.
-

Baret (Eugène), professeur et littérateur  né à Bergerac (Dordogne) le 16 décembre 1816, mort à Paris le 4 avril 1887. Elève de l'Ecole normale, il obtint en 1858 le titre de docteur ès lettres et fut nommé, l'année suivante, professeur de littérature étrangère à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand, dont il devint le doyen en 1869. Recteur de l'académie de Chambéry en 1875, il fut nommé, en 1878, inspecteur général de l'enseignement primaire.

Les travaux spéciaux de d'Eugène Baret l'ont fait élire membre de l'académie d'histoire de Madrid. Outre sa thèse latine (De Themistio sophista et apud imperatores oratore), il a publié des Etudes sur la rédaction espagnole de l'Amadis de Gaule (1853) et tout aussitôt De l'Amadis de Gaule et de son influence sur les moeurs et la littérature au XVIe siècle et au XVIIe siècle (1853, in-8 ; nouv. éd. 1873, in-8); Espagne et Provence, études sur la littérature du midi de l'Europe (1857, in-8 ; 2e éd., sous ce titre : les Troubadours et leur influence sur la littérature du Midi de l'Europe, 1867, in-8, et 3e édit., 1867, in-12); Histoire de la littérature espagnole depuis ses origines les plus reculées jusqu'à nos jours (1863, in-8 et in-18), complétée plus tard par une Anthologie espagnole (1884, in-42); Mémoire sur l'origine du Gil Blas de Lesage (1864, in-8) ; une traduction couronnée par l'Académie française des Oeuvres dramatiques de Lope de Vega (1869-1870, 2 vol. in-8) ;.une édition des Oeuvres de Sidoine Apollinaire 1878), dont il donna une traduction dans la coll. D. Nisard (Didot, 1887); une intéressante étude sur F. de Valenzuela, le favori de Marie-Anne d'Autriche, femme de Philippe IV (Revue des Deux-Mondes, le 1er juillet 1880), etc.

Son épouse, Mme Baret a traduit deux ouvrages de lady Barker sur la Nouvelle-Zélande et le pays des Zoulous (1882-1885). (M. Tx.).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.