.
-

Erdmann (Otto Linné), chimiste né à Dresde en 1804, mort à Leipzig en 1869. Il se fixa à Leipzig où il fut nommé en 1830 professeur de chimie et où il fonda en 1842 un laboratoire bien organisé. Ses principales recherches ont porté sur le nickel et l'indigo. Il fit également, en collaboration avec Marchand, un travail sur les poids atomiques des corps simples. ll fut rédacteur en chef du Journal für technische Chemie (Leipzig, 1828-1833) et du Journal für praktische Chemie (Leipzig, 1834 et suiv.). (D. B.).
Erdmann (Johann Eduard). - Philosophe né à Wolmar, en Livonie, le 13 juin 1805. Il a fait ses études de théologie à l'université de Dorpat, puis à celle de Berlin où il suivit pendant deux ans les cours de philosophie de Hegel et de Schleiermacher (1826-28). Rentré dans sa ville natale, il y fut nommé premier prédicateur et pasteur, mais il revint en 1832 à Berlin, y prit ses grades en 1834 et devint en 1836 professeur de philosophie à l'université de Halle.

Dans ses nombreux ouvrages proprement philosophiques, Ed. Erdmann ne s'est guère éloigné du point de vue de Hegel. Comme historien de la philosophie, il a laissé deux ouvrages de premier ordre : Versuch einer wissenschaftl. Darstellung d. neuern Philos. (I, Riga, 1834-36 ; II, III, Leipzig, 1840-53); et Grundriss d. Gesch. d. Philos. (Berlin, 1855, 2 vol.; 3e éd., 1878). Il est surtout connu à l'étranger par son utile édition des Oeuvres philosophiques de Leibniz en 1 seul vol. (Berlin, 1840, in-4). (Th. Ruyssen)..

Erdmann (Benno). - Philosophe né le 30 mai 1851. Il a fait ses études à l'université de Berlin où il devint bientôt privat-docent de philosophie. Il fut appelé, en 1878, à la chaire de philosophie de l'université de Kiel, et de là passa à l'université de Breslau. Si l'on excepte un des premiers ouvrages de ce philosophe, Die Axiome der Geometrie (Leipzig, 1877), essai sur la valeur philosophique des théories géométriques de Riemann et d'Helmholtz, on peut dire qu'il a surtout attaché son nom à l'étude de la philosophie allemande du XVIIIe siècle et à la critique de l'oeuvre de Kant, dans laquelle il croit retrouver les traces d'une évolution ou même d'une déformation progressive qu'aurait subie la pensée du philosophe. (Th. Ruyssen).
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.