.
-

Césalpin

Cesalpino (Andrea), ou Césalpin, médecin, philosophe, chimiste et botaniste né à Arezzo (Toscane) en 1519, mort à Rome le 23 février1603 (La Renaissance). Il étudia la philosophie et la médecine à Pise et y fut reçu docteur en 1551; il y devint professeur de médecine quelques années après, et en 1555, à la mort de Luca Ghini, obtint la chaire de matière médicale et la direction du jardin botanique. Enfin, en  1592, il passa à Rome comme médecin du pape Clément VIII, et comme professeur au collège de la Sapience.

Césalpin avait une approche d'une puissante originalité et ouvrit tant à la philosophie qu'à la médecine et à la botanique des voies nouvelles. L'un des titres de gloire de Césalpin, c'est d'avoir connu et bien décrit la petite circulation et d'avoir indiqué la grande; en 1876, Ceradini a revendiqué pour son compatriote la découverte de la grande circulation et traité l'illustre Harvey de brigand. Il est incontestable que les recherches de Césalpin ont servi à Harvey, mais c'est le physiologiste anglais qui a établi d'une manière irréfragable et expérimentalement ce que Césalpin avait simplement pressenti.

Enfin, c'est comme botaniste que Césalpin se distingua le plus; il fut, comme le dit E.-H.-F. Meyer, le plus grand botaniste de son siècle. Son ouvrage De Plantis libri VIII (Florence, 1583, in-4) a fait époque, non pas tant à cause des idées assez vagues qu'il y a émises sur la sexualité des plantes, que pour le système de classification qu'il y a exposé et dans lequel tous les progrès ultérieurs se trouvaient en germe (La botanique à la Renaissance); entre autres caractères, il s'appuya principalement sur la placentation (Placenta) et sur la situation de l'embryon. Ce qu'il a l'ait pour les plantes, il l'a tenté pour les minéraux, mais avec moins de succès.

Césalpin a consigné ses opinions philosophiques dans l'ouvrage intitulé Quaestiones peripateticae. D'après lui, Dieu est la substance première, le principe de toutes les choses, de la matière aussi bien que de la forme. Il ne s'est proposé, en créant, d'autre but que sa propre activité, il n'y a donc pas de fins particulières dans la nature, oeuvre de Dieu. Ce qui prouve qu'il  y a dans le monde des substances autres que Dieu, c'est que Dieu étant le souverain bien est aussi souverainement désirable, il faut donc qu'il y ait autre chose que Dieu pour le désirer, autrement le désirable ne serait pas désiré. Mais toutes les substances participent de la nature de la substance primitive qui est la raison de leur existence

C'est dans sa pensée éternelle que Dieu conçoit les êtres, les lois selon lesquelles existent ces êtres sont donc éternelles; ainsi, les individus sont passagers et mortels, mais les genres et les espèces sont invariables et éternels. C'est la chaleur qui est dans les animaux le principe de la vie; les animaux se propagent par la génération, suais ils ont pu naître spontanément de la matière en putréfaction sous l'influence de la chaleur, comme on voit tous les jours des insectes se former. De tous les animaux, l'humain est le seul qui pense et puisse espérer l'immortalité. L'âme de l'humain est donc immortelle et indépendante de l'organisme. Elle réside dans le coeur et, grâce au sang, est présente par tout le corps

Le système de Césalpin se rapproche presque sur tous les points du système d'Aristote qu'il a contribué à faire connaître et à mieux faire comprendre qu'on ne le faisait auparavant. (Dr L. Hn / G. F.).



En bibliothèque - Citons de Césalpin : De Plantis libri VIII (Florence, 1583, in-4). - Quaestionum peripateticarum libri V (Venise, 1571, in-4, et autres éd.). - Daemonum investigatio peripatetica, in qua explicatur locus Hipprocratis si quid divinum in morbis (Florence, 1580, in-4). - Quaestionum libri II (Venise, 1593, 1604, in-4). - De Metallicis libri III (Rome, 1596, in-4). - Katroptron sive specumum artis medicae Hippocraticum (Rome, 1601, in-12, et nombreuses éd.). - Appendix ad libras de plantis, etc. (Rome, 1603, m-4). - Praxis rnedica (Trevise, 1606, in-8).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.