.
-

Anne Stuart

Anne Stuart est une reine d'Angleterre, née le 6 février 1663, morte le 10 août 1714. Issue du premier mariage de Jacques Il avec Anne Hyde, fille de lord Clarendon, elle fut élevée dans les principes de la religion anglicane et épousa à dix-huit ans, en 1683, le prince Georges de Danemark, fils cadet du roi Frédéric III. Elle résida surtout en Angleterre où la retenait l'affection jalouse de son père. Quand Guillaume d'Orange débarqua à la têtea d'une armée pour déposer Jacques Il, Anne passa aux Hollandais. Cette trahison domestique atterra le roi, d'autant plus que la princesse avait été entraînée par lord Churchill, le futur duc de Marlborough, pour qui Jacques avait aussi beaucoup d'affection. Après le traité de Ryswyk, Anne fut reconnue par le parlement anglais comme héritière présomptive de Guillaume III et quand celui-ci mourut, la 19 mars 1702, elle prit possession du pouvoir sans opposition. 

Le règne de Anne Stuart se partage en deux parties inégales : dans la première (1702-1710), la reine est dominée par les whigs (Tories et Whigs) et dirigée par la duchesse de Marlborough; dans la seconde (1710-1714), elle passe aux tories, et essaie de laisser la couronne à son frère Jacques III.

La guerre de la succession d'Espagne était déjà engagée quand elle devint reine; Anne consentit à entrer dans la grande alliance; Marlborough fut son diplomate et son homme de guerre. Son mari, Georges de Danemark, devint prince d'Angleterre. La première partie du règne est très glorieuse. Les Français sont chassés d'Allemagne et des Pays-Bas; l'insurrection des Camisards est fomentée par l'Angleterre, tandis que les Catalans se révoltent contre Philippe V. La prise de Gibraltar donne à la marine anglaise la clef de la Méditerranée en même temps que le traité de lord Methuen fait presque du royaume du Portugal un Etat vassal. Enfin, par l'acte d'union (1707), le royaume d'Ecosse est réuni au royaume d'Angleterre : Anne Stuart devint reine de la Grande-Bretagne. Un acte du parlement règle la succession et confère le titre d'héritier présomptif au chef de la maison de Hanovre issu de la princesse Sophie, fille de Jacques Ier. Cet acte, qui détruisait les dernières espérances du prétendant Jacques III, détermina celui-ci à faire une tentative pour revendiquer la couronne (1708), mais il ne put mérite pas débarquer en Ecosse. Les conférences de Gertruydenberg et la bataille de Malplaquet ébranlèrent l'autorité des whigs qu'on accuse de tout sacrifier au maintien de leur pouvoir. Aussi en 1810, Anne rompt brusquement avec la duchesse de Marlborough et, usant de sa prérogative royale, remplace le ministre en prenant Bolingbroke et Harley pour principaux conseillers.

La seconde partie du règne de la reine Anne Stuart (1710-1714) est occupée par des intrigues de tout genre ayant pour but de préparer la paix avec la France et la restauration des Stuarts. Le successeur du duc de Marlborough à la tête de l'armée de Flandre, Ormond, reçut l'ordre de suspendre les hostilités, Stanhope fut fait prisonnier à Brihuega, l'avènement de Charles VI bouleversait toute la politique européenne. Aussi les élections de 1713, habilement préparées, donnèrent la majorité aux tories (1713); la paix est signée à Utrecht (12 avril 1713), une correspondance très active est engagée entre les ministres de la reine Anne et les agents de la cour de Saint-Germain, mais l'indolence de Harley (comte d'Oxford) compromet le succès de cette restauration. Il ne se procure pas assez vite les fonds nécessaires pour racheter les charges militaires qui se trouvaient encore entre les mains des whigs. Jacques III gâte tout en refusant de se convertir à la religion anglicane. Les whigs apprennent ce complot et réussissent à émouvoir l'opinion publique. Anne est obligée, le 23 juin 1714, de signer un décret promettant 5000 livres sterling à quiconque arrêtera mort ou vif le prétendant en cas de débarquement sur le sol britannique. Elle força alors Oxford à donner sa démission et Bolingbroke devint premier ministre (27 juin), mais il était trop tard. La reine fut surprise d'une attaque de goutte rendue plus pernicieuse par ses habitudes d'intempérance : elle expira avant d'avoir pu préparer le retour de son frère. 

Le règne de la reine Anne Stuart a été une des plus brillantes périodes littéraires de la Grande-Bretagne (La Littérature anglaise); aussi l'histoire a-t-elle été en général très indulgente pour cette princesse faible, inconstante, mais bien servie.  (Louis Bougier).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2008. - Reproduction interdite.