.
-

Battos
La dynastie des Battiades
Le nom de Battos ou  Battus fut porté par huit générations de rois qui régnèrent à Cyrène et qui constituent la dynastie des Battiades. On ne s'accorde pas sur l'étymologie de ce mot. Les uns le rattachent au mot grec qui signifie bégayer, les autres à un mot libyen qui signifierait roi.

Battos Ier.
Battos Ier (640-599). Les Anciens ne s'entendaient pas sur l'origine de ce personnage. Pour les Grecs du continent, c'était un noble Thérien à qui l'oracle de Delphes aurait prescrit la fondation d'une colonie en Afrique. Les Cyrénéens le faisaient naître dans l'île de Plateia, que les premiers colons occupèrent. Tous lui accordaient une famille illustre. On le disait descendant d'Euphémos l'Argonaute, à la dix-septième génération, fils de Polymneste, un noble Thérien, et de Phronime, fille du roi d'Axos (en Crète) Etéarque; mais les uns le faisaient naître à Plateia, les autres à Théra. L'île de Théra (Santorin) reçut de bonne heure une population belliqueuse et d'humeur entreprenante; le sol, couvert de galets de pierre ponce, ne suffit pas longtemps à cette multitude croissante. On alla consulter l'oracle de Delphes. La Pythie ordonna la fondation d'une colonie. 

Après de longues hésitations, des Thériens, conduits, par le Crétois Corabius, se dirigent vers les côtes d'Afrique. Le chef de cette colonie fut Battos ou du moins un personnage d'origine noble qui, plus tard, prit le nom de Battos. On aborda dans une de voisine du rivage africain. Cette île de Plateia, dans une situation favorable, au milieu d'un golfe bien abrité, devint insuffisante. L'oracle de Delphes, de nouveau consulté, désigna, sur la côte de Libye, un lieu nommé Aziris, entouré d'une chaîne de collines charmantes, couvertes dé bois, et arrosé par un fleuve. Les Thériens s'y établirent et l'endroit fut appelé Apollonia.

Sept ans plus tard, Battos, se laissant guider par les Libyens, arrivait un peu plus avant dans les terres, auprès d'une fontaine (L'Histoire de la Cyrénaïque). Le territoire était fertile en blé; la plaine, d'un niveau élevé, sillonnée de sources vives, devint un marché où Libyens et Thériens échangèrent sans méfiance leurs produits. Ce bazar devint dans peu de temps la ville de Cyrène (entre 611 et 598?). Battos ler régna environ quarante ans. 

Sous son fils Arcésilaüs Ier, la colonie grandit; sous Battos II, elle devint très prospère. Les Cyrénéens cultivèrent le silphion dont le suc constituait une épice et en même temps une drogue médicinale très recherchée. L'élevage des chevaux fut en grand honneur, et les jeux de la Grèce furent souvent embellis par la présence des chars et des chevaux cyrénéens.

Battos II.
Battos II (583-560?). Sous son règne, la colonie se mit en rapports avec l'oracle de Delphes. Elle était menacée de perdre son caractère grec au milieu d'une nombreuse population libyenne. Une foule de Crétois, de Péloponnésiens, répondit à l'appel de la Pythie. Battos, pour établir les nouveaux venus, repoussa les Libyens vers le désert. Il agrandit le port d'Apollonia, partagea de nouveau le territoire. Il signala son règne par de grandes constructions et des travaux d'assainissement.

Cyrène fut embellie, et, tout autour d'elle, se forma une nation qui gagna peu à peu du terrain et réussit à imprégner de civilisation hellénique tout un morceau du continent africain. Battos Il fut surnommé l'Heureux à cause du merveilleux épanouissement de son empire. Les Libyens, mécontents, firent alliance avec le roi d'Egypte, Apriès. Une armée marcha contre les Grecs, mais Battos la repoussa près des sources de la Theste. Amasis, le successeur d'Apriès, s'empressa de conclure un traité de paix et d'amitié avec Cyrène. Battos meurt : alors commence pour la colonie une période de décadence. Les frères du roi Arcésilaüs Il se séparent de lui, et, unis aux Libyens, ils fondent Barca. Arcésilaüs les attaque, mais il est vaincu et fait prisonnier près de Leucor. Son frère Léarque le fait étrangler.

Battos III.
Battos Ill, le Boiteux (550-530) lui succède. Sous son règne s'accomplit une révolution importante dans la cité. La dernière guerre civile avait mis le désordre dans l'Etat. Battos envoie consulter l'oracle de Delphes : la Pythie lui prescrit de chercher un conciliateur et lui indique l'Arcadien Démonax. Démonax, à peine débarqué, commence sa réforme. Il partage les habitants en trois tribus : 

1° les Thériens;

2° les Péloponnésiens et les Crétois; 

3° les Grecs insulaires.

Il  sépare les terres consacrées et le sacerdoce qu'il réserve au roi; il rend au peuple le reste des propriétés et des fonctions publiques qui avaient jusque-là appartenu au roi.

Arcésilaüs III.
Arcésilaüs III (530-514). Ce prince essaie de réagir contre la réforme de l'Arcadien. Il est vaincu par son peuple et doit s'exiler à Samos. Quelques années après, il rentre en Libye, exile ses anciens ennemis, mais dépasse la mesure des vengeances; il doit se retirer à Barca auprès de son beau-père. Là il est assassiné par les Barcéens et les Cyrénéens réunis. Sa mère se retire auprès de Cambyse, qui venait de conquérir l'Egypte, et lui demande son appui. Une armée égyptienne vient assiéger Barca, prend la ville, réduit les habitants en esclavage et n'épargne que les descendants des Battiades.

Les autres Battiades.
Battos IV est peu connu. On sait seulement qu'il  fut roi après Arcésilaüs III, son père. Son fils, Arcésilaüs IV, est celui dont Pindare vante les victoires aux jeux pythiques (466), et il y pour fils Battos V, dont on sait sait seulement qu'il se retira chez les Evespérides, où les Cyrénéens le firent sans doute assassiner; car Héraclide de Pont dit qu'ils jetèrent sa tête dans la mer. (Paumès).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2012. - Reproduction interdite.