.
-

 L'histoire de l'Amérique > les Aztèques]
Les Aztèques
L'Empire aztèque

Arrivée des Aztèques dans l'Anahuac. Luttes avec les Tépanèques

C'est à l'époque où les cités acolhuaques commençaient à se développer librement et où la puissance tépanèque brillait de tout son éclat que l'Anahuac vit se fixer les Aztecas (= "Ceux d'Aztlan", le berceau mythique des Aztèques), ou Tenochcas ou Mexicas qui devaient plus tard y régner en maîtres. La tradition dit qu'après leur départ de Tollan, ils descendirent dans le sud, faisant des séjours plus ou moins prolongés dans divers villages, et qu'ils vinrent enfin s'établir aux environs de Colhuacan. Les habitants de cette ville les laissèrent paisiblement s'installer, escomptant leurs services contre leurs voisins de Xochimilco. Ceux-ci ne cessaient de harceler les pêcheurs de Colhuacan dans la lagune, et le chef Coxcoxtli décida de se servir de ses alliés aztèques. Il marcha donc contre Xochimilco; les premiers rangs de l'armée étaient exclusivement composés de guerriers Tenochcas. Les Xochimilcas furent complètement défaits, grâce surtout à la vaillance des alliés de Colhuacan. 
-
Codex Aubin : Aztlan.
« Les Huetxotzinca, Chalca, Xochimilca, Cuillahuaca, Malinalca, Chichimeca, Tepaneca, Matlalzinca, de là [Aztlan] se rendirent a Quinehuayan. 

[Suit l'histoire où] les Mexicains arrivèrent du lieu appelé Aztlan. Car au milieu de la lagune s'établirent quatre tribus. Afin de mériter, ils descendaient dans un navire où disparut le lieu appelé Quinehuayan, d'où sortirent huit tribus : les premières tribus Huexotzinca, les secondes tribus Chalca, les troisièmes tribus Xochimilca, les quatrièmes tribus Cuitlahuaca, les cinquièmes tribus Malinalca, les sixièmes tribus Chichimeca, les septièmes tribus Tepaneca, les huitièmes tribus Matlatzinca.

Là est Colhuacan où étaient les chefs lorsqu'ils vinrent d'Aztlan, ils s'établirent à Colhuacan et visitèrent les chefs; les Aztèques leur dirent : Nos Seigneurs, où allez-vous, que nous vous menions? Ils dirent aux Aztèques : Où. nous vous accompagnerons. Ils dirent aux huit tribus : Non, Nos Seigneurs ; nous vous les Aztèques dirent : C'est bien, fasse que nous vous A Colhzcacan, là, ils établirent le diable qu'on adorait. uitzilopochtli, ils trouvèrent une femme appelée Chimalmna, de là, ils l'accompagnèrent à Aztlan; ils se répandirent en quatre parties, ceux qui étaient venus ensemble ». Copie du Codex Aubin de 1576.

Le lieu de résidence des Aztèques était alors la petite île de Tizaapan, malsaine et infestée de serpents; ils allèrent s'établir à Chapoltepec (Chapultepec), qui se trouvait alors sous la suprématie de Xaltocan. Bientôt ils levèrent le camp et s'installèrent à Iztacalco, sous la conduite d'un chef du nom de Tenuchizin. Enfin, ils fondèrent dans une île marécageuse de la lagune deux petits villages, Tenochtitlan et Tlaltelolco. Les Tépanèques d'Azcapotzalco tolérèrent leur présence en ce lieu malsain, moyennant une redevance en poissons et en oiseaux. Les deux nouveaux villages furent gouvernés par deux chefs, qui venaient des villes tépanèques : Tenochtitlan par Acamapichtli II, Tlaltelolco par Quaquauhpitzahuac Tant qu'Acamapichtli, fut chef, les Tenochcas vécurent paisiblement dans leur île, tandis que les Tépanèques d'Azcapotzalco jouissaient d'une paix analogue, sous leur chef Tezozomoc. Lorsque Acamapichtli mourut, les gens de Tenochtitlan nommèrent chef son fils, Huitzilihuitl, qui fut accepté par Tezozomtoc. A celte époque, les Tépanèques s'associèrent avec les Tenochcas pour faire la guerre aux villes du Sud. Les alliés se mirent en campagne et, ayant vaincu les gens de Xochimilco, Cuitlahuac, Mizquic, ils franchirent les montagnes qui ferment au sud la vallée de Mexico, et soumirent Quauhnahuac.

