.
-

L'anarchisme

Ce serait une injustice de ne vouloir apprécier l'idée anarchiste qu'à travers les actions de ceux qui n'ont vu dans l'anarchie qu'une occasion de démonstrations bruyantes, ou qu'un prétexte à des expériences de chimie. Anarchie, du grec a privatif et arkhè, signifie étymologiquement absence de chef, de maître, d'autorité. Et si l'on étudie, en philosophe, l'histoire de l'école qui se qualifie d'anarchiste, on voit que ses manifestations, ou mieux ses avatars successifs, ne sont que les incidents d'une guerre déclarée à toute contrainte, à toute discipline imposée, à tout gouvernement, à tout état, à tout pouvoir, à toute autorité, aussi bien dans l'ordre économique que dans l'ordre politique.

Historiquement, Proudhon est le véritable initiateur de la doctrine anarchiste. Pourtant les anarchistes se réclament aussi, comme précurseurs, de Diderot dont ils citent volontiers les deux vers : 

La nature n'a fait ni serviteurs, ni maîtres.
Je ne veux ni donner, ni recevoir de lois.
et de quelques-uns des révolutionnaires les plus extrêmes de 1793-1794, appartenant aux fractions, soit des Enragés, soit des Hébertistes. Ajoutons que, dans deux ouvrages, bien ignorés aujourd'hui, publiés l'un par Bellegarrigue, sous la monarchie de Juillet, l'autre par Claude Pelletier, après la Révolution de 1848, on retrouverait la plupart des idées qui formeront le fond des doctrines anarchistes.

Sous l'Empire, Rane publia une très curieuse étude sur le mot anarchie, dans l'Encyclopédie générale fondée par Louis Asseline. D'un point de vue purement philosophique la doctrine anarchiste se résume en ceci : Elimination de l'autorité sous toutes ses formes, politiques, spirituelles, économiques; dissolution des gouvernements dans les organismes naturels; le contrat libre, perpétuellement dissoluble, se substituant à la souveraineté; le travail non pas soumis à des forces étrangères, mais les humains s'organisant, vivant en toute indépendance, produisant selon leurs facultés, consommant suivant leurs besoins; tous les citoyens contractant librement, non pas avec le gouvernement, mais entre eux.

Pour employer une expression de Herbert Spencer, c'est la théorie du «-laissez faire-»; mais les anarchistes émettent la prétention de l'avoir modifiée, étendue, élargie de façon à répondre aux exigences de l'avenir sans retomber dans les injustices du passé. 

Le journal anglais Justice, dans un très intéressant article du 15 novembre 1884, consacré à l'étude du mouvement anarchiste, dit, non sans raison, que de pareilles théories impliquent un certain nombre d'hypothèses : 

1° que l'individu est le meilleur juge de sa propre capacité;

2° que l'intérêt personnel, bien entendu, tend à augmenter le bien-être général;

3° que l'individu a tout intérêt à ce que la justice préside aux relations économiques;

4° que les humains, abandonnés à eux-mêmes, sont, en majorité, aptes à se conduire à peu près bien.


Jalons
L'anarchisme dans l'histoire

Le 29 septembre 1872 une scission violente éclatait, au congrès de la Haye, dans l'Association internationale des Travailleurs, entre les partisans de Karl Marx et ceux de Bakounine. C'est à cette date qu'il convient de faire remonter les débuts du parti anarchiste. Bakounine et ses amis organisèrent la Fédération jurassienne qui rayonna bientôt sur la Suisse, le Nord de l'Italie, l'Est de la France et, grâce à l'active propagande de Fanelli, sur toute l'Espagne. Un journal, l'Avant-Garde, fut fondé à Genève, sous la direction de Paul Brousse. La Fédération jurassienne et son organe, l'Avant-Garde, furent nettement anarchistes. Toutefois, à part la prise d'armes de Bénévent (1877), il ne se produisit rien de bien sérieux et ce n'est véritablement qu'à partir de la fin de l'année 1878, quand l'Avant-Garde, poursuivie et condamnée, a été remplacée par le Révolté que fondèrent Elisée Reclus et Kropotkine, qu'on peut constater et suivre le développement du mouvement anarchiste dans la plus grande partie de l'Europe et en Amérique. Mais, pour en faire une présentaion tel qu'il apparaît à la fin du XIXe siècle, il devient nécessaire d'étudier ce mouvement séparément dans chaque pays.

