.
-

Clément XIV

Clément XIV (Jean-Vincent-Antoine Ganganelli), est le 256e 'pape. Il a été élu le 19 mai 1769, et est mort le 22 septembre 1774. Il était fils d'un médecin et il était né le 31 octobre 1705, au bourg de San-Arcangelo, près de Rimini; il commença ses études chez les Jésuites de Rimini et les continua au collège des piétistes d'Urbino. Le 17 mai 1723, il prit l'habit chez les franciscains et reçut le nom de Fra Lorenzo; une année après, il fit profession solennelle. En 1731, il obtint le grade de docteur en théologie et il fut envoyé à Ascoli pour y enseigner cette science. En 1741, il fut chargé de la direction du collège San-Bonaventura, à Rome, et nommé définiteur général de son ordre; il refusa deux fois (1753, 1759) d'eu devenir le général. Benoît XIV le fit consulteur du saint-office; Clément XIII, cardinal (24 septembre 1759). 

Le 15 février 1769, treize jours après la mort de Clément XIII, s'ouvrit le conclave qui devait lui donner un successeur. Il s'y trouvait un certain nombre de cardinaux impartiaux et deux partis extrêmes : les zelanti, fauteurs ardents des Jésuites, et le parti des couronnes, décidé à rendre la paix à l'Eglise, en donnant sa satisfaction aux puissances qui réclamaient l'abolition de l'ordre des Jésuites. Dès l'ouverture du conclave, les ambassadeurs de la maison de Bourbon demandèrent qu'on attendît les cardinaux espagnols et français. Malgré cette injonction, les zelanti s'efforcèrent de hâter les opérations et de faire élire le cardinal Chigi; mais il leur manqua deux voix, et ils durent se résigner à attendre les cardinaux étrangers. Pendant trois mois, le conclave resta opiniâtrement divisé et agité par les partis rivaux; finalement, il élut à l'unanimité le cardinal Ganganelli. 

C'était le seul moine du conclave ; il avait, constamment gardé une attitude conciliatrice entre les zelantii et le parti des couronnes; suspect d'abord aux cardinaux français, parce qu'il était porté par les Albani, leurs adversaires, il n'avait été admis par eux que sur la recommandation des cardinaux espagnols, qui l'avaient agréé, non en conséquence d'an pacte formel, mais à cause de son caractère. Il n'avait acheté sa nomination par aucun marché aliénant la liberté du pape. L'existence du billet que ses ennemis prétendent avoir été adressé par lui au roi d'Espagne n'est pas démontrée. D'ailleurs, ce billet ne contient aucun engagement; Ganganelli y déclare « qu'il recourait an souverain pontife le droit de pouvoir éteindre en conscience la société de Jésus, en observant les règles canoniques, et qu'il est à souhaiter que le futur pape fasse tous ses efforts pour accomplir le voeu des couronnes ». Le droit dont il s'agit ne pouvait être contesté par aucun théologien catholique, et par les ultramontrains moins encore que par tous autres; le reste est l'expression d'un simple souhait.

Le 13 décembre 1769, Clément adressa aux pasteurs et aux fidèles une encyclique, qui était le programme de son pontificat; il y recommande l'obéissance aux princes, le respect et l'amour, et il déclare que le bien de l'Eglise est inséparable de la paix des Etats. Le jeudi saint de l'année 1770, il s'abstint de faire procéder à la lecture accoutumée de la bulle In caena domini; il leva les excommunications prononcées aux termes de cette bulle, contre les administrateurs du duché de Parme (Clément XIII); il réussit à apaiser le roi du Portugal, qui avait menacé le précédent pape de supprimer la nonciature et de nommer un patriarche pour ses Etats. Malgré l'incessante pression des puissances qui avaient banni les Jésuites, il ne mit aucune hâte à l'instruction de la grande cause relative à l'abolition de cet ordre; il y procéda lui-même, sans confier à personne le résultat de ses délibérations, sinon peut-être aux pères Buontempi et Francesco, deux religieux de son couvent des Saints-Apôtres, qu'il avait gardés auprès de lui. Ce ne fut qu'après quatre années de silencieux examen qu'il signa le bref d'abolition Dominus ac Redemptor noster. Ce bref fut signé le 21 juillet 1773, mais il ne parut que le 16 août.