La confédération acolhuaque de Tetzcoco venait de perdre son chef Techotlalatzin et d'en nommer un nouveau : Ixtlilxochitl. Les Tépanèques ayant voulu faire payer un tribut aux habitants de Tezcoco ceux-ci refusèrent et la guerre éclata entre les deux villes; leurs troupes se rencontrèrent près de Tepozotlan; les Tépanèques furent vaincus et firent la paix avec Ixtlilxochitl.

Bientôt, Tezozomoc, le chef d'Azcapotzalco, mourut, et fut remplacé par Maxtla. La campagne contre les Acolhuaques fut reprise, avec l'aide des Tenochcas. Cette fois, les troupes alliées triomphèrent, les Acolhuaques furent complètement défaits; Tetzcoco fut donnée à Chimalpopoca, chef des Tenochcas, et Huexotla au chef de Tlaltelolco.

Cependant Acolman et Cohuatlichan, villes importantes de la confédération acolhuaque, n'avaient pas pris part à la guerre. Elles conservèrent leur indépendance, à condition de reconnaître la suprématie d'Azcapotzalco. Mais elles s'allièrent avec les Tépanèques et marchèrent avec eux contre les Otomis révoltés; les Otomis furent vaincus, Xaltocan prise ainsi que Quauhtillan. Azcapotzalco fut alors seule à régner sur toute la vallée; mais sa suprématie fut éphémère et ne dura que tant que les Aztèques de Tenochtitlan et de Tlaltelolco lui prêtèrent leur assistance. Ceux-ci, à l'abri dans leur île marécageuse, n'excitaient pas la jalousie des Tépanèques comme l'avaient fait les cités florissantes des Acolhuaques. Ils se lassèrent de leur sujétion. Les eaux du lac, chargées de matières nitreuses, étaient impropres à la cuisson des aliments et à la boisson. Ils demandèrent aux habitants d'Azcapotzalco la permission d'établir un aqueduc qui amènerait aux deux cités les eaux pures de Chapoltepec. Les Tépanèques refusèrent d'accorder cette permission, dans l'intention d'amener les Aztèques à s'établir sur les rives du lac.

Pendant ce temps, Chimalpopoca, chef de Tenochtitlan, et Quaquauhpitzahuac, chef de Tlaltelolco, furent assassinés, à l'instigation des Tépanèques. Les habitants de Mexico nommèrent, comme successeur à leur chef assassiné, un frère de celui-ci, Itzcohuatl ceux de Tlaltelolco choisirent Tlacateotl, le fils du chef décédé. Itzcohuatl nomma comme chef de ses troupes son neveu, Motecuzoma (Montezuma) qui lui succéda plus tard dans l'office de chef suprême de Mexico. Il marcha-contre Azcapolzalco, s'en empara et tua son chef, Maxtla. Les Tépanèques furent ruinés pour toujours.

Peu de temps après, Itzcohuatl ou Itzcoatl (1427-1440) installa un nouveau chef, Nezahualcoyotl pour gouverner la cité de Tetzcoco, puis il commença les guerres qui devaient donner aux Aztèques la suprématie sur tous les peuples de l'Anahuac. En 1432, il défit les Tépanèques de Coyohuacan et d'Atlacohuayan; deux ans plus tard, les habitants de Quauhlitlan et de Tultitlan. Tournant son activité vers le sud, il attaqua les puissantes cités de Xochimilco et de Cuitlahuac qui résistèrent vigoureusement. Les troupes aztèques ayant reçu des renforts envoyés par Nezahualcoyotl triomphèrent de la résistance des villes du Sud. Celles-ci durent fournir des hommes de corvée pour la construction d'une digue, destinée à réunir à la terre ferme l'île où étaient bâties les cités aztèques. 

