.
-

Dupuis (François), érudit, né à Trie-le-Château, près de Gisors, en 1742, mort en 1809, était fils d'un maître d'école. Il se fit d'abord connaître comme humaniste, fut nommé en 1766 professeur au collège dit de Lisieux (à Paris), et devint plus tard prof. d'éloquence latine au Collège de France. S'étant lié avec Lalande, dont il suivait les cours, il prit goût à l'astronomie, et rapprochant de cette nouvelle étude ses connaissances en mythologie, il fut conduit à imaginer que les divinités de la fable ne sont autre chose que des constellations, que les noms des dieux sont les mêmes que ceux des astres, que leurs bizarres aventures ne sont qu'une expression allégorique du cours des astres et de leurs rapports mutuels. 

François Dupuis exposa cet ingénieux système, dès 1777, dans le Journal des Savants; en 1781, il publia un Mémoire sur l'origine des Constellations et sur l'explication de la Fable par l'astronomie; en 1794, il fit paraître l'Origine de tous les Cultes, ou la Religion universelle(3 vol. in-4, ou 12 vol. in-8), où il développait tout au long son système; il en donna un Abrégé en 1798. A la Révolution, il joua un moment un rôle politique, fut député à la Convention, puis au Conseil des Cinq-Cents, et fut même ballotté avec Moulins pour la place de directeur. Il avait été reçu en 1788 membre de l'Académie des inscriptions; il fut de l'Institut dès sa formation. 

Outre l'Origine des Cultes, on a de lui un Mémoire sur le zodiaque de Tentyra (Denderah), 1806, qui a excité une dispute célèbre : il veut y prouver que ce zodiaque représentait l'état du ciel à une époque où le point équinoxial coïncidait avec le signe de la Vierge, époque qui remonterait à 15 ou 16 mille ans. Dacier a prononcé son Eloge à l'Institut.

Dupuis (Charles). - Graveur, né à Paris en 1685, mort en 1742, élu en 1730 membre de l'Académie, a gravé un grand nombre de tableaux des galeries de Versailles et du Palais-Royal. On estime surtout : la Terre et l'air, d'après L. Boullongne; Saint Jean dans le désert, d'après Carle Maratte; le Mariage de la Vierge, d'après Vanloo. 
Dupuis (N. Gabriel). - Frère du précédent, graveur lui aussi, né en 1695, mort en 1771, sut donner à son burin la souplesse de la pointe. Ses oeuvres les plus estimées sont : Énée sauvant son père de l'incendie de Troie, d'après Vanloo; l'Adoration des rois, d'après P. Véronèse; la Vierge et l'Enfant Jésus d'après Annibal Carrache.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.