.
-

Balmès

L'abbé Jaime Balmès est un publiciste et philosophe  né à Vich (Catalogne) le 26 août 1818, mort le 9 juillet 1848. Il entra dans les ordres et enseigna les mathématiques au collège de sa ville natale. Il prit une part active aux luttes politiques et religieuses de son pays et attaqua vivement la régence de Esportero à l'occasion de la vente des biens du clergé. Exilé par le régent, il rentra en Espagne après sa chute et fonda à Madrid un journal hebdomadaire El Pensamiento de la Nacion, destiné à combattre les idées libérales. II a laissé outre un certain nombre d'écrits de polémique politique ou religieuse trois ouvrages importants qui ont été traduits en français par Raffin et Manec sous ces titres : l'Art d'arriver au vrai; le Protestantisme comparé au catholicisme dans leur rapport avec la civilisation européenne (3 vol.); la Philosophie fondamentale (3 vol.). 

L'Art d'arriver au vrai est un ouvrage où l'auteur indique la manière de se garder des erreurs que nous appelons en France les erreurs morales. Ecrit d'une plume alerte et facile, avec des vues éloquentes et des réflexions humoristiques, il rappelle à la fois les chapitres pleins de sens consacrés par Nicole, dans la Logique de Port-Royal, aux causes morales de l'erreur, et le livre éloquent du P. Gratry, intitulé les Sources. C'est donc moins un traité de logique, comme semblerait l'indiquer le titre, qu'une suite de chapitres où l'auteur nous fait part de ses réflexions sur les sciences, les livres et leurs auteurs.

Dans le Protestantisme comparé au catholicisme, Balmès a cherché à prouver que le principe du catholicisme peut seul assurer avec l'autorité l'existence de la véritable civilisation et de la véritable liberté, tandis que le principe du protestantisme doit nécessairement amener à sa suite ou le despotisme ou l'anarchie. Balmès, qui emprunte le nerf de sa démonstration à l'Histoire des Variations, de Bossuet, évite constamment de faire porter la discussion sur le terrain des faits qui lui est peu favorable pour la maintenir sur le terrain des pures déductions logiques. 

Voici la charpente de son raisonnement. Deux esprits se partagent le monde, l'esprit de soumission et d'obéissance, l'esprit de révolte et d'opposition. Le premier est l'esprit du catholicisme; le second, celui du protestantisme. L'esprit de révolte s'est manifesté XVIe siècle dans le domaine religieux; du domaine religieux, il a passé au XVIIe siècle avec Descartes dans le domaine philosophique et enfin au XVIIIe siècle il a envahi le domaine politique, substituant partout à l'ordre le désordre, à la régularité l'anarchie. Tous les maux qu'ont entraînés les Guerres de religion et celles de la Révolution, Balmès n'hésite pas à les mettre au compte de l'esprit de libre examen qui fait le fond du protestantisme. Balmès croit avoir ainsi démontré la supériorité du catholicisme et du principe d'autorité par la vue des maux qui doivent, d'après lui, résulter du principe contraire. 

Dans la Philosophie fondamentale, Balmès s'efforce de rétablir sur des bases assurées les principes de la certitude et de la métaphysique ruinés par l'idéalisme transcendantal de Kant et de ses successeurs (Fichte, notamment). Il trouve le fondement de la connaissance dans ce qu'il appelle « l'intelligibilité immédiate », c'est-à-dire la clarté évidente de certaines vérités qui s'imposent nécessairement à l'esprit. Son point d'appui est ainsi le même que celui de Descartes et c'est, comme le philosophe français, dans le Je pense qu'il trouve la première vérité certaine. Il affirme ainsi la vérité objective du principe de causalité, du principe de substance; il va même si loin dans le réalisme qu'il fait du temps et de l'espace des réalités immédiatement perçues.

On voit que la doctrine de Balmès ne brille pas par l'originalité. On aurait tort cependant de conclure qu'on n'a rien à gagner à la lecture de ses ouvrages. On y trouvera beaucoup de vues de détail ingénieuses, éloquentes, profondes même, et qui font penser. C'est un esprit sincère, habile à manier l'analyse et la discussion, et qui, alors même qu'on n'est pas de son avis et qu'il se trompe évidemment, désarme le lecteur par l'intrépidité de son affirmation et l'évidence de sa bonne foi. (G. Fonsegrive).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.