En 1435, les troupes mexicaines, grossies des forces de Cohuatzin, chef de Xiuhtepec, s'emparèrent sans peine de Quauhnahuac. A son retour, Itzcohuatl commença la construction, à Tenochlitlan, du grand temple de Huitzilopochtli, le plus vaste des édifices religieux du Mexique. Itzcohuatl mourut en 1440; son neveu, Motecuzoma Ier ou Ilhuicamina vulgairement appelé Montezuma Ier (1440-1468), lui succéda en 1441. Il eut à soutenir une première guerre contre les Chalcas. Chalco était une des rares villes tépanèques qui eût été épargnée par Itzcohnatl et elle voyait avec inquiétude l'ascension rapide de la puissance mexicaine; sous leur chef Toteoztin, ses habitants attaquèrent les Tenochcas. Mal leur en prit, car ils furent battus (1443).

Fondation de la confédération aztèque (Tenochtitlan-Tetzcoco-Tlacopan)

Chalco abaissée, les gens de Tenochtiltlan n'avaient plus en face d'eux que la puissance grandissante de Tetzcoco. La vieille ville acolhuaque avait pris, sous le gouvernement de Nezahualcoyotl, un grand accroissement, et il semblait qu'un conflit fût inévitable entre ces deux peuples nahuas. Il n'eut cependant pas lieu, au plus grand avantage des deux parties. Un traité d'alliance fut conclu avec Tetzcoco et avec un pueblo tépanèque jusque-là obscur, situé tout près de Mexico : Tlacopan.

La confédération des trois villes eut un résultat important : c'est grâce à elle que les Aztèques purent conquérir le reste du Mexique. Il fut décidé que le chef de guerre de Mexico aurait le commandement de toutes les forces de la confédération. Cette disposition n'affectait en rien l'organisation intérieure des villes intéressées : chacune des trois cités élisait ses chefs de guerre particuliers, qui avaient seuls le droit de conduire leurs guerriers au combat, mais le choix de chacun de ces chefs devait être ratifié par tous les autres chefs militaires de la confédération. Chaque ville restait libre de faire la guerre pour son propre compte, mais en cas de besoin, elle devait faire appel aux autres cités confédérées, et alors c'était Mexico-Tenochtitlan qui prenait le commandement. Lorsque les confédérés obtenaient un succès sur quelque ville ennemie, la distribution des dépouilles était fixée de la façon suivante : Tenochtitlan et Tetzcoco recevaient chacune deux cinquièmes du butin, et Tlacopan un cinquième.

On remarquera que la confédération ne comprenait, outre Tetzcoco et Tlacopan, que Tenochtitlan; Tlaltelolco, l'autre ville aztèque, restait en dehors. De fait, les rapports entre les deux pueblos aztèques paraissent avoir été peu cordiaux. Dans cette ville, à Quaquauhpitzahuac avait succédé Tlacateotl, qui semble avoir eu une vie très courte. Il y fut remplacé par Quauhtlatoa, en 1428, suivant Chimalpahin. Ce chef de Tlaltelolco était plutôt hostile aux Aztèques de Tenochtitlan. Pendant la guerre contre Chalco, il conspira contre eux et, au retour de la campagne, Motecuzoma lui déclara la guerre; les Tlaltelolcas furent vaincus, leur chef tué et remplacé par Moquihuix, qui passait pour favorable aux Tenochcas. A la même époque, les Tetzcocans eurent des difficultés avec les Otomis du Nord; Tollantzinco se révolta et fut subjuguée par Nezahualcoyotl.

