.
-

Charlotte Corday

Marianne-Charlotte de Corday d'Armont, vulgairement Charlotte Corday (bien qu'elle signe toujours Marie Corday, ou simplement Corday) est une femme célèbre de la Révolution, née à Saint-Saturnin-des-Lignerets, diocèse de Sées, le 27 juillet 1768, guillotinée à Paris le 17 juillet 1793 pour avoir, le 13, assassiné Marat.

Son père, François de Corday, était de noblesse ancienne; mais, cadet d'une branche cadette, il vivait pauvrement de son petit fief des Lignerets; il écrivit sur l'égalité des partages, c.-à-d. contre le droit d'aînesse. II avait épousé Charlotte-Marie de Gautier des Autiers, qui mourut en 1784, lui laissant cinq enfants : les deux fils, royalistes fervents, émigrèrent; Charlotte était la seconde des trois filles. Le père obtint pour elle une place à l'abbaye de la Sainte-Trinité de Caen; cependant l'Abbaye-aux-Dames, comme on l'appelait d'ordinaire, n'élevait pas de jeunes filles : le roi avait seulement le droit d'y placer cinq demoiselles appartenant à la noblesse pauvre de Normandie. Il est probable que la faveur accordée à Charlotte fut due à l'entremise de Mme de Pontécoulant, coadjutrice de l'abbesse, Mme de Belsunce. Au couvent, qui était fort mondain, Charlotte ne se lia qu'avec ses compagnes, Mlle de Faudoas et Mlle de Forbin; l'amour que lui aurait inspiré le jeune de Belsunce, neveu de l'abbesse, est une invention royaliste. Tout au contraire, elle se moquait de ses manières efféminées. Elle mettait au-dessus de tout l'énergie du caractère. 

« Cette enfant, écrit Mme de Pontécoulant, est dure à elle-même : il faut deviner quand elle est malade. » 
Cependant, quoique d'un tempérament robuste, elle n'eut jamais rien d'une virago. Son visage était « d'une beauté angélique », virginale; ses manières simples, douces et modestes; la voix resta toujours « enfantine », comme les sens, muets. Les personnes la touchaient peu, quel que fût l'âge ou le sexe; souvent, lorsqu'on lui parlait, « elle se réveillait en sursaut, comme d'un songe ». Ce songe perpétuel, qui peut-être eût été mystique en un autre temps et dans un autre milieu, fut politique. Rousseau et Raynal remplacèrent bientôt le catéchisme, et, de la Vie des Saints, la jeune fille passa sans transition et presque sans conseil aux héros de Plutarque, aux Horace ou au Cinna de P. Corneille (dont elle se trouvait l'arrière-petite-nièce par les femmes), mais surtout au Brutus de Voltaire, qu'elle invoqua au moment de la décision suprême. 

Rendue à sa famille par la suppression des monastères, à l'âge de vingt-deux ans, elle rentra chez son père, rue du Bègle, à Argentan (Orne). Celui-ci, ennemi des abus, partisan avéré des idées de Turgot, était cependant demeuré royaliste. Charlotte devenait républicaine par admiration pour l'Antiquité et par mépris pour le roi régnant; à un dîner d'adieu donné en l'honneur de son frère aîné, qui partait pour Coblence, elle refusa de boire à la santé de Louis XVI, alléguant « qu'un roi faible ne pouvait être un bon roi ». 
-

Charlotte Corday.
Charlotte Corday (1768-1793).
D'après une lithographie de Delpech.

Les grandes journées de la Révolution lui apparaissaient à travers ses souvenirs classiques. Elle lisait assidûment les nouvelles, les journaux de Perlet et de Gorsas, entre autres, et les innombrables brochures qui, de Paris, inondaient les départements. Elle n'avait aucun moyen, et sans doute aucune idée de contrôle ni de critique. Comment eût-elle pu concevoir que le grand acteur du moment, n'était le peuple? Elle s'indignait de voir les individus inférieurs aux événements. Elle ne reconnut les accents de la liberté antique que dans les discours de Vergniaud, de Brissot, de Louvet, de Barbaroux; elle crut le parti girondin plus généreux que les autres. 