France
Du 20 au 30 octobre 1879, un congrès socialiste, réuni à Marseille, adopta, à une forte majorité, les solutions collectivistes, en les exprimant toutefois d'une façon assez vague pour que tous les groupes révolutionnaires pussent y trouver leur compte. Après le congrès, une scission ne tarda pas à se produire, à Paris, entre l'Union fédérative et l'Alliance des groupes socialistes révolutionnaires (avril 1880). Le premier groupe voulait qu'on prit part au mouvement électoral; le second groupe préconisait l'abstention électorale et l'action révolutionnaire. Quand un congrès régional se réunit à Paris, cette scission s'accentua et dans les congrès de province se manifestèrent les mêmes divisions. Au congrès de la région de l'Est, à Lyon, Bernard, délégué des groupes de Grenoble, proposa la formation d'un parti révolutionnaire en dehors de toute action se rattachant au suffrage universel. La proposition fut renvoyée au congrès national. Le congrès régional du Midi, tenu à Marseille, vit s'affirmer une forte minorité anarchiste. Anarchistes aussi ne tardèrent pas à se déclarer les groupes abstentionnistes de Paris et de la région de l'Est. Un rapprochement momentané s'effectua, au congrès national du Havre, entre collectivistes et anarchistes, dans le but de combattre les délégués opportunistes, et les anarchistes obtinrent que le Communisme libertaire fût posé comme but définitif des efforts du prolétariat. Mais les divisions, le congrès fini, ne tardèrent pas à se produire de nouveau.

Les anarchistes eurent alors, pendant environ un an (1880-1881), un journal qui soutint leurs doctrines et leurs revendications. Ce journal était la Révolution sociale. Vers le milieu de 1881, un nouveau congrès socialiste se réunissait à Paris. Sept groupes anarchistes s'y firent représenter par 21 délégués. A la suite de scènes violentes, les délégués anarchistes furent expulsés et organisèrent un congrès révolutionnaire indépendant. De chaleureuses adhésions vinrent de Lyon et du Midi; le mouvement anarchiste commença à prendre corps; des groupes furent fondés à Narbonne, à Béziers et à Cette, et le congrès de la région du Midi, tenu dans cette dernière ville, adhéra aux idées anarchistes à une forte majorité. Bientôt même le mouvement prit un développement tel à Lyon, Grenoble, Vienne, Roanne, Villefranche, Saint-Etienne, qu'un journal hebdomadaire, le Droit social, put être, fondé à Lyon. 

En juillet 1881, un certain nombre d'anarchistes de France, Belgique, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Suisse, Etats-Unis, se réunirent à Londres et y échangèrent leurs vues sur la direction à imprimer à la propagande. Il n'en sortit, en somme, aucune association définitive, mais le gouvernement français voulut y voir quelques mois plus tard, lors du procès de Lyon, une sorte de résurrection de l'Association internationale des Travailleurs.

Des troubles révolutionnaires se produisirent à Monceau-les-Mines et à Blanzy (Saône-et-Loire); plusieurs explosions eurent lieu et la chapelle du Bois-Duverne fut détruite. Le pays fut occupé militairement et on opéra de nombreuses arrestations. Une trentaine d'ouvriers furent traduits devant la cour d'assises de Châlon-sur-Saône, mais le procès fut finalement renvoyé devant la cour d'assises de Riom.

Pendant ce temps le mouvement anarchiste continuait à se développer. Les anarchistes parisiens lancèrent, à 40 000 exemplaires, un placard intitulé l'Anarchie, où, pour la première fois (mars 1882), les théories communistes anarchistes du parti étaient affirmées avec une très grande clarté.

