.
-

Celse

Celse ou Celsus (Aulus Cornelius). - Célèbre écrivain romain, dont on ne connaît exactement ni le nom, ni le lieu de naissance, ni l'époque où il a vécu, La plupart des éditions portent Aurelius Cornelius Celsus, mais d'après un ancien manuscrit du Vatican, c'est Aulus; son nom de Cornelius indique, en outre, qu'il était membre de l'illustre maison Cornelia, ou du moins d'une naissance relevée. Celsus était un surnom, assez répandu du reste, Caelius Rhodiginus a fait naître Celse à Vérone, d'autres lui assignent Rome pour lieu de résidence; une seule chose paraît très probable, c'est qu'il résida bien à Rome. 

Celse était-il médecin? c'est très peu probable; son fameux traité De re medica faisait partie d'une encyclopédie, où il était traité de l'agriculture, de la rhétorique, de l'art militaire, etc.; il était donc un vulgarisateur. On admire la sagacité déployée par cet auteur dans la discussion des doctrines médicales, l'appréciation des indications thérapeutiques et celle des méthodes et des procédés chirurgicaux; c'est que probablement Celse possédait une vraie pratique, traitant ses parents, ses amis, ses esclaves et les esclaves de ses amis, sans exercer la profession pour vivre. Quintilien, Columelle, Pline citent Celse avec éloge; les Grecs ne le citent pas, probablement, dit Daremberg, parce qu'ils n'ont jamais pris l'encyclopédiste romain pour un médecin et que, d'ailleurs, ils possédaient les originaux où lui-même avait puisé.
-

Celse.
Celse.

A quelle époque Celse a-t-il vécu? Il parle de Thémison comme d'un auteur récent, il ne prononce pas le nom de Musa, médecin d'Auguste; Columelle, qui florissait quarante ans ap. J.-C., fait de lui des citations; enfin son style, de la meilleure latinité, est celui du grand siècle; il est donc très probable qu'il écrivait dans la première moitié du règne d'Auguste.

L'ouvrage de Celse est un admirable résumé de ce qui avait été fait en médecine et en chirurgie depuis Hippocrate jusqu'à l'an 30 ou 40 avant notre ère. Quoique partisan, jusqu'à un certain point, du méthodisme d'Asclépiade, il avait adopté un véritable éclectisme, prenant la vérité partout où il croyait la rencontrer. Malgré ses mérites, le livre de Celse fut à peu près éclipsé pendant le Moyen Âge; il est seulement cité par quatre auteurs  : Isidore de Séville, Gerbert, Jean de Salisbury et Simon Januensis; c'est, paraît-il, Thomas Perentoncelli de Sarzana, pape sous le nom de Nicolas V (1447-1455), qui retrouva un manuscrit de Celse, celui duquel tous les autres ont été copiés. (Dr L. Hn).



En bibliothèque. - La plus ancienne édition de ses oeuvres est celle de Florence (1478, pet. in-fol.), presque introuvable; l'édition de Milan (1481, in-fol.), est également très rare; ces éditions furent suivies d'une foule d'autres; celles de Targa (Padoue, 1769, in-4; 1815) sont parmi les meilleures; les éditions de Ritter et Albers (Cologne, 1830, in. 8) et Daremberg (Paris, 1859, in-8), sont d'un format très commode. Les traductions françaises sont assez nombreuses; les meilleures sont celle de Ninnin (Paris, 1754, 2 vol. in-42); réimp. en 1821, puis réédité sans modifications sérieuses par Ratier et Fouquier (Paris, 1828, in-18); celle de Des Étangs (Paris, 1846, in-8), qui fait partie de la collection des classiques de Nisard; enfin celle de Védrènes, avec le texte en regard (Paris, 1876, gr. in-8).
Celse ou Celsus (Apuleius), médecin romain contemporain du précédent, mais probablement plus jeune que lui; il vécut sous Auguste et sous Tibère. Seribonius Largus nous apprend qu'il naquit à Centuripes (Centorvi) en Sicile. Il fut le maître non seulement de Seribonius Largus, auteur d'un traité de la composition des médicaments et médecin de Claude, mais aussi de Vectius Valens, un des amants de la célèbre Messaline, qui fut mis à mort en même temps qu'elle. On a attribué à Apuleius Celsus des ouvrages sur l'agriculture et sur les vertus des plantes, qui ne sont probablement pas de lui. (Dr L. Hn).
Celse. - Philosophe qui vivait à Rome sous les Antonins. On ne sait pas très exactement à quelle école il appartenait. Stoïcien selon les uns, platonicien selon les autres, épicurien d'après Brucker, qui a longuement discuté la question (Hist. crit. philosop., t. II), il paraît être le même à qui Lucien a dédié son livre sur Alexandre, Celse semble s'être donné pour mission de réfuter le christianisme. Du moins, le seul ouvrage que nous connaissions de lui, intitulé Discours véritable, se proposait-il cet objet. Encore ne le connaissons-nous que par la réfutation qu'Origène en a faite. 
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.