.
-

Burton

Burton (Richard Francis). - Voyageur, écrivain et linguiste, né le 19 mars 1821 à Barhamhouse, dans le comté de Herts, mort en 1890. En 1842, étant au service de la Compagnie des Indes, il étudia les langues orientales. En 1844, envoyé dans le Sindh avec son régiment, il fit une excursion à Goa et aux Nilgherries ou Montagnes Bleues et publia successivement : Goa and the Blue Mountains (1851); Sindh and the Races that inhabit the Valley of the Indus (1851); Falconry in the Valley of the Indus (1852). II apprit la langue parlée à Moultan et en écrivit une grammaire; il fit des excursions chez les tribus les moins connues, sous les haillons d'une robe de derviche. Plus tard, il songea à visiter Médine et La Mecque où aucun Eruopéen n'avait pu pénétrer depuis le voyageur suisse Burckhardt. Il reçut pour cette entreprise l'appui de la Société de géographie de Londres, et s'embarqua pour Suez en 1853. Il voyagea en se faisant passer pour Afghan, sous le nom de Mirza Abdullah. Il a laissé une relation de ce curieux et audacieux voyage : Pilgrimage to El Medinah and Meccah (1855, 3 vol.).

Richard Burton organisa plus tard une expédition dans le pays des Somali, avec le lieutenant Speke comme second, et deux officiers indiens, les lieutenants Stroyan et Herne. Son but était de visiter Harrar, qu'une trentaine de voyageurs avaient vainement tenté d'atteindre. Il y réussit, déguisé en Arabe, mais les voyageurs furent attaqués de nuit à Berbera par les naturels, Stroyan fut tué, Burton et Speke furent grièvement blessés et parvinrent non sans peine à s'échapper.  Burton publia First footsteps in Eastern Africa, ouvrage qui contient une grammaire du dialecte de l'Harar. Il fut ensuite envoyé en Crimée comme chef de l'état-major de la cavalerie irrégulière.

Le plus célèbre voyage de Burton fut celui qu'il entreprit dans la région des grands lacs de l'Afrique (L'exploration de l'Afrique). En 1836, la Société de géographie de Londres le chargea de reconnaître l'existence des grands lacs, d'en relever la position exacte, et de les étudier au point de vue géographique et commercial; le but était en réalité la recherche des sources du Nil. Burton se fit adjoindre le capitaine Speke et les deux voyageurs débarquèrent à Zanzibar le 19 décembre1856, mais ils ne commencèrent leur exploration qu'en juin 1857. Ils employèrent ce temps à recueillir des informations et à apprendre la langue kisaouahili. lis passèrent par Zoungonrero et Kazeh et suivirent en partie la vallée d'une grande rivière qui coulait vers l'ouest; puis, un jour, ayant remarqué un scintillement brillant à travers des feuillages, ils virent bientôt apparaître les eaux d'un lac immense. C'était le lac que les indigènes appellent Tanganyika et les Arabes Oudjidji (Ujiji), du nom d'une ville de la côte orientale. 

Richard Burton et John Speke l'explorèrent dans sa partie septentrionale, mais sans pouvoir en atteindre l'extrémité. Onze semaines après le jour où ils avaient vu le Tanganyika, ils revinrent à Kazeh où Burton, atteint par la fièvre, dut s'arrêter; Speke se remit en route le 9 juillet 1858 à la recherche d'un autre grand lac dont on lui avait signalé l'existence au nord de Kazeh; il l'atteint, c'était le lac Nyanza (que Speke rebatisera du nom de la reine d'Angleterre de l'époque, Victoria). Speke pensa que le Nil se reliait à ce lac, et, à son retour auprès de Burton, il lui déclara qu'il avait trouvé les sources du Nil. Les preuves qu'il en donnait étaient à vrai dire insuffisantes, mais Burton en conçut un véritable dépit et ce fut la cause d'une rupture entre les deux voyageurs. De retour en Angleterre, Burton publia sur ce voyage : Lake Regions of Equattorial Africa (1860, 2 vol.).
-

Richard Burton.
Richard Burton, par A. Letchford (1889).

En avril 1860, Richard Burton visita le pays des Mormons et la Californie et publia : The City of the Saints (1861). Nommé consul d'Angleterre dans la baie de Biafra, il fit l'ascension du mont Cameroun qu'aucun Européen n'avait tentée : Abeokuta and the Cameroons mountains (1863, 2 vol.). En avril 1863, il pénétra sur le territoire des Fan, peuple anthropophage signalé par du Chaillu Il eut aussi a remplir une mission difficile auprès du roi de Dahomey, et il en rendit compte dans son ouvrage: A mission to Gelele, King of Dahomey (1864, 2 vol.). Burton fut nommé consul à São Paulo, au Brésil, à la fin de 1864 ; il explora la province et une partie de l'Amérique du Sud (Explorations of the highlands of the Brazils, 1868, 2 vol., et Letters from the battlle-fields of Paraguay, 1870). Consul à Damas de 1868 à 1872, il en profita pour visiter la Syrie (Unexplored Syria, en collaboration avec Drake, 1872, 2 vol.). Il fit ensuite une excursion en Islande (Ultima Thule, 1875, 2 vol.), puis il passa au consulat de Trieste. En 1876 et 1877, Burton visita le Midan (The Gold Mines of Midian and the ruined Midianite Cities, 1878, et The Land of Midian revisited, 1879, 2 vol.). En 1882, il fit avec le commandant Verney Cameron une exploration dans la colonie de la Côte-d'Or, sur la côte de Guinée (To the Gold Coast for gold 1883, 2 vol.). Enfin, en 1883, il a fait un voyage au Maroc. 

