.
-

Les Chichimèques

Le mot Chichimèque est un terme générique pour désigner diverses  tribus nord-américaines d'origines diverses. Ce que tous ces Chichimèques avaient de commun, c'était, aux yeux des populations sédentarisées de longue date, d'être des "barbares". Il reste difficile de les identifier avec quelques tribus des Etats-Unis, d'où venaient certainement ceux du Mexique. Les uns font venir leur nom de chichi, chien (par extension : chasseur); les autres de chichini, suceur (de viande crue); mais on n'en connaît pas le sens réel.

Les descendants des Teo-Chichimèques, établis au Mexique et mêlés avec des peuples déjà présents, furent absorbés par eux et formèrent les Nahua-Chichimèques, les Oton-Chichimèques (avec les Otomis) et les Cuextec-Chichimèques (avec les Huaxtèques). 

Ils y arrivèrent à plusieurs reprises : la première migration aurait eu lieu, selon Sahagun, après la destruction des premiers Toltèques, vers l'an 300 avant notre ère; une autre eut lieu mille ans plus tard, selon J. de Torquemada. Ils continuèrent à y vivre en chasseurs nomades et troglodytes, aussi ne sait-on rien de leur histoire primitive. D'après les Annales de Cuauhtitlan, ceux de cette ville se constituèrent en monarchie sous Chicontonatiuh (687). 

Au IXe siècle, ceux de Tollan, leurs voisins, reçurent, selon la légende, de Topiltzin ou Quetzalcoatl les germes d'une civilisation plus avancée, mais après l'exode de celui-ci, vers l'an 900, ils furent pendant plus d'un siècle troublés par des discordes intestines et l'un des prétendants au trône, Nauhyotzin, une de leurs princes, fonda au sud du lac de Mexico le royaume de Coluacan, vers la fin du XIe siècle. Au commencement du suivant, le Chichimec Xolotl, venu du royaume septentrional d'Amaqueme, s'établit entre Cuauhtitlan et le lac de Mexico, à Tenayocan qui devint le centre d'un grand empire, transféré sous son troisième successeur, Quinatzin, à Tezcuco, sur la rive opposée du même lac (vers l'an 1300). 

Cette fraction des Chichimèques, ayant alors adopté la religion, les moeurs et le nahua, langue des Coluas, eut à repousser les assauts de bandes restées sauvages qui, vaincues à Poyauhtlan et expulsées du bassin de l'Anahuac, allèrent fonder au delà de la montagne les Etats de Cholula, Tlaxcala et Huexotzinco; dès lors confondue avec les Coluas et plus tard, elle se mêla systématiquement par ordre de Techotlala avec les autres peuples de l'empire. Deux de ses derniers rois, Nezahualcoyotl et Nezahualpilli, sont surtout célèbres par leur sagesse et leur magnificence. 

De leur religion primitive, on siat qu'ils adoraient le dieu invisible, Yoalli ehecatl (vent nocturne), et Mixcoatl (tornade), et ne leur offraient que des fleurs, du gibier, jusqu'à ce que les Coluas leur imposassent les sacrifices humains. 

Les descendants des Chichimèques sauvages, au nombre desquels étaient les Apaches, ont continué jusqu'à la fin du XIXe siècle de piller et saccager les établissements européens du Mexique ou du Sud-Ouest des Etats-Unis. (Beauvois).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.