.
-

Cornelius

Peter Cornelius est un peintre allemand, né à Düsseldorf le 23 septembre 1783, mort à Berlin le 6 mars 1867. Fils d'un inspecteur de la galerie de Düsseldorf, il commença dès l'âge de treize ans, sous la direction de Peter Langer, ses études artistiques à l'académie de cette ville. Son père mourut en 1799; mais, grâce à sa mère qui avait deviné sa vocation, il put continuer de se vouer à la peinture. En 1804 et 1805, il concourut, mais sans succès, pour les prix de Weimar, institués à l'instigation de Goethe, et c'est vers la même époque qu'il peignit à la détrempe, sur les indications de Walraf, de Cologne, quelques scènes bibliques dans le choeur de l'église de Neuss. Mais ces peintures, aux trois quarts effacées par le temps, ont été entièrement refaites. Il avait eu jusqu'alors beaucoup à souffrir tant du manque de moyens d'instruction complets que d'une vague inquiétude intime qu'il ne trouvait pas à satisfaire dans les oeuvres de l'art contemporain. 
« Nous avons la tête pleine de poésie, et nous ne pouvons rien faire! » 
Tel était alors en Allemagne le cri de beaucoup de jeunes gens. On a conservé de ces années d'apprentissage et d'attente inquiète deux tableaux à l'huile dans l'oratoire des soeurs de la Miséricorde, à Essen. En 1809, après la mort de sa mère, Cornelius vint à Francfort, où le prince-primat Dalberg lui accorda sa protection libérale et éclairée. C'est alors qu'il fit les six premières feuilles de son Faust et une suite de compositions romantiques pour le livre des Légendes et traditions de La Motte-Fouqué, qui le mirent en rapport avec Reimer à Berlin, Wenner à Francfort, et lui valurent, grâce à l'entremise du célèbre collectionneur Sulpice Boisserée, la sympathie et les encouragements de Goethe. En 1811, il se mit en route, avec son ami Xeller, et gagna l'Italie par la Suisse, Côme et Milan; le 14 octobre, il arrivait à Rome et entrait immédiatement en rapport avec le groupe de jeunes artistes allemands, Overbeck, Pforr, Vogel, Wintergerst, etc., qui avaient fondé la confrérie du cloître San Isidoro. Cornelius avait de commun avec les « frères » de San Isidoro le mépris et l'horreur de l'académisme qui, à cette heure encore, dominait en Allemagne; mais, par son goût instinctif pour les grandes peintures monumentales et le sentiment des formes héroïques, il se rapprochait beaucoup plus des maîtres du XVIe siècle. Dans une lettre du 3 novembre 1844, il disait : 
« Le moyen le plus puissant, je dirais même infaillible, de donner à l'art allemand un fondement nouveau, en harmonie avec la grandeur des circonstances et l'esprit de la nation, ce serait de remettre en vigueur la peinture à fresque, telle qu'elle se comporta en Italie depuis le grand Giotto jusqu'au divin Raphaël. » 
Il résolut pour sa part de chercher dans le passé légendaire de son pays un sujet de composition répondant à ce programme, et c'est alors qu'il conçut et qu'il exécuta ses premiers dessins d'après les Niebelungen, en même temps qu'il achevait la série de Faust. Le consul général de Prusse, Barthold, lui fournit alors l'occasion de s'exercer à la grande peinture murale; il lui livra les murs de la maison qu'il habitait sur le Monte Pincio, et Cornelius y peignit à la fresque - procédé alors presque complètement oublié - un cycle de compositions tirées de la vie de Joseph; Overbeck, W. Schadow et Ph. Veit y travaillèrent avec lui. Le carton de l'Explication du Songe, tout entier de sa main, est conserve dans le musée provincial de Hanovre; celui de Joseph reconnaissant ses frères est au musée national de Berlin.
-
Cornelius : Joseph reconnaissant ses frères.
Joseph se faisant reconnaître par ses frères, par Peter Cornelius (1817).