Les conquêtes Motecozuma Ier et d'Axayacatl

Les guerres de Motecuzoma Ier dépassèrent bientôt l'étroite limite de la vallée de Mexico. Des marchands mexicains, en tournée vers le Sud, avaient été tués par les Mixtèques, qui habitaient une partie de l'Oaxaca. Les Tenochcas envoyèrent une ambassade au chef du pays, Tonatlzin ou Dzawindanda, qui se moqua des ambassadeurs. Motecuzoma marcha alors sur Tilantonco, capitale de Dzawiandanda. Le chef des Mixtèques avait fait alliance avec les Téochichimèques de Tlaxcaltan et de Huexotzinco et il attendit de pied ferme l'attaque des Aztèques. Ceux-ci furent battus à Tilantonco, mais prirent leur revanche à Tlachquiauhco qui devint sujette de Mexico, ainsi que Tochtepec, Tzapotlan, Tolotlan et Chinantla.

Puis vint la conquête du Cuetlachtlan, ou Cuextlan, pays habité par les Huaxtèques, au nord du pays totonaque, le long des rivières Panuco et Timesi. Les Aztèques livrèrent une grande bataille, à Ahuilizapan, près d'Orizaba. Les Huaxtèques furent battus et leur cité de Xiuhcoac prise. Duran dit que lorsque les vainqueurs rentrèrent à Mexico, on inaugura le grand temple de Huitzilopochtli, commencé par Itzcohuatl, et qu'on y sacrifia un grand nombre de prisonniers. Peu de temps après, les Chalcas et les Huaxtèques se révoltèrent et furent soumis à nouveau. Rien enfin ne menaçant plus la confédération, Tetzcoco fit des conquêtes dans la direction de l'Est, tandis que Tenochtitlan assujettissait les villes de Tepeyacac, Quauhtinchan et Acatzinco, autour de Cholollan. Mais les Chalcas se révoltèrent encore; ils furent définitivement soumis en 1465. Peut-être est-ce vers cette époque qu'éclata une grande famine, dont parle Sahagun, qui dura quatre ans et qui décima en partie les villes de la confédération.

Motecuzoma Ier mourut en 1468 et Axayacatl (1469-1481) lui succéda. Sous le commandement de celui-ci, les armées aztèques firent des conquêtes très lointaines; en même temps Tenochtitlan s'agrandissait considérablement, et s'emparait de Tlaltelolco. Cet événement eut lieu peu de temps après la mort de Motecuzoma; il eut pour cause l'inimitié croissante qui existait entre les Tenochcas et les Tlaltelolcas. Moquihuix, avant obtenu le concours d'Azcapotzalco, de Tenayucan et de Quauhtitlan, déclara la guerre aux Tenochcas. Axayacatl marcha contre la ville soeur de Mexico. Les Tlatlelolcas furent repoussés de rue en rue et finalement se réfugièrent sur la place du marché et jusque sur la plate-forme supérieure de la pyramide du grand temple. Les Mexicains montèrent à l'assaut de cette pyramide et Axayacatl tua de sa propre main le chef des Tlaltelolcas. La ville de Tlaltelolco fut réunie à celle de Tenochtitlan, pour former la grande cité de Mexico, telle que la virent les Espagnols lors de leur arrivée. La place du marché, centre de la vie économique de Tlalelolco, fut supprimée et les Tenochcas nommèrent un chef, qui fut chargé de gouverner les nouveaux quartiers.

Les Mexicains reprirent alors leurs expéditions. Ce fut surtout contre les Matlaltzincas, habitants de la partie orientale du Michoacan, que porta leur effort. En 1474, les guerriers d'Axayacatl conquirent, diverses villes en cette région et particulièrement la capitale matlaltzinca, Tollocan. Puis ce fut le tour des Tarasques, voisins occidentaux des Matlaltzincas. L'une de leurs villes les plus importantes, Tlaximaloyan (en tarasque Tangimaroa), fut prise et brûlée par les Mexicains. Les Tarasques marchèrent alors contre les envahisseurs, sous la conduite de leur chef Tsisiz-Pandacuaré, et défirent l'armée d'Axayacatl; mais les Tenochcas reprirent le dessus, rentrèrent à nouveau à Tangimaroa et à Xiquipilco et menacèrent la capitale Tzintzuntzan; les Tarasques firent tête encore une fois et repoussèrent à nouveau les Aztèques, avec des pertes énormes pour ceux-ci. Les historiens nous conservent le souvenir de campagnes beaucoup plus lointaines, dans l'actuel État d'Oaxaca et même de Chiapas; bien qu'on ne puisse guère avoir confiance dans ces dires, il est certain que les Aztèques s'éloignaient de plus en plus, dans leurs expéditions, de la vallée de Mexico.