Le capitaine Richard Burton a fourni comme voyageur une remarquable carrière. A ses travaux géographiques, dont nous n'avons cité que les principaux, il faut ajouter quelques publications littéraires, entre autres des traductions des oeuvres de Camoëns, des Mille et Une Nuits et du Kâmasûtra(Kâma), dont il a été le premier traducteur dans une langue européenne. Il connaissait aussi une trentaine de langues. Mme Burton, née Isabel Arundell et appartenant à une très ancienne famille catholique d'Angleterre, a collaboré à plusieurs des ouvrages de son mari. Elle a publié elle-même : Inner Life of Syria (1875, 2 vol.); Arabia, Egypt, India (1879). (G. Regelsperger).



En bibliothèque - L'Année géographique, par Vivien de Saint-Martin, et 2e série par C. Maunoir et H. Duveyrier (passim). - Hitchman, Richard F. Burton; Londres, 1887, 2 vol. - Richard Burton et John Speke, Aux sources du Nil, Payot, 1991.

En librairie - Richard Burton, Les Voyages à la Mecque et chez les Mormons, Pygmalion, 2001. - Kama Soutra illustré, Gremese International, 1996. 

B. Paternostre de la Mairieu et Haroun Tazieff, A la source du Nil, les mille collines du Rwanda, Pierre Téqui. - Jan Czekanowski, Carnets de route au coeur de l'Afrique (Des sources du Nil au Congo), Noir et blanc, 2001. - Nicolas Hulot, Afrique (t. 2 : De Zanzibar aux sources du Nil), Gallimard, 1997.

Burton (Charles Edward), astronome né à Barton (Cheshire) le 16 septembre 1846, mort le 9 juillet 1882. Il entra en 1868, comme aide-astronome, à l'observatoire de lord Rosse, accompagna la mission envoyée en Sicile, en 1870, à l'occasion de l'éclipse de Soleil du 22 décembre, puis celle envoyée à Rodriguez en 1874 pour le premier  passage de Vénus sur le Soleil, et profita de ce dernier séjour pour observer avec un réflecteur de douze pouces, construit par lui, diverses nébuleusesdu ciel austral (30 Doradus, dans le Grand Nuage de Magellan, Eta Carinae, etc.). De retour à Greenwich, il passa une année à mesurer les photographies rapportées par l'expédition, lut attaché de 1876 à 1878 à l'Observatoire de Dunsink, près de Dublin, et se livra, lors de l'opposition de Mars  de 1879, à d'intéressantes constatations qui allaient dans le sens de la confirmation de l'existence des bandes parallèles découvertes en 1877 par Schiaparelli à la surface de la planète (Les Canaux de Mars). Il se préparait à se rendre au Cap pour le second passage de Vénus lorsqu'il succomba à la rupture d'un anévrisme.  Savant distingué et habile observateur, Burton  a inventé en 1880, avec Howard Grubb, un nouvel instrument, le ghost micrometer (micromètre spectral). (Léon Sagnet).


En bibliothèque - Il avait fourni une série de travaux astronomiques, du plus haut intérêt, aux recueils des Royal Irish Academy et Royal astronomical Society, dont il était membre, et à diverses autres publications scientifiques. Citons parmi les plus importants de ces mémoires : Note on the Appearence presented by the fourth satellite [Callisto]of Jupiter in transit in the years 1871-13 (Monthly Notices, XXXIII, 472); On the Aspect of Mars at the oppositions of 1871 and 1873 (Trans. Royal Irish Acad., XXVI, 427); On Recent Researches respecting the minimum visible in the microscope (Proceed. Royal Irish Acad., sér. Il, III, 248); Note on the aspect of Mars in 1881-82 (Copernicus, II, 91). 
Burton (Robert). - Écrivain anglais, né à Lindley (Leicester) en 1576, mort en 1639, était curé dans sa ville natale. Il est connu par un ouvrage fort original, l'Anatomie de la Mélancolie, par Démocrite le Jeune, 1621, ouvrage auquel Sterne a fait de fréquents emprunts, et qui a eu un grand nombre d'éditions. Burton croyait à l'astrologie; il avait prédit le jour de sa mort et sa prédiction, paraît-il, se réalisa. Même les astrologues ne peuvent pas se tromper à chaque fois.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2006. - Reproduction interdite.