.
-

Les Toltèques

Les Toltèques fsont un peuple de l'Amérique précolombienne, qui, du VIIe au Xe siècle de notre ère, a dominé sur le plateau mexicain de l'Anahuac.

Les Toltèques, rameau d'une famille linguistique plus étendue, les Nahuas (comme les Aztèques, leurs successeurs), ne se reconnaissaient pas, d'après leurs traditions, comme autochtones.

Ils prétendaient être venus par mer d'un pays surpeuplé, situé au Nord-Ouest du Mexique et ne s'être fixés au centre de l'Anahuac qu'après de longues vicissitudes. 

Un fait certain, c'est l'origine nomade de cette population que l'on range ordinairement parmi ces "barbares" Chichimèques, qui parcouraient de longue date le plateau mexicain, et parmi lesquels on rangera aussi, par exemple, les Apaches, plus au Nord et rattachés à un groupe linguistique différent.

Un autre point avéré, c'est l'établissement  des Toltèques autour de Cholula, restée la ville sainte de ce peuple et, plus tard, de Tula (la capitale du Xe s.), d'un grand Etat toltèque. 
-

Cholula : pyramide toltèque.
La pyramide toltèque de Cholula.

Un troisième fait évident, c'est le degré de réelle civilisation auquel les Toltèques parvinrent dans l'Anahuac, spécialement en ce qui concerne l'art de bâtir. Tulteca devint mène peu à peu synonyme de constructeur. Ce sont eux qui, aussi, donnèrent une importance accrue aux sacrifices humains.

Selon la légende toltèque, un roi de Tula, nommé Ce-Acatl Topiltzin ( = Un-Roseau Notre Prince), aurait été chassé de sa capitale par les manigances du grand prêtre, qu'on assimilera au dieu Tezcatlipoca. Le roi est quelques-uns de ses fidèles s'exilèrent au Yucatan où il fondèrent, en 987, la cité de Chichen Itza . Les traditions assimilèrent Ce-Acatl Topiltzin au dieu Quetzalcoatl, le Serpent à plumes, auxquel elles reconnaissaient des affinités avec la planète Vénus

Encore à l'époque de la conquête espagnole on venait en pèlerinage à un temple que Quetzalcoatl avait élevé au sommet d'une pyramide. C'est là que les princes aztèques avaient entassé de riches offrandes composées de tissus soyeux de poils de lapin, de fines étoffes de coton aux couleurs brillantes et variées, des ouvrages d'orfèvrerie et d'écaille, de belles poteries, etc., qui rappelaient l'art des Toltèques et faisaient l'admiration des conquérants européens. (A19).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.