C'est dans de tels sentiments, et probablement avec le vague besoin d'un plus grand théâtre, qu'un beau jour elle prit congé de son père, en juin 1792, et s'en alla demander asile à une vieille parente de Caen, Mme Le Coustellier de Bretteville-Gouville, dont elle était à peine connue. D'abord accueillie froidement (« elle avait l'air de méditer un mauvais coup »), elle sut dissiper par une bonne grâce tout extérieure cette première impression; mais cette réserve obligée ne pouvait qu'aviver le feu intérieur qui la dévorait. 

Les massacres de septembre, le triomphe de la Montagne, la condamnation de Louis XVI lui apparurent comme autant de hontes pour la République, comme autant d'atteintes à son idéal. Elle connut la haine, et toute cette haine se concentra sur Marat, sur cet « ami du peuple » qui ne cessait de demander de nouvelles têtes. Les journées du 31 mai et du 2 juin, l'arrestation ou la fuite des girondins, enfin l'arrivée à Caen de dix-huit de ses chers proscrits, tout lui fit croire que la paix publique, le salut du pays seraient assurés par la mort de Marat; elle ignorait que Marat était trop malade pour avoir encore longtemps à vivre, que les puissants du jour étaient Danton et Robespierre

Avant son départ (9 juillet), elle vit, en public, Barbaroux, auquel elle recommanda une réclamation de Mme de Forbin, et qui lui remit une lettre pour Lauze-Deperret. Elle avait un passeport libellé le 8 avril pour Argentan; elle l'avait fait viser pour Paris dès le 23 avril Pourquoi écrivit-elle à son père qu'elle émigrait en Angleterre? Parce qu'elle comptait, avoue-t-elle, tuer Marat en public et tomber elle-même massacrée par le peuple, sans que son nom fût jamais connu, non qu'elle craignit l'infamie ou méprisât la gloire, mais elle ne voulait pas compromettre sa famille. Elle fit le voyage de Paris en diligence, se moqua des galanteries dont elle fut l'objet et même d'une proposition de mariage qu'elle reçut en route. Elle arriva le 11 à midi et descendit à l'hôtel de la Providence, rue des Vieux-Augustins.
-

Baudry : L'assassinat de Marat par Charlotte Corday.
L'assassinat de Marat, par Baudry (détail).

Le lendemain, elle fit, auprès de Deperret, sa commission, et lui remit un paquet de la part de Barbaroux. Le 13 au matin, elle acheta pour quarante sous, au Palais-Royal, un couteau à gaine qu'elle cacha dans son sein. A son hôtel, elle avait appris que Marat n'allait plus à la Convention. Après une tentative inutile pour être reçue par lui, à midi, elle lui écrivit qu'elle avait à lui révéler des choses importantes pour le parti montagnard, faillit encore être éconduite à sept heures et demie; mais elle insista tellement que Marat l'entendit et ordonna de la laisser parvenir jusqu'à lui. II était au bain, dans une pièce retirée, était recouvert d'un drap et d'une planchette sur laquelle il écrivait, ne laissant passer que la tête, les épaules et le bras droit. L'entretien dura environ un quart d'heure; il ne fut interrompu qu'un instant par la compagne de l'ami du peuple, Simonne Evrard, qui vit la jeune fille pleurer. On ne connaît ce qui se passa que par les aveux de Charlotte elle-même devant le tribunal révolutionnaire. Marat lui demanda les noms des députés réfugiés à Caen; elle les lui donna, il écrivait à mesure. Il conclut par ces mots :

« C'est bien! Dans huit jours ils iront à la guillotine. » 
Charlotte retrouva l'énergie qui peut-être l'avait un instant abandonnée devant un mourant, et, tirant de son sein le couteau, elle l'enfonça tout entier, jusqu'au manche, dans le coeur de Marat. « A moi, ma chère amie ! » furent les dernières paroles de la victime. Un instant immobile après l'acte accompli, Charlotte gagna la pièce voisine, « le salon ». C'était au premier : elle jeta un coup d'oeil vers la fenêtre; la porte étant solidement gardée par Simonne, par la portière Pain, par la cuisinière Jeannette Maréchal, par un plieur du journal de Marat, le commissionnaire Laurent Bas, une lutte s'engagea à coups de chaises jusqu'à ce que Laurent Bas eut « saisi le monstre par les mamelles et l'eût terrassé », selon les termes de sa déposition.
-
Charlotte Corday.
Charlotte Corday (1768-1793).
D'après un dessin de Chauer

