.
-

La Enseñada (Zenon de Somodevilla y Bengoechea, plus connu sous le titre de marquis de), homme d'État espagnol, né à Hervias, dans la Rioja, le 25 avril 1702, mort à Medina del Campo le 2 décembre 1781 (L'Espagne au XVIIIe siècle). D'une famille assez pauvre, il était en 1720 surnuméraire au ministère de la marine, en 1725, commissaire de matricules sur la côte de Catalogne; malgré son jeune âge, on lui confia des missions importantes, et en 1732 il fut administrateur de l'escadre qui alla reprendre Oran; peu après, nous le voyons intendant de l'armée qui alla conquérir pour l'infant Carlos le royaume de Naples, et au retour il reçoit, pour prix de ses services, le titre de marquis de La Enseñada (marquis des ports, dit-on). 

A la mort de Patiño, son protecteur, il devint, sous le titre de secrétaire de l'amirauté et intendant, un vrai ministre de la marine (1737). Il fit d'importantes réformes et prit part à l'expédition de l'infant Philippe en Lombardie (1741); c'est au milieu de cette campagne qu'il reçut, par suite de la mort de Campillo, le brevet de ministre de la guerre, de la marine, des Indes, des finances, gouverneur du conseil, etc. Malgré ses résistances, il dut accepter ces lourdes fonctions. II les conserva à la mort de Philippe V, sous son fils Ferdinand (1746), remettant de l'ordre dans l'administration des finances, supprimant les douanes intérieures, donnant plus de liberté au commerce avec l'Amérique, créant des routes, le canal de Castille, encourageant la marine marchande, développant la marine de guerre, fondant le collège des gardes-marine, les arsenaux du Ferrol et de Carthagène, le collège de médecine et l'observatoire de Cadix; il protégeait les lettrés, les savants, les artistes, ordonnait les explorations scientifiques de Jorge Juan, d'Ulloa, de Burriel, négociait le concordat de 1753 avec le pape Benoît XIV et mettait à l'étude la rédaction d'un code et le levé d'une carte générale de l'Espagne quand il fut renversé. 

A l'extérieur, il était partisan de l'union avec la France, tandis que les autres ministres, Carvajal, d'origine anglaise, et Wal, de famille irlandaise, penchaient vers l'alliance avec l'Angleterre. Les intrigues de ce parti aboutirent, après la mort de Carvajal, à obtenir de Ferdinand VI qu'il renvoyât son actif et habile ministre; par un décret signé dans la nuit du 21 juillet 1754, Ensenada fut privé de tous ses emplois et exilé à Grenade; on voulait même lui faire un procès, mais la reine s'y opposa, et il reçut plus tard une pension. En 1759, Charles III, en montant sur le trône, rappela à la cour Enseñada, mais il n'eut pas le ministère que détenait le marquis d'Esquilache; plus tard, comme on le savait favorable aux jésuites, il dut, par l'ordre de d'Aranda, se retirer à Medina del Campo. Toutefois, on le consultait assez souvent. Il laissa la réputation d'un bon ministre et d'un homme désintéressé, les gros traitements dont il jouissait justifiant très bien le luxe qu'il aimait à étaler. Sa vie a été écrite avec détails par D. Martin Fernandez Navarrete. (E. Cat).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.