.
-

Cardona

Ramon de Cardona est un condottière du XIVe siècle. Cet aventurier, qui semble d'origine catalane, a été à plusieurs reprises général du parti des Guelfes et général ordinairement malheureux. Après s'être distingué au siège de Gênes, il fut choisi en 1320 pour général de l'armée pontificale qui, avec celle de Robert, roi de Naples, cherchait à conquérir le nord de l'Italie, fut battu le 6 juillet 1322 par Marco Visconti, au pont de Basignano, mais put refaire son armée avec l'aide des Florentins, prit Cortone, Alexandrie et assiégea même Milan.

Marco Visconti accourut, battit Ramon de Cardona, à Nauri, sur l'Adda, le 28 février 1324, et le fit prisonnier, ainsi que bon nombre de ses officiers. On lui laissa la liberté sous la condition qu'il négocierait près du Saint-Siège en faveur des Gibelins et qu'il ne porterait plus les armes contre eux ; le pape Jean XXII le releva de son serment et lui permit, ou même lui donna l'ordre d'aller se mettre à la tête des Guelfes florentins, menacés par le vaillant Lucquois Castruccio Castracani (3 décembre 1324).

Pour ses débuts, comme capitaine de la République, Ramon de Cardona prit et rasa le chateau d'Artimmo près de Pistoia; on lui donna alors l'armée la plus belle que les Florentins eussent jamais levée; 15.000 fantassins et 4000 cavaliers, et avec elle il eut quelques succès partiels et déconcerta un moment Castruccio ; le 29 juillet 1325, il prit Montefalcone; perdit un temps précieux pour s'emparer d'Altopascio, laissa à Castruccio le temps de recevoir des secours de Azzo Visconti et se fit battre complètement au pont de Cappiano (23 septembre 1325). 

Il fut fait prisonnier avec son fils, et Florence, qui racheta les autres captifs, ne voulut poas payer sa rançon ; il demeura captif jusqu'à la mort de Castruccio, en 1328. « Ramon de Cardona, dit Perrens, à partir de ce moment, disparaît de l'histoire. » (E. Cat).

Don Ramon de Cardona est un général espagnol du XVIe siècle. Très aimé de Ferdinand le Catholique, dont il passait pour être le fils, il fut nommé en 1509 vice-roi de Naples. En 1510, il eut à calmer une sédition excitée en ce royaume par une tentative pour y établir l'Inquisition et fit abandonner ce projet par le roi. En 1511, il fut nommé généralissime de l'armée de la sainte Ligue et alla d'abord assiéger Bologne qu'occupaient les Français (janvier 1512); mais Gaston de Foix accourut avec une armée de renfort et pénétra dans la place (5 février); suivant quelques auteurs, le général espagnol aurait livré passage aux Français moyennant 30.000 écus. 

Ramon de Cardona forcé de battre en retraite reçut de Ferdinand l'ordre de ne pas livrer de bataille à l'habile général français, mais n'en tenant aucun compte, il quitta une forte position qu'il occupait et se rencontra avec Gaston de Foix à Ravenne (12 avril). Après une lutte sanglante, l'armée espagnole fut enfoncée, et selon la tradition, Cardona aurait fui du champ de bataille, avant la fin du combat. La mort de Gaston de Foix au milieu de sa victoire permit cependant au vice-roi de reprendre ensuite l'avantage; sous prétexte d'expulser les Français des forteresses, il mena vivre ses troupes dans les riches cantons de la Lombardie

Chemin faisant, il mit à sac Prato (30 août) où 3000 individus furent impitoyablement égorgés, n'épargna Florence que moyennant une forte somme d'argent, pilla Crémone, Brescia, Bergame et parcourut tout le pays jusqu'à Padoue, ne laissant que des ruines. Il s'empara même de Padoue en 1513 malgré les efforts d'Alviano, arriva en vue de Venise et bombarda la grande cité, puis se retira avec 1500 chariots chargés des dépouilles de la Vénétie

Alviano le poursuivit et l'attaqua à Vicence (7 octobre 1513), mais l'infanterie espagnole remporta une victoire complète; elle passa l'hiver dans les cantons du voisinage et se tint sur la défense pendant toute l'année 1514. En 1515, Cardonne devait s'unir aux Suisses et à l'armée du pape pour arrêter François Ier; mais il ne s'accorda pas avec les généraux ennemis, laissa les Suisses livrer seuls la bataille de Marignan et dut se retirer précipitamment dans le royaume de Naples. Il fut maintenu à la tête de ce royaume par Charles-Quint et remplacé par Ch. de Launay.  Il mourut vers 1525. (E. Cat).

Juan-Bautista Cardona est un antiquaire et bibliographe espagnol, né à Valence au commencement du XVIe siècle, mort le 30 décembre 1589. Il fut chanoine de sa ville natale, inquisiteur, puis successivement évêque de Perpignan, de Vich (Catalogne), et de Tortosa. 

On lui doit : Oratio de sancto Stephano (Rome, 1575); De expungendis haereticorum propriis nominibus (Rome, 1576, in-8); De regia sancti Laurentii Scorialensis Bibliotheca libellus, sive consilium cogendi omnis generis utiles libros (Tarragone, 1587, in-4); ce dernier ouvrage contient des dissertations sur les bibliothèques et sur les diptyques.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2018. - Reproduction interdite.