.
-

Antonio  (Don Nicolas), érudit né à Séville en 1617, mort à Madrid en 1684, fit ses études à Anvers, à Salamanque et chez les bénédictins de Séville. Déjà célèbre par sa science et son inépuisable charité, il fut choisi par Philippe IV, en 1657, pour suivre à Rome les affaires d'Espagne et des Deux-Siciles, et celles de l'Inquisition. Il y resta jusqu'en 1681, époque à laquelle le pape le nomma chanoine de Séville pour le sauver de l'indigence; ses libéralités l'avaient totalement ruiné. Le roi l'avait fait chevalier de Saint-Jacques, et peut-être membre du Conseil suprême de justice. 

Son grand ouvrage, la Bibliotlieca Hispana, l'occupa de 1649 jusqu'à sa mort. La seconde partie, Bibliotheca Nova, comprenant la liste des auteurs depuis 1500 jusqu'en 1672, parut seule de son vivant (Rome, 1672, 2 vol. in fol.) La première partie, Bibliotheca Vetus, ne parut qu'en 1696 (Rome, 2 vol. in-fol.), par les soins de ses amis, le doyen Marti et le cardinal Aguirre. La méthode suivie par l'auteur n'est pas  irréprochable, mais le volumineux recueil, qui n'a d'ailleurs pas d'équivalent, est indispensable pour l'abondance et la sûreté des renseignements. La meilleure édition complète est celle de Madrid, 1788, 4 vol. in-fol. 

On a encore de don Antonio un mémoire intéressant. composé par lui à l'âge de vingt-trois ans : De exilio, sive de exilii paena, exulumque conditione et juribus (Anvers, 1641, in-fol.), et une étude critique sur quelques prétendues chroniques découvertes à la fin du XVIe siècle par le père de la Higuera : Censura de historias fabulosas (Valence, 1742, In-fol.). (Desdevises du Dezert).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.