.
-

Egbert

Egbert (Eambereth, Eggberht, Hechbertus), archevêque d'York dès 732 ou 734, mort en 766 ou 767. II appartenait à la famille des rois de Northumbrie; son frère fut roi en 738. Après avoir reçu sa première éducation dans un monastère de son pays, il était allé à Rome et y avait été ordonné diacre; en 735, il reçut le pallium, de Grégoire III. Il fonda et dirigea l'école cathédrale d'York et la dota d'une bibliothèque. Les étudiants y affluèrent bientôt de tous les pays de l'Europe. Alcuin y fut son disciple, puis professeur et directeur. 

Oeuvres : Pontificale, imprimé d'après un manuscrit de la Bibliothèque nationale, provenant de l'église d'Evreux. Martène (De Antiquis Ecclesiae ritibus; Rouen, 1700, 4 vol. in-fol.) en a reproduit des extraits. Succintus dialogus Ecelesiasticae institutions, traité, par demandes et par réponses, sur divers points de discipline ecclésiastique (Dublin, 1664). Escarpsum de Canonibus Catholicorum Patrum; vel Paenitentiale ad remedium animarum, imprimé dans la Veterum Scriptorum et monumentorum... amplissima collectio de Martène et Durand (Paris, 1724-1733, 9 vol. in-fol.). On a attribué à Egbert des Excerptiones, extraits des Pères et des canons de l'Eglise; mais Wasserschleben (Die irische Canonensammlung; Giessen, 1874) a démontré que cet ouvrage ne provient pas d'Egbert, parce qu'il contient des extraits des capitulaires de Charlemagne. (E.-H. Vollet).

Egbert le Grand, d'abord roi de Wessex, puis de toute l'Angleterre, descendait de Cerdic, un des premiers rois saxons de l'Heptarchie, mort en 839. II passa sa jeunesse dans l'exil, à la cour de Charlemagne, refuge des bannis des divers pays anglo-saxons. Il y arriva probablement en 789 et y resta treize ans. Il retourna en Angleterre en 802 et fut accepté parl es Saxons de l'Ouest comme roi. Les commencements de son règne sont obscurs : il livra bataille, en 824, aux Gallois de Cornouailles et aux gens de la Mercie, qu'il vainquit près de Winchester. A la suite de cette victoire, il conquit le Kent, sur lequel il avait des droits, puis la Mercie (828). En 829, il marcha contre les Northumbriens, qui se soumirent à lui sans combat.

La Chronique anglo-saxonne note qu'en cette année 829 Egbert devint le huitième Bretwalda, c.-à-d. le huitième suzerain général de tous les royaumes anglo-saxons de l'île. Ce n'est pas qu'Egbert ait détruit les royautés locales; on n'avait pas l'idée en ce temps-là de l'unité territoriale; mais il a exercé dans toute l'Angleterre une espèce d'autorité impériale. 

La fin de la vie d'Egbert fut attristée, comma celle de Charlemagne, par les invasions des Vikings. En 834, les pirates scandinaves envahirent ses domaines et pillèrent l'île de Sheppey. L'année suivante, Egbert fut battu par eux à Charmouth (Dorsetshire). En 837, une grande flotte de Vikings d'Irlande envahit le Wessex par la Cornouailles avec l'appui des Cornouaillais. La bataille fat livrée à Hengestdune et fut pour Egbert une victoire complète. Le roi mourut en paix et eut pour successeur son fils Ethelwolf. (Ch.-V. L.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2012. - Reproduction interdite.