.
-

Barth

Barth (Heinrich), voyageur né à Hambourg le 16 février 1821, mort à Berlin le 25 novembre 1865. Fils d'un négociant aisé, il commença ses études dans sa ville natale et vint les achever à Berlin, où il étudia la philologie sous la direction de Boeckh et la géographie générale avec Karl Ritter. Dès sa jeunesse son penchant pour les études géographiques se manifesta. Le bassin de la Méditerranée l'attirait principalement; en 1840, il voyageait déjà en Italie et en Sicile. De retour à Berlin, il obtenait le titre de docteur en 1844 avec la thèse : Corinthiorum commercii et mercaturae historiae particula. L'année suivante, Heinrich Barth partit pour un voyage de trois ans autour de la Méditerranée, expédition dont il avait conçu le projet depuis plusieurs années. Il se rendit au Maroc en passant par la France et l'Espagne; de là, il longea la côte de l'Afrique du Nord, traversa la Régence de Tunis, la Tripolitaine, l'ancienne Cyrénaïque, la Basse-Égypte, la Palestine et la Syrie, et revint en Allemagne après avoir visité Chypre, Istanbul et les îles de la Grèce. Il n'a paru qu'une partie de la relation de ce voyage sous le titre de : Wanderungen durch das Pünsiche und Kyrenasische Küstenland (Berlin, 1849).
-
Heinrich Barth.
Heinrich Barth.

En 1849, sur la proposition de Ritter et de C. Bunsen, le gouvernement anglais lui ayant offert de prendre part à l'expédition que James Richardson et d'Adolf Overweg étaient sur le point d'entreprendre en Afrique, Heinrich Barth accepta avec enthousiasme. Le but principal de ce voyage était l'abolition de la traite des escalves et l'établissement de relations commerciales avec l'Afrique centrale. L'expédition partit de Tripoli le 2 avril 1850. Le 6 mai elle atteignait Mourzouk où les voyageurs séjournèrent plus d'un mois. De là ils se dirigèrent vers l'Aïr, contrée qu'aucun Européen n'avait encore visitée. Après avoir été retenus pendants quatre mois à Tintellust par un chef indigène, ils arrivèrent à Agadès, capitale de l'Aïr, à la fin de l'année 1850. Là ils se séparèrent en se donnant rendez-vous à Kouka pour le mois d'avril 1851. Richardson mourut le 4 mars, à quelques journées de Kouka. Arrivé dans cette dernière ville, Heinrich Barth qui n'avait presque plus de ressources fut bien reçu par le sultan du Bornou (L'exploration de l'Afrique). 

Overweg rejoignit Heinrich Barth le 7 mai, après avoir visité Sakatou. Les voyageurs se séparèrent de nouveau, Barth se dirigea vers l'Adamaoua avec une escorte fournie par le sultan. Pendant un mois, il parcourut d'immenses forêts et après avoir traversé le Binoué, affluent du Niger, il visita Yola, capitale de l'Adamaoua. Le 22 juillet il était de retour à Rouka, où il retrouvait Overweg. Pendant plus d'une année, ils explorèrent le Bornou et les contrées voisines. Overweg, dont la santé avait été très éprouvée par le climat humide et chaud du Soudan, mourut en septembre 1852. Barth restait seul pour achever l'entreprise dont il n'avait été d'abord qu'un auxiliaire; son courage et sa robuste constitution lui permirent de mener à bonne fin, à travers de nombreux dangers, cette tâche difficile.

Ayant reçu de nouveaux subsides du gouvernement anglais, Heinrich Barth se décida à reprendre son chemin vers des régions inconnues. Après avoir envoyé ses papiers en Angleterre, il quitta Kouka le 25 novembre1852, arriva à Sakatou en avril et atteignit Tombouctou le 7 septembre 1853. Pendant plus d'un an on fut sans nouvelles de lui et le bruit de sa mort courut. Un de ses compatriotes, Vogel, fut envoyé à sa recherche. Arrivé à Kouka en décembre 1853, il y apprit que Barth venait de quitter Tombouctou, après y avoir séjourné près d'un an, et qu'il se dirigeait vers Kouka en descendant le Niger jusqu'à Say et en passant par Sakatou et Kano. Le 1er décembre 1854, Heinrich Barth rencontrait Vogel, le premier Européen qu'il eût vu depuis plus de deux ans. Ayant passé l'hiver à Kouka, il se prépara à rentrer en Europe; il quittait la capitale du Bornou en mai pour arriver à Marseille en septembre 1855, après une absence de près de six ans. Il se rendit aussitôt à Londres pour préparer la relation de ses voyages qui parut simultanément en anglais et en allemand sous le titre de Voyages et Découvertes dans le Nord et le Centre de l'Afrique (5 vol., nombr, illustrat. et cartes).

« C'est sur lui seul qu'est retombée la charge de dérouler devant l'Europe le long récit de cette prodigieuse exploration, la mieux remplie sans contredit de toutes celles qu'a enfantées notre époque. Aussi la relation n'a-t-elle pas demandé moins de 5 gros volumes. » (Vivien de Saint-Martin). 
En 1866 a paru sous son nom : Sammlung. centralafricanischer Vocabularien. (L. Leriche).
Barth-Hamating (Hermann von), naturaliste et voyageur né au château d'Eurasburg (Bavière) le 15 mai 1845, mort à Loanda (Luanda, Angola) le 7 décembre 1876. Il étudia le droit et servit dans l'administration et se fit tout d'abord connaître par un travail sur les Alpes bavaroises : Aus den nördlichen Kalkalpen, etc. (Gera, 1874). Il étudia l'histoire naturelle à Munich, sous Zittel, et fut reçu docteur en philosophie, en 1875. Son ouvrage intitulé : Ostafrika vom Limpopo bis zum Somali-Land (Leipzig, 1875, in-8), attira sur lui l'attention du gouvernement portugais qui le chargea d'une mission scientifique dans ses colonies de l'Afrique occidentale. Il entreprit, en mars 1876, le voyage de Loanda et envoya à ce sujet un article au journal  Ausland, d'Augsbourg, sous le titre de Angola-Fahrt. Le 30 juillet ilse mit en route pour explorer l'intérieur de la colonie et pénétra jusqu'à Duque de Braganza, le point extrême de la colonie au Nord-Est. Malgré la fièvre qui le dévorait, il continua jusqu'à Mamboulou et à la suite de difficultés avec les indigènes revint à Dando, d'où il descendit sur un vapeur le fleuve Cuanza jusqu'à Luanda; il se suicida, dit-on, dans un accès de fièvre chaude, mais, selon d'autres, il fut la victime d'un assassinat. (L. Hn).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.