Quelque temps après, les anarchistes parisiens rédigèrent un autre placard, Mort aux voleurs! De 1882 à 1886 il faut signaler le procès de Lyon, où Kropotkine, Gautier, Bordat et cinquante autres furent condamnés à des peines variant de 1 à 5 ans de prison; la manifestation de l'Esplanade des Invalides, la condamnation de Louise Michel et de Pouget à 6 ans de réclusion, les manifestations, arrestations et condamnations nombreuses qui suivirent l'apparition à Paris de l'organe anarchiste Terre et Liberté, qui dura 3 mois. Hebdomadaire, il atteignit un tirage de 15 000 exemplaires et succomba après quatre condamnations. En 1886 le mouvement anarchiste en France paraissait bien assoupi. Toutefois, le Révolté, hebdomadaire, qui paraissait à Paris et dont les principaux rédacteurs étaient Kropotkine, E. Reclus et Grave avait un tirage de 8 000 exemplaires.

Espagne
Au congrès de La Haye, les délégués espagnols soutinrent Bakounine et, lors de la scission de l'Internationale, les révolutionnaires de la Péninsule Ibérique marchèrent d'accord avec la Fédération jurassienne. Toutefois, l'active propagande de Fanelli ne put que jeter les bases d'une organisation qui ne commença à se développer sérieusement qu'à partir de 1880. En 1881 (25 septembre), au congrès tenu à Barcelone, fut définitivement fondée la Fédération espagnole de l'Association internationale des Travailleurs. Elle se proclama anarchiste, mais collectiviste au point de vue de la réforme économique; elle déclara que son but était le renversement violent de l'ordre de choses établi. Les anarchistes espagnols s'organisèrent à un double point de vue : syndical et local. Au point de vue local, ils formèrent des sections locales et provinciales, s'unissant dans la fédération nationale. Au point de vue syndical, les ouvriers anarchistes de même profession formèrent des sociétés communales, des unions provinciales, s'unissant dans une fédération nationale des métiers Il fut convenu que chaque groupe jouirait d'une entière autonomie.

Le mouvement ainsi lancé fit de grands progrès et le congrès de Séville (24-25 sept. 1882) réunit 254 délégués représentant 10 unions provinciales, 209 sociétés communales, et 632 sections locales. On calcula que le parti comptait déjà 58 000 adhérents. Le journal du parti, la Revista social, qui s'imprimait à Barcelone, avait 40 000 abonnés. Il y avait en outre une douzaine de feuilles locales et 8 congrès syndicaux avaient été tenus par des associations ouvrières imbues des idées anarchistes. La fin de l'année 1882 fut marquée par les violences de l'association de la Main noire, en Andalousie. Le gouvernement fit retomber la responsabilité des actes commis sur tout le parti anarchiste et plus de 200 arrestations furent opérées. Toutefois, il se trouva encore 140 délégués au congrès de Barcelone (25 septembre 1883). Un nouveau congrès du parti anarchiste espagnol devait avoir lieu en 1885, à Madrid. Il a été renvoyé à une date ultérieure.

La Revista social, sous le coup de poursuites multipliées, a dû disparaître, mais le parti disposait en 1886 d'une quinzaine de journaux locaux, dont les plus connus étaient le Cosmopolita, de Valladolid, et le Federacion, à Igualada.

Les anarchistes, regroupés au sein de la Fédération anarchiste ibérique (FAI), rangés dans le camp des Républicains, mais aussi souvent en conflit avec eux, joueront ensuite un rôle important dans le déroulement de la guerre civile, entre 1936 et 1939.

Italie
En 1871, l'Internationale comptait 10 000 adhérents en Italie; les sections de la Péninsule épousèrent la querelle de Bakounine contre Karl Marx, jusqu'au jour où Andrea Costa, rompant brusquement avec les ultrarévolutionnaires, devint le chef d'un parti socialiste légaliste et poussa le modérantisme jusqu'à prêter, une fois élu député, le serment parlementaire au roi Humbert.

C'est à partir de 1878, après l'attentat de Passanante contre le roi (16 novembre), qu'un mouvement anarchiste commença à se dessiner. En effet, la prise d'armes de Bénevent (1877) ne fut qu'un incident isolé. 27 révolutionnaires, gradés par Carlo Cafiero, occupèrent plusieurs communes, brûlèrent les papiers publics, distribuèrent au peuple l'argent qu'ils trouvèrent dans les caisses municipales. Cernés au bout de 4 jours par les troupes italiennes, ils durent mettre bas les armes et furent condamnés à plusieurs années de réclusion

Après le congrès de Londres (1881), des groupes anarchistes furent fondés à Bologne, Ravenne, Naples, Milan, Forli, Rome. Un congrès, tenu à Chiasso, réunit 40 délégués (1883); des troubles éclatèrent sur divers points de la Romagne. Henri Malatesta fut arrêté à Florence et l'avocat Merlino à Naples. Tous deux ont été condamnés, à Rome, le 1erfévrier 1884, à 3 années de réclusion.

