.
-

Cramer (J. André). - Minéralogiste né en 1710 à Quedlinbourg en Saxe (Allemagne), mort en 1777, a fait faire de grands pas à la métallurgie. On a de lui : Elementa artis docimasticae, Leyde, 1739, traduit par de Villiers, 1755; Principes de métallurgie, 1774.
Cramer (J. André). - Littérateur, né en 1723 près d'Annaberg en Saxe (Allemagne), mort en 1788, suivit la carrière ecclésiastique, et devint chapelain de la cour à Copenhague, pus professeur de théologie à l'université de cette ville, et enfin à Kiel. Orateur et historien, il est surtout estimé comme poète lyrique; on admire ses Odes à David, à Luther, à Mélanchthon, et sa traductions des Psaumes.

Son fils, Charles Frédéric Cramer, né à Kiel en 1748, mort en 1808, exerça l'état d'imprimeur à Paris, puis se livra à la littérature. Il a traduit en français plusieurs ouvrages de Klopstock, de Schiller, et a fait un dictionnaire allemand-français

Cramer (Ch. Gottlob). - Fécond romancier né en 1758 en Saxe, mort en 1817, a publié plus de 40 romans. Les meilleurs sont Erasmus Schleicher et le Pauvre Georges,  trad. par A. Duval, 1801.
Cramer (J. J.). - Pianiste et compositeur, né en 1771 à Manheim, mort en 1860, eut pour premier maître son père, habile violoniste établi à Londres, reçut ensuite à Vienne dès leçons de Clémenti pour le piano, se perfectionna par l'étude approfondie des oeuvres de Bach, de Haendel de Haydn; se fit admirer partout pour la merveilleuse souplesse, la pureté et l'élégante simplicité de son jeu, et créa une grande école à laquelle on peut rapporter Kalkhrenner, Moschelès, Bertini, Chopin, etc. On a de lui des sonates, des rondeaux, des concertos, et 84 Etudes, qui sont restées classiques.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.