.
-

Corsali

Andrea Corsali ou Del Corsale est un navigateur né à Florence le 29 juin 1487, entra au service du Portugal et alla en Inde. Se trouvant à Cochin lorsque Galvao partit pour l'Abyssinie, en qualité d'ambassadeur, au commencement de 1516 (Francisco Alvares), il l'accompagna la flotte, partie de Goa, fut accueillie par des tempêtes à l'entrée de la mer Rouge, et ne put aborder à Souakin. On souffrit beaucoup de la soif; Galvao mourut, on rentra dans l'Océan Indien; l'on prolongea la côte d'Arabie jusqu'à Calagata. Corsali s'y embarqua sur un navire maure pour visiter Mascate et d'autres parties de la côte d'Arabie, et rejoignit la flotte portugaise à Ormuz, d'où l'on retourna par Goa à Cochin, après une absence d'un an. 

La relation de Corsali est comprise en deux lettres écrites à Cochin; l'une du 6 janvier 1515, adressée à Julien (Giuliano) de Médicis, contient son voyage depuis Lisbonne jusqu'à Cochin; dans la seconde, du 18 septembre 1517, adressée à Laurent (Lorenzo) de Médicis, Corsali raconte ce qui lui est arrivé depuis son départ de Goa jusqu'à son retour à Cochin; il donne la description de tous les pays qu'il a eu l'occasion de voir, et parle en détail de ce qui concerne le commerce des Indes. La relation de Corsali fait bien connaître l'état de la géographie à l'époque à laquelle il écrivait; il aura aussi indiqué l'existence de la Nouvelle-Guinée et soupçonné une masse de terre au Sud de celle-ci (le continent dont on fera l'Australie); il dit encore qu'au delà des Moluques, vers l'Orient :

"l'opinion d'aucuns est que la terre de Molucca se va joindre du côté du Levant et du midi avec le Brésil, laquelle est si grande qu'on ne l'a pas toute découverte, et que, vers le ponant, cette terre se prolonge jusqu'aux îles appelées Antilles du roi de Castille, et jusqu'à la terre ferme dudit roi." 
Les indications géographiques recueillies par Andrea Corsali, rappelle Giulia Grazi, seront par la suite essentielles pour l'établissement de la carte de l'Asie de Gastaldi, la mappemonde de Mercator (1569) et la carte de l'Inde d'Ortelius (1570).  termine sa seconde lettre en annonçant qu'il va partir pour Méliapour, d'où il se rendra à Paliacate, et ira ensuite à la recherche de la terre ferme. Il promet d'envoyer l'année d'après la relation de ce nouveau voyage. On ignore quel motif l'empêcha de tenir sa parole. 

La relation de Corsali se trouve dans le tome premier du recueil de Ramusio, qui la fit précéder d'un discours où il avertit qu'elle sert en quelque sorte de préface à celle d'Alvares. Gabriel Syméon la traduisit en français; elle est insérée dans le tome II du recueil de son Recueil du Temporal, imprimé à Lyon en 2 vol. in-fol., 1558. 

Il semble encore que Corsali ait voyagé vers 1510 en compagnie de Vespucci, dont il aurait été le lieutenant à en croire Gabriel Peignot (1810). Un point qui demande à être vérifié. Ajoutons qu'on doit aussi à Andrea Corsali d'avoir, le premier, parmi les Occidentaux, observé et dessiné les Nuages de Magellan (GNM et PNM) (quatre ans avant le voyage de Magellan et leur mention par le chroniqueur de cette expédition, Pigafetta, auquel on attribue ordinairement cette observation), et d'avoir donné un nom à à la future constellation de la Croix du Sud, dont il donne aussi le premier dessin. (E-s.). 



Sur le web. - On pourra trouver des informations supplémentaires sur Andrea Corsali sur les pages web (en italien) suivantes :
Andrea Corsali, viaggiatore italiano del XVI secolo

Andrea Corsali : un avventuroso esploratore e astronomo empolese et Andrea Corsali e la Croce del Sud, de Giulia Grazi Bracci, qui est également l'auteure d'un ouvrage sur ce navigateur méconnu, Per Andrea Corsali, 2003..

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.