.
-

Barras (Paul J.-Fr.-Nicolas, comte de), né en 1755, d'une famille noble de Provence, entra fort jeune au service militaire, et fut envoyé à l'île de France (île Maurice), et  de là en Inde. II était revenu en France et menait une vie dissipée à Paris, quand la Révolulion éclata. Il prit part à la prise de la Bastille et à la journée du 10 août 1792, fut nommé député à la Convention par le département du Var, et vota la mort du roi sans sursis ni appel. 

Il s'associa avec les Montagnards, le 31 mai 1793, aux mesures prises contre les Girondins. Il fut ensuite envoyé comme commissaire à l'armée d'Italie et en Provence, et coopéra à la reprise de Toulon sur les Anglais. Il fut chargé de la défense de la Convention le 9 thermidor (27 juillet 1794), et le 13 vendémiaire (5 octobre 1795). Il confia la direction des opérations militaires de cette dernière journée au général Bonaparte, qu'il avait remarqué au siège de Toulon.
-

Barras.
Barras en costume de directeur (1768-1797).
(Il porte la redingote et le manteau nacrats,
l'écharpe bleue, le chapeau noir à plumes
tricolores; gravure de Bonneville).

A la formation du Directoire, Barras en devint l'un des cinq membres. Le coup d'Etat du 18 fructidor (4 septembre 1797) lui assura une sorte de dictature. Il tint alors au Luxembourg une espèce de cour, où se fit sentir l'influence de ses moeurs dissolues. Après la journée du 18 brumaire, il se retira à son château de Grosbois, de là à Bruxelles, et ensuite à Marseille, d'où il fut exilé à Rome en 1812. Il revint à Paris après les événements de 1814, y vécut dans l'obscurité, et mourut à Chaillot en 1829.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.