.
-

Bételgeuse, a (Alpha) Orionis

Géante rouge- Orion
Bételgeuse.
Bételgeuse. Source : The STScI Digitized Sky Surveycompositage : Imago Mundi, © 2011.
Bételgeuse*** est une supergéante rouge distante de 400années-lumière. Une magnitude apparente de 0,45 et une magnitude absolue de 5,14, soit un éclat dix mille fois supérieur à celui de notre Soleil, pour cette étoile dont la masse vingt fois plus importante que celle de notre Soleil. Ses dimensions sont gigantesques. Le diamètre de sa photosphère est 800 fois plus important que celui de l'astre du jour. Et c'est la seule étoile (si l'on excepte bien sûr le Soleil) dont on ait pu observer directement la surface, grâce à des méthodes interférométriques. En 2003, des études spectroscopiques ont montré par ailleurs que sa chromosphère, dont la température a été évaluée à 1500 K, s'étend bien au-delà de ce que l'on imaginait, et se perd dans un nuage de poussières qui entoure l'étoile. Les dimensions de cette chromosphère sont de l'ordre de cinq fois le diamètre de l'orbite de Neptune...

Variable à longue période (environ 2070 jours, pour une magnitude évoluant entre 0,9 et 0,4), Bételgeuse possède aussi au moins cinq compagnons nains. On a parfois émis l'hypothèse que l'un d'eux évolue même à l'intérieur de son enveloppe diluée. 

Alpha Orionis (1,0 à 1,4) - John Herschel a signalé la variabilité de cette étoile qui résulte de l'ensemble de ses observations, du 22 mars 1836 au 7 janvier 1840; les limites de ses variations (1,0 gr. à 1,4 gr.) sont encore plus étroites que celles de a Cassiopée, et comme son intensité lumineuse est plus grande, la détermination des points tropiques est aussi plus difficile. D'après Argelander, elle ne peut se faire que très rarement avec une incertitude ne dépassant pas 8 à 10 jours; néanmoins, en se servant de 68 observations de J. Herschel et de 131 qui liai étaient propres, cet astronome a cru pouvoir donner avec quelque certitude les caractères suivants sur la variabilité de celte étoile.

La durée de la période est de 196 jours : elle se divise en deux parties d'inégale longueur, 91,6 j. pour l'augmentation d'éclat, et 104,4 j pour sa diminution; en outre, la durée de cette décroissance n'est pas constante eu l'on constate dans l'époque moyenne des deux maxima ou minima successifs un retard sensible (Ch. André, 1899).
-

Bételgeuse.
Le disque de Bételgeuse.
Crédit : A. Dupree (CfA), R. Gilliland (STScI), NASA
.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.