Le seul journal qui restait aux anarchistes en Italie était le Proximus tuus, de Milan. Comme les Français et contrairement aux Espagnols, les anarchistes italiens sont communistes et non collectivistes.

Suisse
Nous avons dit comment fut fondée la Fédération jurassienne et comment, après la défection de Paul Brousse, au journal l'Avant-Garde succéda le Révolté, fondé en mars 1878, par Elisée Reclus et le prince Kropotkine. Des groupes anarchistes s'organisèrent à Genève, Fribourg, Zurich, Lausanne, la Chaux-de-Fonds, Berne, Lucerne. Une active propagande fut faite. Des congrès eurent lieu à Lausanne (4 juin 1882), Genève (13-14 août 1882), la Chaux-de-Fonds (7-9 juilet 1883). On s'occupa surtout dans ce dernier congrès de l'organisation «d'une caisse internationale de secours pour les victimes de la bourgeoisie».

C'est au congrès de Genève que fut adopté, à l'unanimité des délégués, l'envoi, à tous les groupes socialistes des deux mondes, d'un manifèste qui est l'œuvre de l'éminent géographe Elisée Reclus

Jusqu'au mois de mars 1885, la Suisse avait paru, pour les anarchistes de toute nationalité, un asile à peu près sûr, quand brusquement les gouvernants de la Confédération helvétique firent arrêter 60 anarchistes à Genève, Berne, Saint-Gall, Lucerne Zurich, etc. (2-4 mars 1885). Les anarchistes furent accusés d'avoir voulu faire sauter le palais fédéral; ils repoussèrent énergiquement cette imputation.

Le journal le Révolté, à Genève, a été saisi et son imprimerie fermée; mais la saisie a été levée au bout de deux jours. Cependant le Révolté n'a point reparu à Genève et les anarchistes l'ont transporté à Paris.

Belgique
L'Internationale ne comptait pas moins de 70 000 adhérents en Belgique, dès l'année 1869. Lors de la scission de la puissante association, les sections belges se divisèrent et une tentative de rapprochement faite au congrès de Gand (9-16 septembre 1877) n'amena pas de résultat. En 1880, au congrès de Bruxelles, on vit nettement se dessiner les deux courants : d'un côté, le parti ouvrier socialiste, obéissant à l'influence des députés allemands, et représenté surtout par le docteur César de Paepe et Brismée; de l'autre, les anarchistes de Verviers et de Bruxelles (Gerombou, Piette, Delsaute, Huyskens, etc.), les anciens internationalistes qui avaient, en 1872, soutenu Bakounine dans sa lutte contre Karl Marx (Govaerts, Verrycken, Steens, Debuyger, etc.), et les révolutionnaires indépendants des Cercles réunis, association récemment fondée par Chauvière, Crié, Claes, Stuyck, F. Monier, Delfosse, etc.

La scission s'aggrava et les anarchistes fondèrent, avec les internationalistes et les indépendants, une Union révolutionnaire qui tint des congrès trimestriels à Bruxelles (19 septembre 1880), Verviers (25 décembre 1880), Cuesmes (20 mars 1880). Des conférences furent faites à la Louvière, Liège, Herstal, Ensival, Verviers, Cuesmes, Paturages, Gilly, Frameries, Elouges, Wasmes, Jemmapes; de nombreux meetings eurent lieu à Bruxelles; un journal hebdomadaire, les Droits du peuple, rédigé par Chauvière et Crié, atteignit rapidement un tirage de 2 000 exemplaires; en 1880, le drapeau rouge fut arboré à trois reprises différentes dans les rues de Bruxelles; deux collisions avec la police eurent lieu près du palais du roi et près de la gare du Midi. Une vive agitation se produisit dans les bassins houillers du Borinage. En 1881 (23 mars), après le congrès de Cuesmes où le drapeau rouge avait été arboré et suivi d'un cortège de 3000 ouvriers chantant la Carmagnole et criant : Vive la Commune! le gouvernement belge fit arrêter et expulser du pays 3 révolutionnaires étrangers.

