.
-

Azambuza

 Diego de Azambuza est un navigateur portugais de la fin du XVe siècle. Depuis la mort du prince Henri, à qui l'on est redevable des premières découvertes qui ont été faites sur la côte occidentale d'Afrique, le commerce des Portugais avait reçu des accroissement considérables. Jean II, petit-neveu de ce prince, qui connaissait les profits immenses que l'Etat retirait du commerce de la côte de Guinée, parce que son père Alphonse V les lui avait accordés pour l'entretien de sa maison, résolut d'y former un établissement. Il fit choix du lieu d'où l'on apportait le plus d'or, et qui, par cette raison, avait été appelé la  Mine. Diego de Azambuza, chargé de l'exécution de ce projet partit en 1481, ayant douze vaisseaux sous ses ordres, et des forces suffisantes pour soumettre les habitants, et un nombre d'ouvriers assez considérable, il avait aussi amené avec lui des missionnaires. 

Son premier soin, en arrivant, fut de cimenter par des négociations la bonne intelligence qui avait existé entre les Portugais et les habitants; ensuite il débarqua sans difficulté à la tête de sa troupe. Le roi de ces contrées, nommé Kasamansa, vint le recevoir, accomgagné d'un très grand nombre de ses sujets. Azambuza lui exposa publiquement les motifs de son voyage, proposa à tous ceux qui étaient venus au-devant de lui de les instruire de la foi chrétienne, et demanda la permission de former un établissement. La première proposition fut acceptée; mais les historiens disent que la seconde fit éclater des marques générales de désapprobation. 

Azambuza appuya cependant avec tant d'instances sur ce second article, que le roi finit, malgré le mécontentement de ses sujets, par lui permettre de former son établissement. Les Portugais travaillèrent aussitôt à la contraction du fort Saint-George de la Mina. Ce filet fut bâti sur un rocher dont les habitants faisaient un des objets de leur culte; les ouvriers furent souvent troublés dans leurs travaux par des attaques imprévues; mais Azambuza parvint toujours à les apaiser sans effusion de sang. Dès que le fort fut achevé, il renvoya sa flotte en Portugal, et resta encore pendant trois ans pour consolider son établissenient, qui était appelé à devenir le plus considérable de cette côte; ensuite il revint au Portugal.

Les historiens portugais donnent de grands éloges à la douceur et à l'intégrité d'Azambuza, ils le rangent parmi "le petit nombre d'hommes qui, sans violence et sans courussions, sont parvenus à s'établir au milieu de, nations sauvages". Les même historiens disent que le fort Saint-George de la Mina est le premier établissement européen de la côte de Guinée; selon l'opinion la plus généralement reçue, la côte même  a été dévouverte par des navigateurs portugais, sous la direction du prince Henri le Navigateur. Ou a cependant voulu contester cet honneur à leurs compatriotes, et attribuer la découverte des côtes occidentales d'Afrique à des navigateurs du port de Dieppe (Labat). (R-I).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.