.
-

Bouquet de la Grye (Jean-Jacques Anatole) - Né à Thiers (Puy-de-Dôme) le 29 mai 1827, polytechnicien (1847), de l'Institut (1884), du Bureau des Longitudes (1886), est à partir de 1891 en retraite comme ingénieur-hydrographe en chef de la Marine. Parmi ses publications, citons les Cartes hydrographiques provenant de ses levés et deux volumes du Pilote des Côtes ouest de la France (1869, 1873).

M. Bouquet de la Grye étudie depuis 1879 la question des marées, et en particulier celle des marées atmosphériques provenant de l'action du Soleil et de la Lune. Il a prouvé, par des calculs basés sur de nombreuses observations faites à Brest pendant 25 années, qu'il existe des marées atmosphériques diurnes, senmi-diurnes et semi-mensuelles liées à l'âge de la Lune, à sa parallaxe et à sa déclinaison.

A partir de l'époque du passage en 1874 de Vénus sur le Soleil, la photographie permit, grâce au procédé imaginé par  Cornu pour donner un achromatisme suffisant des rayons chimiques, d'obtenir pour les diverses phases du phénomène des images sur lesquelles des mesures micrométriques peuvent être prises. Lors du passage en 1882 de Vénus sur le Soleil, la photographie fut de nouveau appliquée. On a donc eu ainsi deux séries d'observations photographiques qui ont permis à Bouquet de la Grye de donner en 1888 la valeur 8", 80 de la parallaxe solaire.

Enfin Bouquet de la Grye a lu son Rapport sur plus de 70 marégraphes qui fonctionnent en Europe; il a trouvé que la France emploie le type le plus simple de ces instruments, et que le niveau moyen de la mer, et par suite du sol, reste à peu près stationnaire aussi bien à Brest qu'au Havre. 

Plusieurs questions ont été discutées dans la réunion de la Commission permanente à Fribourg en 1890. Bouquet de la Grye et Ch. Lallemand ont lu chacun un Mémoire sur le choix d'un zéro unique pour les nivellements. Comme les recherches de la Géodésie exigent que les points soient rapportés à une même surface, l'Association s'était déjà occupée de la question difficile du zéro unique; elle avait d'abord conseillé d'installer dans les ports des instruments, appelés marégraphes, pour enregistrer les variations du niveau des mers, ce qui fut fait dans plusieurs ports; elle avait demandé que les nivellements fussent faits deux fois et en sens inverses pour s'assurer de leur degré d'exactitude. Dans son Mémoire, Bouquet de la Grye, se basant sur ses nombreuses observations à Brest, est favorable au projet de prendre pour surface fondamentale le niveau moyen de l'Océan; il montre que l'on peut obtenir rapidement le niveau moyen de la mer et faire facilement les corrections dues aux marées et aux vents, en appliquant les formules qu'il donne. Ch. Lallemand a été porté par ses recherches à penser que toutes les mers ont le même niveau moyen : il en résulterait que la question du zéro unique perd de son importance. (Lebon, 1899).
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.