L'extension de la puissance aztèque (Ahuitzotl et Motecuzoma II)

Axayacatl mourut en 1481 et fut remplacé la même année par Tizoc. Celui-ci ne paraît pas avoir beaucoup ajouté au territoire aztèque par ses conquêtes. Ahuitzotl (1486-1502), qui lui succéda, fut, au contraire, constamment obligé de combattre. Il eut à lutter à plusieurs reprises contre les Huexotzincas, qui ne voulaient pas accepter le tribut auquel Mexico les avait assujettis. Mais le fait important de cette époque de l'histoire mexicaine est le contact forcé qu'eurent, par la guerre, les Nahuas avec les peuples de l'Oaxaca, et principalement avec les Zapotèques qui occupaient le pays situé au sud de celui des Mixtèques. Déjà, les armées de Motecuzoma Ier s'étaient avancées vers le Tecuanlepec et avaient conquis Tlachquiauhco  mais c'est seulement sous Ahuitzotl que les rapports entre les deux peuples devinrent fréquents.
-
Tributs payés aux Aztèques.
Tributs payés aux Aztèques par les peuples soumis.
(Codex Mendoza).

En 1488, les armées mexicaines se dirigèrent vers l'isthme de Tehuantepec et fondèrent la citadelle de Huaxyacac. C'était un poste avancé, établi en vue de conquêtes futures. Au cours des années qui suivirent, les Aztèques attaquèrent les Zapotèques. Ils mirent à sac la plupart des villes importantes du pays, entre autres Milles ou Mictlan, la ville sainte, et Teolzapotlan, où résidaient les chefs zapotèques. Ils établirent des garnisons dans les villes mixtéques de Teotitlan et de Quanhtenanco, non seulement pour maintenir des forces militaires dans le pays, mais encore pour protéger les collecteurs chargés de faire rentrer le tribut dont furent frappées les villes zapotèques. Une dizaine d'années plus tard, la guerre éclata de nouveau : les Zapotèques, alliés aux Mixtèques et à diverses petites tribus voisines, assiégèrent les forteresses aztèques et plusieurs garnisons mexicaines furent massacrées. 

Une armée fut levée parmi les confédérés et se dirigea vers l'isthme de Tehuantepec; elle reprit Mitla (1494) et assiégea les troupes zapotèques, commandées par Cociyoeza, dans la forteresse de Tecuantepec. Les Zapotèques résistèrent longtemps; les Aztèques envoyèrent par trois fois des renforts, mais le résultat de la campagne demeura indécis. Cociyoeza fit la paix et épousa une soeur de Motecozuma, connue sous les noms zapotèque de Pelaxilla et aztèque de Coyolicatzin. Les pays zapotèque et mixtèque gardèrent ainsi leur indépendance, bien que, jusqu'à la conquête européenne, ils dussent lutter contre les empiétements incessants de la puissance mexicaine.

Les Aztèques poussèrent encore plus loin dans la direction de l'Est et du Sud. Le Chiapas, le Guatemala, l'est de l'Oaxaca furent parcourus par les armées d'Ahuitzotl. Ils vinrent ainsi en contact direct avec les peuples mayas du Chiapas (Tzentals, Mames), du Guatemala (Qu'ichés, Cakchiquels, Kekch'is) et avec les nombreuses peuplades d'affinités mal connues qui habitaient l'est de l'Oaxaca et l'ouest du Chiapas.