Afin d'éviter toute apparence de satisfaction livrée aux instances des ambassadeurs, il ne leur donna communication du bref d'abolition, qu'après l'avoir fait expédier aux nonces et aux évêques. A tous les remerciements qui lui furent adressés, il se contenta de répondre qu'il avait agi pour le bien de l'Eglise. 

Immédiatement après la promulgation, Bénévent et Ponte-Corvo furent restitués au Saint-Siège; en décembre 1713, l'ambassadeur de France reçut l'ordre de traiter de la remise d'Avignon et du comtat Venaissin. De leur côté, les partisans des Jésuites attendaient le châtiment céleste qui devait frapper le pape coupable d'avoir aboli cet ordre; les plus fanatiques annoncèrent sa mort prochaine, sur la foi des visions de soeur Marie-Thérèse du Coeur de Jésus et de Bernardine Renzi, divulguées par les confesseurs de ces femmes. Des rapports du cardinal de Bernis, ambassadeur de France, écrits longtemps avant la promulgation du bref Dominus ac Redemptor noster, attestent que Clément avait le pressentiment que l'abolition de l'ordre des Jésuites lui coûterait la vie. Plus tard, en signant le bref, il avait dit : Questa suppressione mi dara la morte

Quelques mois après cette signature, la santé du pape, jusqu'alors vigoureuse, déclina rapidement. Quand il mourut, la rumeur se répandit aussitôt qu'il avait été empoisonné. Le 26 septembre 1774, cinq jours après cette mort, le cardinal de Bernis écrivait au ministre de Louis XVI

« Le genre de maladie du pape et surtout les circonstances de sa mort font croire communément qu'elle n'a pas été naturelle [...]. Les médecins qui ont assisté à l'ouverture du cadavre s'expriment avec prudence, et les chirurgiens avec moins de circonspection. Il vaut mieux croire à la relation des premiers que de chercher à éclaircir une vérité trop affligeante et qu'il serait peut-être fâcheux de découvrir. » 
Dans une dépêche du 26 octobre, le cardinal est plus explicite ; il conclut à l'empoisonnement, et il écrit : 
« Les circonstances qui ont précédé, accompagné et suivi la mort du dernier pape excitent également l'horreur et la compassion [...].On ne peut dissimuler au roi des vérités, quelque tristes qu'elles soient, qui seront consacrées par l'histoire. »
On a beaucoup écrit sur cette accusation, les uns pour la soutenir, les autres pour la combattre; les uns et les autres vraisemblablement avec une parfaite bonne foi. La décision des débats de ce genre appartient aux tribunaux plutôt qu'à l'histoire. Quand un empoisonnement n'a pas été constaté par une enquête judiciaire, il peut presque toujours être nié. En ce qui concerne l'empoisonnement de Clément XIV, une seule chose est certaine, c'est que ce pape était convaincu que les Jésuites ou leurs adeptes étaient capables de le commettre. 

Le caractère de Clément paraît avoir été celui d'un Franciscain animé, autant qu'il était possible au XVIIIe siècle, de l'esprit de saint François d'Assise, épris de simplicité, de recueillement et d'amour des oeuvres de Dieu dans la nature. Avant son élévation, il prenait ses délassements dans l'étude de la botanique et de l'entomologie et quelques exercices corporels. Devenu pape, il continua à rechercher le silence et la solitude, ayant pour compagnie préférée quelques religieux de son ordre. De tous les papes, il est peut-être celui qui a le moins parlé, et l'un de ceux qui ont le plus scandalisé Ies Romains par le mépris des pompes que ce peuple affectionne. 

On lui doit la fondation du musée Clémentin destiné à la conservation des monuments de l'Antiquité, qu'on découvre fréquemment à Rome. Le seul recueil de ses oeuvres qui puisse être consulté avec confiance est celui du P. Theiner, Clementis XIV, pontiicis maximi, epistolae, brevia selectiora ac nonnulla acta pontificatus... (Paris, 1852). Les Lettresintéressantes (Paris, 1775, 2 vol. in-12), que Louis Caraccioli lui attribue et qu'il prétend traduire, ont été pour la plupart composées par le traducteur. Il en est de même des Nouvelles lettres intéressantes du pape Clément XIV (Paris, 1776-1777, 3 vol.). (E.H. Vollet).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2012. - Reproduction interdite.