nicée (325) et eut part à la rédaction du symbole qui y fut rédigé. Cependant on lui a reproché d'avoir penché vers l'arianisme. Il contribua en effet avec les évêques ariens à faire déposer Eustathe au concile d'Antioche (330) et sollicita de Constantin, dans les conciles de Césarée et de Tyr (334), l'exil de S. Athanase et le rappel d'Arius. D'anciennes chroniques le placent au nombre des saints, mais l'Eglise ne le reconnaît pas pour tel. 

Eusèbe était un des hommes les plus savants de l'Antiquité : il a laissé un grand nombre d'ouvrages précieux pour l'histoire, surtout pour celle de l'Église primitive; tous sont écrits en grec. Les principaux sont : Histoire ecclésiastique, en 10 livres, depuis J.-C. jusqu'à la défaite de Licinius; Préparation et Démonstration évangéliques (on y trouve un fragment attribué à Sanchoniathon); Vie de l'empereur Constantin et Panégyrique de ce prince; Apologie d'Origène; Topographie de la Terre-Sainte, trad. par S. Jérôme; quelques ouvrages de théologie; enfin une célèbre Chronique, qui va depuis le commencement (biblique) du monde, jusqu'à jusqu'à la 20e année du règne de Constantin l'original grec de cet ouvrage s'est perdu, mais nous en possédons une traduction latine avec continuation par S. Jérôme, publiée par Scaliger en 1606; on en a retrouvé en 1784 une traduction arménienne. (A19).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.