Le pays des Mazatèques fut conquis par les Mexicains en 1488; la même année, suivant Brasseur de Bourbourg, une campagne entreprise contre les populations du Chiapas se termina par la prise de Chinantla et de Tzinacantlan. D'autres expéditions amenèrent la soumission des pays situés sur le Pacifique, entre le Michoacan et l'Oaxaca; elles furent surtout entreprises par les Telzcocans, sous leur chef Nezahualpilli. Les Huaxtèques, ligués avec les Totonaques, s'étaient soulevés en 1491; les confédérés fondirent sur eux, les vainquirent facilement et trois de leur villes, Oztoman, Teloloapan et Ahuilizapan, furent saccagées.

-
Nezahualpilli, roi de Texcoco. Nezahualpilli, roi de Texcoco.
Nezahualcoyotl et Nezahualpilli, rois de Texcoco.
(Codex Ixtlilxochitl).

Vers la fin de la vie d'Ahuitzotl, en l'an 1500, les Mexicains, souffrant du manque d'eau douce, s'assurèrent des sources de Coyohuacan et de Huitzilopochco; les travaux, mal exécutés, provoquèrent une inondation qui fit beaucoup de tort non seulement à Mexico, mais encore, suivant Tezozomoc, aux villes voisines de Cuitlahuac, Xochimilco et Chalco.

Motecuzoma II (ou Montezuma) (1502-1520), surnommé Xocoyotl (le jeune), succéda à Ahuilzotl comme chef de Mexico. Il eut surtout à conduire les luttes entre la puissance aztèque de Mexico-Tetzcoco-Tlacopan et la ville téochichimèque de Tlaxcallan. Les habitants de Cholollan avaient déclaré la guerre à Tlaxcallan et bientôt les Aztèques et les Huexotzincas se joignirent à eux. Une armée composée de Chololtecas et de Huexotzincas pénétra dans la cité téochichimèque et le chef Tizatlacatzin fut tué; les Tlaxcaltecas, par représailles, mirent à sac Huexotzinco; les Aztèques qui intervinrent alors furent complètement battus et Tlacahuepantzin, un de leurs chefs de guerre, frère de Motecuzoma II, fut tué dans le combat. Les Aztèques firent un nouvel effort pour subjuguer les Tlaxcaltecas, mais ils ne purent y réussir.

Bientôt leur activité fut appelée ailleurs : les Mixtèques s'étaient révoltés et avaient massacré par traîtrise la garnison de Huaxyacac. Une première campagne échoua, et ce ne fut qu'au bout d'un long siège que les Mexicains en vinrent à bout. Ils entreprirent aussi une campagne contre le Guatemala, et les troupes nahuas ramenèrent une grande quantité de captifs, qui furent sacrifiés dans le temple de Tzinteotl, déesse du maïs. De nombreuses autres villes furent soumises dans diverses parties du Mexique.
Mais les Tlaxcaltecas ne désarmaient pas et leur agitation était un danger sérieux pour les villes confédérées de la vallée de Mexico. Les Huexotzincas s'étant, encore une fois, révoltés contre la puissance des Aztèques, ceux-ci, conduits par Tlaxcaltecatl, marchèrent contre eux. Les forces téochichimèques, commandées par Xicotencatl, attaquèrent les Mexicains qui, néanmoins, vainquirent complètement les Huexotzincas (1518). L'année suivante les Espagnols débarquèrent et les anciens auteurs nous racontent que leur venue fut annoncée par une suite de prodiges. Sahagun, Chimalpahin, le Codex Telleriano-Remensis, le Codex Vaticanus, en énumèrent plusieurs : en 1509, un nuage très sombre s'éleva au milieu du ciel et fut vu de partout; en 1510, une clarté immense resplendit sur la terre; des voix prédirent les malheurs qui allaient fondre sur les Mexicains etc.

