.
-

Objet de Becklin-Neugebauer

Etoiles en formation- Orion (Grande nébuleuse)


Source et (c) : R.Y. Shuping, Mark Morris et John Bally; astro-ph/0404115.
L'objet de Becklin-Neugebauer (BN) porte le nom des deux astronomes qui l'on découvert en 1967. Il est très profondément enfoui dans la poussière est inobservable dans le domaine visible, mais c'est une source infrarouge très brillante nichée au coeur de la Nébuleuse d'Orion, non loin de l'amas Trapèze. Il pourrait s'agir d'une très grosse étoile en train de naître. Selon certaines estimations, cette étoile, légèrement variable, avec une période de 6,15 jours, pourrait  être 2500 fois plus lumineuse que notre Soleil, avoir une masse comprise entre 7 et 12 masses solaires, et une température de surface avoisinant les 25 000 K. 
Une étoile en cavale - L'analyse des données recueillies par la radioastronomie entre 1986 et 1995 a montré que l'objet de Becklin-Neugebauer s'éloigne extrêmement rapidement (environ une quarantaine de kilomètres par seconde) de la région centrale du Trapèze  où il se trouvait il y a 4000 ans. Selon une étude publiée en janvier 2004 par Jonathan Tan (observatoire de l'université de Princeton), l'objet pourrait avoir été expulsé du système multiple Thêta-1C Ori, qui avec une masse équivalente à 45 masses solaires est la principale étoile du groupe. 
Beaucoup d'autres sources infrarouges et radio (masers) l'entourent. De quoi penser qu'on a ici affaire à un site de formation stellaire très analogue à son proche voisin, l'amas du Trapèze, mais moins évolué que lui. On peut encore noter que l'examen de ce secteur en X par l'instrument ACIS de Chandra a lui aussi révélé dans le voisinage de BN des sources stellaires d'une grande diversité. Dans la plupart des cas, leur contrepartie infrarouge a pu leur être associées. Parfois, les sources X semblent dépourvues de toute émission infrarouge ou optique. Elles pourraient correspondre à une nouvelle classe d'étoiles en formation fortement obscurcies par la poussière. Tout cela conforte l'idée que l'on est bien en présence d'un amas en cours de formation. Quand le Trapèze aura cessé d'illuminer la Grande nébuleuse, ce sera probablement d'ici que jaillira la lumière du nouvel amas d'Orion.

Curieusement le centre de l'objet de Becklin-Neugebauer n'émet aucun rayonnement X. Mais une telle source X est identifiable dans sa proximité. Aurait-on affaire à deux objets sans rapport l'un avec l'autre? Ou, au contraire, les émissions infrarouge et X ont-elles la même cause. Il est envisageable en particulier que la le rayonnement X provienne de la zone de collision avec le nuage environnant d'un flux de matière éjecté par BN. Un point de vue d'autant plus crédible que l'on a mis en évidence déjà depuis longtemps autour de l'objet de Becklin-Neugebauer, une petite nébuleuse en forme de papillon - la nébuleuse de Kleinman-Low. Or, elle aussi pourrait se comprendre comme le résultat de l'éjection de matière par de jets s'extrayant de l'astre central. 
-

Deux protoétoiles de masses intermédiaires (notées i et n) ont été détectées par R. Y. Shuping et son équipe à proximité de l'objet de Becklin-Neugebauer (BN). L'une d'elle, dont l'auteur de cette étude a schématisé le disque d'accrétion et les jets de Herbig-Haro supposés, apparaît à l'origine du creusement dans la matière interstellaire environnante dense et relativement chaude (jusqu'à 200°C) (en vert sur le schéma) de deux cavités coniques (signalées par des pointillées), ainsi que d'une des composantes de l'expansion générale depuis quelques milliers d'années  de la matière dans cette région, et dont l'autre composante semble plutôt être l'objet de Becklin-Neugebauer lui-même.  (Sources des images : Subaru near-infrared false-color images (a, b); Subaru Observatory, National Astronomical Observatory of Japan; Keck mid-infrared false-color image; (c) R. Y. Shuping, UCLA, W. M. Keck Observatory).

.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.