Pour que le peuple ne vengeât pas lui-même son ami, il fallut attendre la nuit pour conduire Charlotte à l'Abbaye; mais il y eut un premier interrogatoire dans le salon par les soins du commissaire de police de la section et en présence de plusieurs membres du comité de Sûreté générale. Le lendemain 14, le comité de Sûreté générale fit des recherches, entendit des témoins; la même jour, la Convention saisit de l'affaire le tribunal révolutionnaire, devant lequel furent traduits aussi, comme complices présumés, l'évêque Fauchet (que l'on avait vu avec des femmes, dans une tribune, à la Convention), et Lauze-Deperret, Mais il fallut reconnaître que Charlotte n'avait eu ni instigateur, ni confident d'aucune sorte. 

L'instruction du tribunal, commencée le 16, fut close le jour même. Le 17 au matin, l'accusée comparut, se glorifia de « son projet extraordinaire », et regretta, sur une insinuation du président Montané, de n'avoir pas tué « tous les Marat ». Cependant on la vit repousser avec un effroi, sans doute purement physique, le couteau ensanglanté dont elle s'était servi. Elle s'était adressée pour sa défense à Doulcet de Pontécoulant, qu'elle croyait du parti de la Montagne, et auquel d'ailleurs sa lettre ne parvint que quatre jours trop tard. Elle fut défendue selon son coeur par Chauveau-Lagarde, qui se refusa à l'humilier en plaidant la folie, comme l'eût désiré Fouquier-Tinville
-

Charlotte Corday.
Portrait de Charlotte Corday, par Robert-Fleury (détail).

Condamnée à une heure, elle sortit de la Conciergerie, où elle avait été transférée, vers cinq heures; elle resta debout dans la charrette, la chemise rouge sur les épaules, calme et souriante comme une martyre au milieu des cris de la foule. Sur la place de la Révolution, elle pria qu'on lui laissât voir la guillotine, « car elle n'en avait jamais vu »; elle se livra héroïquement à la mort. Mais lorsque le valet du bourreau, Legros, prit la tête coupée et la souffleta, des cris d'indignation s'élevèrent, et bien des personnes affirmèrent que la joue avait rougi sous l'insulte.

Les écrits qu'a laissés Charlotte Corday, sa célèbre Lettre à Barbaroux, datée de l'Abbaye et de la Conciergerie, son Adresse aux Français amis des loix et de la paix, défense anticipée de son attentat, n'offrent aucune trace d'idées catholiques, ni même simplement chrétiennes. On sait que depuis longtemps elle n'allait plus à confesse, et ce n'est certainement pas parce que le prêtre était assermenté qu'elle en refusa, avec politesse d'ailleurs, le ministère. Charlotte était devenue déiste; son esprit vécut jusqu'au bout avec les Anciens. Elle s'excuse sur l'exemple d'Alcide (Hercule), le destructeur des bêtes féroces. Elle n'imitera point Pâris en se tuant. Elle croit les Français indignes de la liberté; elle ira « jouir du repos dans les Champs Elysées avec Brutus et quelques Anciens ». 

Son fanatisme est d'inspiration classique, ajoutons provinciale; la Normandie ne s'y est pas trompée et en a fait son héroïne. Dans Adam Lux, Louvet, André Chénier et dans plus d'un moderne, elle a eu de véritables adorateurs. Elle a inspiré échelles oeuvres aux peintres Hauer, Henri Scheffer, Baudry, au sculpteur Clésinger, de
belles pages à Lamartine, à Michelet, de belles scènes à Louise Galet et à Ponsard (1850). Elle a ses érudits, pour qui nul détail n'est indifférent. De pieux écrivains ont osé la comparer à Jeanne d'Arc; Lamartine en fait « l'ange de l'assassinat ». Vergniaud, de sa prison, avait tout dit : 

« Elle nous perd, mais elle nous apprend à mourir. » 
(H. Monin).