Lorsque Cortez débarqua au Tabasco, les Aztèques étaient les maîtres d'une grande partie du Mexique moderne. Du plateau entourant les lagunes, leur puissance s'étendait au nord-ouest jusque vers le lac de Chapala, dans la région nommée par les Aztèques Chimalhuacan; dans le nord-est, l'est et le sud-est, leur territoire allait du rio Panuco au rio Alvarado, à l'exception de la république de Tlaxcallan, dont ils ne purent arriver à vaincre la résistance. Dans le sud et le sud-ouest, ils atteignaient la côte du Pacifique, en contournant le pays des Tarasques (Michoacan), et exerçaient leur souveraineté sur les tribus de l'État, actuel de Guerrero et de la partie occidentale de l'Oaxaca; enfin, une portion du Chiapas, jusqu'au volcan de Soconusco (du nahuatl xoconochco), leur appartenait. En dehors de ces limites, ils ne purent jamais exercer de pouvoir efficace, soit sur les tribus pimas du nord, soit sur les peuples mayas du midi.

Dans les limites mêmes que nous venons de tracer, leur domination n'était pas établie de la même façon que celle des nations européennes ou même des empires asiatiques de l'Antiquité. Les territoires des tribus vaincues n'étaient pas, à proprement parler, annexés, leur gouvernement intérieur n'était pas transformé du fait de la conquête aztèque. Les seules conséquences de celle-ci étaient l'obligation pour les vaincus de fournir des soldats à la confédération mexicaine et de payer tous les ans un tribut en objets manufacturés ou en produits naturels. Généralement, les Mexicains ne nommaient pas de surveillants à demeure, de gouverneurs, mais seulement des intendants qui étaient chargés de percevoir le tribut. Ainsi, les peuples vaincus conservaient la propriété de leurs territoires, seules les récoltes étaient frappées d'un impôt. Toutes ne supportaient pas patiemment ce joug : aux portes mêmes de Mexico, des villes comme Huexotzinco et Chalco étaient dans un état perpétuel de rébellion et la confédération avait les plus grandes peines à se faire obéir. Nul doute que, dans les régions éloignées du Chiapas ou du Zacatollan (Guerrero), les rentrées fussent encore plus difficiles à opérer et que la domination mexicaine fût surtout nominale.

Néanmoins le prestige et la puissance de la confédération aztèque étaient, au moment du débarquement des Espagnols, incomparablement plus grands que ceux d'aucun peuple de cette région.
-

L'empire aztèque.
L'Empire aztèque à l'arrivée des Espagnols.

La conquête du Mexique par Cortez

Le 12 mars 1519, Cortez et ses troupes débarquaient à l'embouchure du fleuve Grijalva, dans le Tabasco. Ils furent assaillis par les indigènes totonaques. Cortez expédia un de ses lieutenants, Pedro de Alvarado, en reconnaissance avec cent hommes; cette petite bande d'éclaireurs fut assaillie par les Indiens et le conquistador se porta à son secours Arrivé à Cempohuallan (Cempoal), il entendit parler de la puissance et de la grandeur de Mexico, et se dirigea incontinent sur cette cité. Étant cantonné à Quiahuiztlan, gros village totonaque, il y fit arrêter les percepteurs de tributs mexicains et déclara qu'à l'avenir les Totonaques ne paieraient plus d'impôts aux Aztèques. Les conquérants espagnols, informés de l'importance de Tlaxcallan, y envoyèrent des messagers qui furent arrêtés par les Tlaxcaltèques, bataille entre ceux-ci et les Espagnols, victoire de ces derniers et finalement alliance entre les habitants de la république téochichimeque et les envahisseurs. Cortez, renforcé de vingt mille Tlaxcaltèques, marcha sur Mexico. Ils eurent, chemin faisant, à combattre les Chololtèques qui s'opposaient à leur passage, le 8 novembre 1519. Ils furent bien reçus par Motecuzoma II, qui les logea avec honneur et leur fit visiter les cités de Mexico et de Tlallelolco. Mais bientôt, les rapports entre Espagnols et Mexicains se gâtèrent. Les conquistadores découvrirent un trésor qu'ils crurent appartenir à Motecuzoma; ils firent prisonnier le chef aztèque, le ligotèrent et le gardèrent à vue dans sa propre habitation, en le menaçant, à la moindre tentative d'évasion, de mettre Mexico à feu et à sang. Bientôt, une certaine liberté lui fut laissée, et Cortez lui fit prêter serment d'obéissance au roi d'Espagne. Les conquistadores lui tirent révéler l'existence des mines d'or qui existaient sur le territoire mexicain, et exigèrent de lui qu'il fît verser à Cortez le tribut payé par les villes soumises à Mexico.