 Pour se préparer à l'oeuvre qu'il s'était proposée, il était allé faire, en 1813, un séjour à Orvieto, où il étudia les fresques de Luca Signorelli. Niebuhr, qui était alors ambassadeur de Prusse, signala à son gouvernement les tentatives du jeune artiste et fit tous ses efforts pour lui procurer l'occasion d'exécuter dans son pays quelque grande peinture monumentale. Ce fut encore un Italien, le marquis de Massimi, qui lui en fournit les moyens en lui commandant une grande décoration pour sa maison de Rome. Cornelius composa quelques morceaux dont les sujets étaient tirés de la Divine Comédie; ce fut Ph. Veit qui en exécuta la peinture. Sur ces entrefaites (janvier 1848), le prince royal de Bavière (le futur roi Louis) vint à Rome : il reconnut dans les confrères de San Isidoro les hommes prédestinés pour les grandes entreprises artistiques qui hantaient déjà son imagination, et commanda immédiatement à Cornelius la décoration à fresque du vestibule de la Glyptothèque que Klenze venait de commencer. 

Comme il se mettait au travail, il fut appelé par le gouvernement prussien à la décoration de l'académie de Düsseldorf qu'il s'agissait de réorganiser; il accepta cette charge en se réservant les mois d'été pour ses peintures de Munich. En octobre 1823, la Salle des Dieux de la Glyptothèque était terminée; il commençait, le mois suivant, les études préparatoires de la Salle des Héros. Parmi les élèves qui travaillaient sous sa direction, on comptait Forster, Stürmer, Eberle, Kaulbach, etc.; la plupart le suivirent à Munich quand il vint s'y établir à demeure, en 1826, pour occuper le poste de directeur de l'académie des beaux-arts, que la mort de Langer venait de rendre vacante. La Salle des Héros était terminée en 1830, et, dès 1825, le roi Louis avait conféré à Cornelius l'ordre du Mérite avec des lettres de noblesse. 

Pour la Salle des Dieux, Cornelius s'inspira de la Théogonie d'Hésiode, et groupa autour d'Éros, maître des dieux et des hommes, les divinités qui règnent sur l'Olympe, sur la terre et dans l'Hadès, les saisons, les éléments et les heures du jour et de la nuit (les cartons de ces compositions sont au musée national de Berlin, comme ceux de la Salle des Héros, dont le sujet est tiré de l'Iliade: Jugement de Pâris, Colère d'Achille, Combats autour du cadavre de Patrocle, Destruction de Troie, etc.). 
-

Cornelius : les cavaliers de l'Apocalypse.
Les Cavaliers de l'Apocalypse, par Peter Cornelius (ca. 1845).

Sa renommée avait rapidement grandi : de toutes parts les occasions lui furent bientôt offertes de réaliser ses rêves de grand peintre monumental et symbolique. Il trouva dans ses élèves des collaborateurs dévoués et put, grâce à eux, suffire à ses multiples et importants travaux. En 1829, on lui confia la décoration de l'église Saint-Louis, que Gartner venait de construire; la préparation de ce travail l'occupa jusqu'en 1834 et il ne l'acheva qu'en 1840. Les cartons originaux, conservés au musée national de Berlin, sont très supérieurs, comme il arrive pour toutes les oeuvres de Cornelius, aux peintures définitives. Ils représentent les Patriarches, les Prophètes, les Docteurs de la Foi, les Fondateurs d'ordres religieux, les Quatre Evangélistes, l'Adoration des mages et des bergers, la Crucifixion et le Jugement dernier. Il y a dans cette dernière composition, avec des souvenirs inévitables du Campo Santo et de Michel Ange, une grandeur de conception dont la puissance est incontestable. Ce qui fait défaut, c'est l'exécution souvent insuffisante et impersonnelle. Au cours de ce travail, Cornelius fit un voyage en France et à Paris, où il fut reçu avec honneur, décoré par le roi Louis-Philippe et nommé membre correspondant de l'Académie des beaux-arts. Pour la collection Raczynski, il exécuta le Christ délivrant les âmes du Purgatoire, primitivement destiné à l'église Saint-Louis.

Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV, à son avènement au trône, rappela Cornelius à Berlin; il vint y fixer définitivement sa résidence à partir du 12 avril. 1841. L'état de santé de Schinkel, dès lors tout à fait compromis, fit reposer sur lui tout le soin des grandes entreprises artistiques qui étaient en cours ou en préparation. Ce fut d'abord la décoration de la façade du Musée royal, commencée par un groupe de jeunes peintres (aujourd'hui à peu près invisible). En cette même année 1841, Cornelius fit un voyage à Londres, où il fut consulté sur la décoration du palais du Parlement; à son retour, il fit le dessin du Bouclier de la Foi, exécuté en argent et offert à l'occasion du baptême du prince de Galles par le roi de Prusse. (Le dessin original est au musée national de Berlin. Le médaillon du Christ y est entouré du symbole de la Foi, de la Charité, de l'Espérance, de la Justice, des Quatre Evangélistes et de scènes tirées les unes du Nouveau Testament, les autres de la visite de Frédéric-Guillaume IV à la reine Victoria.) 

En 1842, Cornelius fut créé, avec Humbold, vice-chancelier de l'ordre « pour le Mérite », et il entreprit l'exécution des cartons destinés à la décoration de la chapelle funéraire royale à Berlin. C'était, dans sa pensée, une sorte d'épopée chrétienne, un cycle symbolique et encyclopédique de la Religion. (Les cartons en sont conservés au musée national de Berlin et au musée de Weimar.) Ce travail, interrompu à plusieurs reprises, notamment en 1848 par les événements politiques, devait l'occuper jusqu'à la fin de sa vie. Il l'exécuta en partie à Berlin, en partie à Rome. Voici les principales scènes qu'il embrasse : Parabole des vierges sages et des vierges folles; le Christ jugeant le Monde; la Dispersion de Babel; les Cavaliers de l'Apocalypse (une de ses plus belles inspirations); le Résurrection de la chair; les Oeuvres de la Miséricorde; les Béatitudes du sermon sur la montagne; la Chute de Satan; la Jérusalem nouvelle; le Don du Saint-Esprit aux apôtres, etc.
-


Les Trois Maries, par Peter Cornelius.

Parmi les autres travaux dont il fut chargé, il faut citer : les cartons des vitraux de la chapelle funéraire du grand-duc de Mecklembourg-Schwerin (1843-1844); les cartons des peintures murales de l'abside du mausolée de Charlottenbourg (exécutés par Pfannschmidt); un grand nombre de dessins de médailles commémoratives. En 1843, il fit un nouveau voyage à Rome et il y revint souvent à dater de ce moment avec le secret désir de ne plus la quitter. Il y exerçait, sur la colonie des artistes allemands, une grande influence, et y était de leur part l'objet des respects les plus empressés et des hommages les plus doux à son coeur. Mais la surveillance et l'achèvement sans cesse interrompu, contrarié ou ajourné, des peintures murales de la chapelle royale funéraire, le rappelèrent à Berlin, où il mourut.

Son école et son esthétique sont depuis longtemps passés de mode., Il n'en fut pas moins, à son heure, par la grandeur et la sincérité de ses intentions, la puissance de son imagination et la noblesse de ses inspirations, l'artiste national par excellence, et, d'une façon absolue, un grand artiste. Malheureusement ses conceptions, souvent nuageuses, se revêtirent de formes généralement trop froidement classiques. Il traduisit ses pensées originales et grandioses en prose italienne; il n'eut pas le secret des grandes formes vivantes et créées. Il concevait en philosophe plus qu'en peintre; il faisait des traductions, et la vie manque à ses plus nobles inventions. (André Michel).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.