Le mouvement, un instant désorganisé, n'a pas tardé à reprendre sa marche progressive. Les anarchistes de Verviers ont publié la Persévérance (tirage 1500 exemplaires); cet organe a disparu en 1882, mais un nouveau journal anarchiste, l'insurgé, a paru à Bruxelles au mois de mars 1885. Il y a des groupes anarchistes à Bruxelles, Saint-Josse-ten-Noode, Ixelles, Schaerbech, Etterbeck, Liège, Verviers, Cuesmes, Gand et Anvers.

Citons pour mémoire la curieuse affaire de Ganshoren (explosion de matières explosibles dans une expérience en pleine campagne), à la suite de laquelle Cyvoet fut arrêté et livré à la justice française. Les anarchistes n'ont eu qu'une très faible part dans les désordres de Liège et Charleroi en 1886. A Bruxelles, l'Insurgé disparu a été remplacé par Ni Dieu ni maître

Allemagne
Contrairement aux pays dont nous venons de parler, ce n'est point au congrès de la Haye (1872), à la querelle de Marx avec Bakounine, à la scission de l'lnternationale. qu'il faut faire remonter les débuts du mouvement anarchiste en Allemagne. C'est beaucoup plus tard, après les attentats d'Haedel (11 mai 1878), et du docteur Nobiling (2 juin 1878), contre l'empereur Guillaume, et après la loi contre les socialistes (22 octobre 1878), que la scission éclata, dans le parti socialiste allemand, beaucoup moins entre les autoritaires et les anarchistes, qu'entre les parlementaires et les révolutionnaires, les modérés et les violents. Bebel et Liebknecht réprouvèrent les attentats commis contre l'empereur; Most et Hasselman les glorifièrent ; le congrès de Wahren, près Leipzig (septembre 1879), donna la majorité aux modérés et la rupture ne tarda pas à être complète. Le Sozial-Demokrat (fondé à Zurich en 1879), organe des parlementaires, et la Freiheit (fondée à Londres en 1880), organe des révolutionnaires, se firent une guerre acharnée. Most, ayant fait l'apologie du meurtre du tsar Alexandre II, fut condamné, en Angleterre, à 18 mois de travaux forcés. La peine achevée, il transporta la Freiheit aux États-Unis, où elle paraissait encore. au mois de mai 1886. Son tirage atteint environ 15 000 exemplaires dont 10 000 au moins s'écoulent tant en Allemagne qu'en Autriche-Hongrie.

Depuis la fin de l'année 1883, les anarchistes ont fait de notables progrès en Allemagne, surtout à Berlin, Hambourg, Francfort et dans les provinces rhénanes. En 1884 ils tentèrent de faire sauter l'empereur, au moment où il se rendait à l'inauguration du Niederwald, monument élevé à la gloire de l'Allemagne. Leur entreprise échoua et, quelque temps après, les auteurs de cette tentative furent arrêtés. Le principal d'entre eux, Rheinsdorff, revendiqua hautement devant le tribunal ses convictions anarchistes révolutionnaires et la responsabilité de l'acte qu'il avait voulu accomplir; Kuchler et les autres accusés furent moins énergiques. Rheinsdorff et Kuchler, condamnés à mort, furent exécutés, le 6 février 1885, dans la prison de Halle. Ils moururent avec un grand courage.

Quelques jours après la condamnation à mort de Rheinsdorff et de Kuchler, un des principaux agents de la police allemande, Rumpf, qui avait joué un rôle accusateur prépondérant dans le procès de Rhemsdorff, tombait, à Francfort, frappé de deux coups de poignard.

