.
-

Clauberg

Johann  Clauberg est un philosophe, disciple de Descartes, né à Solingen (Westphalie) le 24 février 1622 (selon d'autres en 1625), mort à Duisbourg le 31 janvier 1665. Il fut élevé par ses parents dans la religion réformée, et il était, suivant Leibniz, d'une piété qui allait jusqu'à l'extase. Après ses études, commencées à Brême et continuées à Groningue, il entreprit un voyage en France et en Hollande. C'est à Leyde que pour la première fois il connut le cartésianisme. Ce fut pour lui une révélation, et il aimait à dire « qu'après les livres saints il n'en estimait point audessus de ceux de Descartes ». Aussi pendant sa courte existence n'eut-il pas d'autre but que de les répandre. On l'a appelé « le plus pieux et le plus enthousiaste des cartésiens ».

En 1650, il fut nommé par le duc de Nassau professeur de philosophie et de théologie à Herborn :  il y resta jusqu'en 1652. A cette époque il fut appelé à diriger le gymnase de Duisbourg où il enseigna la philosophie jusqu'à sa mort. Il a publié un assez grand nombre d'ouvrages. Les uns ont pour objet l'apologie du cartésianisme et la réfutation de ses adversaires; telles sont par exemple sa Defensio Cartesiana adversus Jacobum theologum leidensem et Curiacum Lentulum professorem herbornensem (1652, in-12); Initiatio philosophi, sive dubitatio cartesiana ad metaphysicam certitudinem viam aperiens (Muhlberg, 1687, in-12); d'autres sont de simples commentaires de la doctrine du maître, comme sa Paraphrasis in Renati Descartes meditationes de prima philosophia, ouvrage clair et exact, malgré quelques longueurs.

Mais il ne s'est pas borné à ce rôle de vulgarisateur; il a eu aussi l'ambition de combler une lacune du cartésianisme par sa Logica vetus et nova, vel novantiqua (Duisbourg, 1656, in-8), mise, à profit plus d'une fois par les auteurs de l'Art de Penser, de Port-Royal. Dans deux autres volumes, De Corporis et animae in homine conjunctione et surtout De Cognitione Dei et nostri exercitationes centum, qui est son ouvrage principal, il apporte quelques modifications à la doctrine de Descartes, et fait un pas vers le panthéisme il est le premier chaînon logique qui relie Descartes à Spinoza.

Johann Clauherg a en outre composé deux traités en allemand : le premier sur la Différence de la philosophie cartésienne et de la philosophie vulgaire, le second sur les Langues. Ses oeuvres complètes ont été publiées à Amsterdam en 2 vol. in-4 (1694). Clauberg était un homme doux et paisible ; l'amour de la tranquillité tempéra beaucoup sa hardiesse. Il était de santé délicate et mourut à quarante-trois ans. (GE).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.