Catherine Decours, Mémoires de Charlotte Corday : Ecrits dans les jours qui précédèrent son exécution, Plon , 2009.
225921049X
Le 13 juillet 1793, une très jolie fille coquettement vêtue "d'un jupon à raies couleur boue de Paris" était admise près de Marat qui se soignait dans sa baignoire. Le couteau qu'elle cachait dans son corsage devait tuer "L'Ami du Peuple". Cette scène est l'une des plus connues de l'histoire de France, mais quel chemin a conduit Charlotte Corday jusqu'au crime? Quelles circonstances, quelles épreuves ont forgé en elle la volonté d'accomplir un geste qui reste unique dans l'Histoire car il vient d'une jeune fille qui a tout son bon sens, qui agit seule et qui, de plus, est républicaine? Bien des légendes contradictoires ont été élaborées autour de celle qu'Hébert appelait "la garce du Calvados" et Michelet " l'ange de l'assassinat ". Catherine Decours, pour serrer le personnage au plus près, a choisi de rédiger à la place de Charlotte, et dans sa langue, des mémoires écrits dans la prison où la jeune fille a attendu d'être guillotinée après le procès le plus suivi de la Révolution. Depuis l'enfance pauvre, passée dans un manoir normand, jusqu'au jour de l'assassinat, c'est tout le chemin parcouru par celle qui était l'arrière-petite-fille de Corneille que l'auteur a refait. C'est aussi l'histoire de la Révolution, vue de la province avec ses passions, ses espoirs, ses drames et ses peurs. On ne peut qu'être ébloui par un tel travail, une telle clarté et une telle réussite. (couv.).

Guillaume Mazeau, Le bain de l'histoire : Charlotte Corday et l'attentat contre Marat 1793-2009, Editions Champ Vallon, 2009. Charlotte Corday en 30 question, Geste Editions, 2006.

Jean-Denis Bredin, On ne meurt qu'une fois : Charlotte Corday, Fayard, 2006. - Qu'avait été Marat sinon un improvisateur solitaire, " un cerveau brûlé, un fou atrabilaire, ou bien sanguinaire, ou bien un scélérat soudoyé... ", comme ne cessaient de le crier, selon lui, les ennemis de la liberté, c'est-à-dire ses ennemis ? La soif, jamais satisfaite, de châtiment et de sang versé, l'exaltation de la mise à mort qui inspirèrent, dans les mois qui suivirent la mort de Marat, " la grande Terreur ", se passèrent aisément du prophète disparu. Ce que Charlotte Corday n'avait pas vu, n'avait pas su, c'est que, tuant Marat, elle ne faisait, obéissant à son devoir, que massacrer un symbole. Mais il nous faut regarder ce qu'elle a voulu, ce qu'elle a rêvé. Sa mission, son devoir ne pouvaient être de sauver la Révolution, ni même de mettre fin aux crimes qu'exaltait Marat. Ils étaient de punir le " monstre ", de " venger la France " et les Français. Elle l'avait dit fièrement, lors de son procès, répondant aux questions du président Montané : " Le président - Quels sont les motifs qui ont pu vous déterminer à une action aussi horrible ? L'accusée - Tous ses crimes. C'est lui qui entretient le feu de la guerre civile pour se faire nommer dictateur ou autre chose... Je savais qu'il pervertissait la France. J'ai tué un homme pour en sauver cent mille. Le président - Croyez-vous avoir tué tous les Marat ? L'accusée - Celui-ci mort, les autres auront peur... peut-être. " Charlotte Corday savait qu'elle n'avait pas assassiné tous les Marat, et elle ne pouvait être assurée que les " autres Marat " auraient peur. Seulement elle pensait avoir accompli son devoir, comme un héros antique. Elle est Judith, et elle a tranché la tête d'Holopherne. Elle a levé sur César le poignard de Brutus. Devant le Tribunal de Dieu, ou celui de l'histoire, ou celui de sa conscience, elle devait être la " meurtrière de la tyrannie ". Elle ne devait penser ni à ses souffrances ni aux souffrances de ceux qu'elle avait pu aimer. Elle avait " offert sa vie ", sûre d'" avoir bien servi l'humanité ". J.-D.B. 

Martial Debriffe, Charlotte Corday, France-Empire, 2005.

Bernardine Melchior-Bonnet, Charlotte Corday, Perrin, 2000.



Page sur Marie Anne Charlotte Corday d’Armont du site Histoire en ligne.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2011. - Reproduction interdite.