Autriche-Hongrie
En 1880, au congrès de Julienfeld, près Brünn, les socialistes révolutionnaires d'Autriche déclaraient qu'ils entendaient garder la plus complète neutralité entre les parlementaires et les anarchistes, le Sozial Demokrat et la Freiheit, Most et Liebknecht. Un autre congrès, à Pesth (16-17 mai 1880), où assistaient 110 délégués, observa la même neutralité. Mais des symptômes d'une scission prochaine ne tardèrent pas à se manifester. Le 4 décembre 1881, le commissaire de police Kladec voulut dissoudre une réunion anarchiste; ses agents furent repoussés et lui-même grièvement blessé. En février et mars 1882, des émeutes eurent lieu dans plusieurs centres industriels. Après l'affaire Merstallinger (attaque et pillage d'une maison, à main armée, juillet 1882), les socialistes parlementaires se séparèrent définitivement des anarchistes au congrès de Brünn (15-16 octobre 1882); 44 délégués assistaient à ce congrès.

De nouvelles émeutes éclatèrent à Vienne les 10 août, 2 septembre et 16 septembre 1883; un congrès anarchiste fut tenu à Lang-Enzersdorf, près Vienne, les 26 et 27 septembre 1883. Le commissaire de police Hlubeek fut tué à Florirsdorf, le 20 novembre 1883, un agent de police tué à Vienne, le 15 décembre, un autre agent, nommé Bloch, tué également à Vienne le 24 janvier 1884. Des émeutes eurent lieu en Galicie et dans les bassins houillers de la Bohème.

Les mesures terroristes prises par le gouvernement n'ont point paru ralentir le mouvement; ni la suppression de plusieurs journaux, ni l'emprisonnement d'une quarantaine de révolutionnaires, ni la condamnation à mort et l'exécution d'Hermann Stellmacher, n'ont empêché des groupes anarchistes, nombreux et ardents, de s'organiser à Vienne, Cracovie, Budapest, Presbourg  (auj. Bratislava, en Slovaquie), Oedenbourg, Agram, Semlin, Temesvar (auj. Timisoara, en Roumanie), en Bohème, en Galicie, en Styrie, en Carniole et en Carinthie.

Les anarchistes n'ont plus qu'un journal, le Radical, qui parait à Pesth, le gouvernement ayant supprimé le Zukunft, qui paraissait à Vienne sous l'intelligente direction du peintre Peukert. De nombreux numéros de la Freiheit sont aussi répandus en Autriche-Hongrie. Enfin, des brochures mensuelles, portant le titre de Dernière presse libre de la Cisleithanie, sont distribuées à un très grand nombre d'exemplaires. C'est l'élément tchécoslave qui fournit le plus de recrues aux anarchistes.

Angleterre
De même pour l'Angleterre, il faudrait bien se garder de prendre pour des anarchistes, les communistes révolutionnaires de Londres, de Manchesteret de Birmingham, les révoltés agraires d'Écosse et les nationalistes, fenians, invincibles, dynamiteurs d'Irlande. L'histoire de leurs efforts, de leurs divisions, de leurs luttes, de leurs progrès, rentre dans le cadre du mouvement socialiste en général ou dans des cadres particuliers.

Signalons pourtant à Londres la présence d'un certain nombre de cercles anarchistes de langue française, italienne, allemande, hongroise et espagnole, mais ils s'occupent exclusivement de la propagande de leurs idées dans leurs pays respectifs.

Nous avons dit que c'était à Londres que Most, l'anarchiste allemand, avait fondé la Freiheit et qu'il la transporta aux États-Unis après une condamnation à 48 mois de travaux forcés, pour apologie du meurtre de l'empereur Alexandre II

II s'est pourtant créé à Londres, en 1885 et 1886, quelques groupes d'anarchistes anglais dont l'organe, hebdomadaire, The Anarchist, a atteint un tirage de 5 000 exemplaires. 