Des difficultés s'étant alors élevées entre Cortez et l'envoyé du gouverneur de Cuba, Panfilo de Narvaez, une partie des Espagnols qui occupaient Mexico durent marcher contre les troupes dont disposait ce dernier; Narvaez fut battu, Cortez et les siens revinrent à Mexico, qui s'était soulevée contre les quelques Européens restés avec Pedro de Alvarado pour gouverner la ville. Lorsqu'ils rentrèrent, ils furent attaqués, repoussés de rue en rue, jusqu'au grand temple. Les Espagnols ordonnèrent à Motecuzoma, qui était resté entre leurs mains, de haranguer ses sujets du haut de la plate-forme; il fut atteint par une pierre et tué. Les Espagnols réussirent à sortir de la ville et se réfugièrent à Tlaxcallan. Les Mexicains nommèrent un successeur à Motecuzoma II en la personne de Cuitlahuac, son frère, fils d'Axayacatl, qui rassembla les forces éparses des Tenochcas pour le cas d'un retour offensif des Espagnols. Ceux-ci, en effet, revinrent bientôt, après avoir fait une alliance secrète avec Chalco. Sur ces entrefaites Cuitlahuac mourut et eut pour successeur Quauhtemoc ou Quauhtemotzin, plus connu sous le nom hispanisé de Guatimozin.

-

Codex Aubin : la fin de l'Empire aztèque.
« 1521. ANNÉE 3 maison. Alors le 11e (onzième) souverain ... régna Quauhtemoctzin, et alors se perdit l'empire mexicain lorsque les Espagnols vinrent l'envahir.

1522. ANNÉE 4 lapin. Le marquis (Cortez) était à Coyonuacan, lorsque là il rassembla les chefs Quauhtemoctzin, Tlacotzin, Oquiztzin, Uanitzin, lorsque le marquis se rendit à Pantlan Cuextlan, alors se fit la chandelle de cire. Alonso s'efforça de tirer de de l'arc ...

1523. ANNÉE 5 roseau. Alors on installa le lieutenant Tlacotzin.

1524. ANNÉE 6 silex. Alors commença la parole divine (la chose de Dieu), lorsque les pères nous enseignèrent.

1525. ANNÉE 7 maison. Alors alla mourir à Hueymotlan Quauhtemoctzin ». Copie du Codex Aubin de 1576.

Les Espagnols vinrent mettre le siège devant Mexico; ce siège dura quatre-vingt-treize jours avec des fortunes diverses. Un jour, les Espagnols furent repoussés avec pertes; soixante-deux d'entre eux, faits prisonniers, furent sacrifiés et Cortez fut blessé à la jambe. Enfin les conquistadores emportèrent la ville d'assaut, avec l'aide de leurs alliés tlaxcaltèques qui ne les abandonnèrent jamais (13 août 1521). Mais une fois entrés dans Mexico, les Espagnols rencontrèrent encore une résistance acharnée. On envoya des ambassadeurs à Quauhtemoc dans l'espoir qu'il rendrait la place sans combattre davantage, mais il refusa obstinément. Enfin, la ville fut prise en entier et Quauhtemoc fait prisonnier. On le mit à la question pour lui faire dire où il cachait ses trésors. Il mourut quelques années après, au cours d'une expédition dans le Honduras, où Cortez l'avait emmené. Avec lui s'éteignit la lignée des chefs mexicains, de même qu'avec la prise de Mexico s'écroulait à jamais l'édifice de la civilisation indigène au Mexique. (H. Beuchat).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2019. - Reproduction interdite.