.
-

Cosmopolitisme

Cosmopolitisme (du grec cosmos, monde, et politès, citoyen), doctrine qui pousse l'homme à considérer comme frères ses semblables de toutes nations, à les confondre dans une vaste communion d'idées, de sentiments et d'intérêts, et qui tend à supprimer les limites de la patrie et les liens d'affections locales. Le cosmopolite fait profession d'être citoyen du monde entier, et de n'avoir en vue que les intérêts du genre humain. Le cosmopolitisme gagne à mesure que le patriotisme devient moins étroit et moins intraitable. La diffusion des lumières, la multiplicité et la rapidité des communications, la suppression des barrières élevées entre les peuples par des préjugés ou des intérêts aveugles, favorisent ses progrès. On lui a repproché, de façon assez simpliste, de risquer de diviser à l'infini l'affection de l'humain pour ses semblables, et de la rendre ainsi inefficace : l'ami de tout le monde n'est que trop souvent l'ami de personne, mais cette affirmation pourrait tout aussi bien s'appliquer au patriotisme. L'un et l'autre créent aussi une apparence de vertu dont on s'accommode volontiers : tel homme, disait J.-J. Rousseau, confondant malencontreusement cosmopolitisme et goût de l'exotisme, fait profession d'aimer les Chinois, afin d'être dispensé d'aimer ses voisins. Peut-être les termes d'humanisme ou d'universalisme rendraient-ils mieux les conceptions positives renfermées dans le mot cosmopolitisme, et éviteraient-il les contre-sens. (B.).
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.