États-Unis
Les premières traces d'un mouvement anarchiste, aux États-Unis, remontent à 1878. Au congrès d'Albany, la majorité des délégués, partisans des moyens de propagande pacifique, se trouva en présence d'une minorité radicalement révolutionnaire, dont le principal leader était un ami de Most, Justus Schwab, de New-York, qui avait pour organe, à Saint-Louis, le journal la Voix du peuple (tirage 5 000 exemplaires). Le chef des modérés, Philippe de Patten, eut encore à combattre un autre groupe révolutionnaire, dirigé par M. Grotkau, qui admettait la participation aux élections, mais seulement comme moyen de propagande, n'attendant aucune solution définitive que de la force. L'organe des amis de M. Grotkau était l'Arbeiter-Zeitung (Gazette des travailleurs), dont le tirage dépassait 8 000 exemplaires. L'année suivante, au congrès d'Alleghany (1879), la rupture fut définitive entre les modérés et les deux autres fractions socialistes; M. Grotkau fut chassé par les modérés. Les révolutionnaires firent de notables progrès; à Boston, The Anarchist et après sa disparition le journal Liberty soutinrent les doctrines anarchistes; le 21 octobre 1881, 49 délégués, représentant 12 villes américaines, fondèrent, à Chicago, le Parti révolutionnaire des Etats Unis. Des associations ouvrières s'exercèrent publiquement à Chicago au maniement des armes et le nombre des enregistrements dépassait 3 000 à la fin de l'année 1884. Le Club socialiste révolutionnaire de New -York, dont la fondation datait du 15 novembre 1880, sut acquérir une très grande influence, et l'arrivée de Most en Amérique (18 décembre 1882) donna une nouvelle impulsion au mouvement anarchiste.

En 1883 (14-16 octobre), un congrès anarchiste se réunit à Pittsburgh, 28 délégués y assistalent, représentant 22 villes ; Grotkau s'y rendit avec ses amis et la Fédération américaine de l'association internationale des Travailleurs fut définitivement organisée. Signalons simplement les troubles anarchistes vite apaisés, qui se sont produits à Chicago en 1886, et la condamnation de Most à un an de réclusion.

Dans les autres pays
II s'est formé, au Mexique, deux groupes anarchistes : à Mexico et à Veracruz; un journal anarchiste hebdomadaire, la Révolution sociale, paraît à Mexico. Deux journaux anarchistes hebdomadaires représentent les idées anarchistes dans l'Amérique du Sud : la Révolution sociale à Santiago (Chili) et l'Internationale à Montevideo.

Le mouvement nihiliste russe n'est pas un mouvement anarchiste. Il se rencontre certes des anarchistes dans les deux groupes du parti nihiliste : les popularistes et les terroristes. Mais le mouvement eut lui-même un caractère révolutionnaire tout particulier qui ne doit point lui donner place dans cette étude consacrée exclusivement au mouvement anarchiste. Il n'y a point de mouvement anarchiste en Hollande; un seul groupe, peu nombreux, d'Amsterdam, s'est rallié à cette doctrine.

Au Danemark, en Suède et en Norvège, il y a des socialistes de diverses nuances, et il y a même un certain nombre d'anarchistes à Copenhague. Mais, à la fin du XIXe siècle, il n'existe pas, à proprement parler, de mouvement anarchiste dans ces trois pays. Le mouvement anarchiste n'a pas gagné non plus le Portugal où l'on ne trouve que des socialistes. (A. Crié).



Laurent Maréchaux, Hors la loi : Anarchistes, illégistes, as de la gâchette... Ils ont choisi la liberté, Arthaud , 2009.
2700301528
On ne naît pas hors-la-loi, on le devient... Ils se sont révoltés contre toutes les formes d'injustices, ils se sont révoltés contre le monopole des grandes puissances maritimes, contre l'avènement du monde industriel, ils étaient nostalgiques des grands espaces vierges. 

Plutôt que de perdre leur liberté, ils ont préféré se diriger vers une mort certaine, anticipant avec sang-froid une issue inéluctable. Pour Mandrin, Olivier Misson - le pirate philosophe -, Calamity Jane, Marius Jacob... et tant d'autres assoiffés de liberté, la quête d'un monde meilleur tourne à l'obsession et devient leur ultime convoitise. Une justice arbitraire, l'enrichissement éhonté d'une minorité, l'oppression des plus pauvres font de ces hommes d'honneur écorchés vifs des hors-la-loi redoutés. 

Leur soif d'idéal appelle le sacrifice et se paie au prix fort: la roue, le peloton d'exécution ou l'acharnement aveugle des forces de police. Le vol, la cavale, la solitude marquent la destinée hors-normes de ces affranchis. Et si la plupart des faits d'armes de ces aventuriers sont connus de tous, leur véritable révolte est trop souvent passée sous silence. D'abord considérés comme de redoutables malfrats, ces hommes hors des lois exercent sur chacun d'entre nous une obscure fascination. Difficile de ne pas partager en secret leur soif de rébellion. (couv.).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Sociétés et cultures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.