.
-

d'Aligre

Aligre (Étienne d'), chancelier de France, né à Chartres en 1560, mort en 1635. Son mérite lui ouvrit l'entrée du conseil d'État sous Louis XIII, qui lui confia les sceaux en 1624 et le nomma chancelier bientôt après; mais, au bout de deux ans, Richelieu le sacrifia à Gaston, frère de Louis XIII. Exilé dans sa terre de la Rivière, dans le Perche, il y finit ses jours, laissant la réputation d'un des magistrats les plus intègres de son siècle.
Aligre (Étienne d'), 1592-1677,  fils du précédent, fut successivement sous Louis XIV conseiller, intendant en Languedoc et en Normandie, ambassadeur à Venise, directeur des finances, doyen du conseil d'État, garde des sceaux (1672) et chancelier (1674).
Aligre (Étienne-François d'), de la même famille, fut, sous Louis XVI, premier président du parlement de Paris, s'opposa de tout son pouvoir, en 1788, à la convocation des états généraux, donna sa démission, émigra, et mourut à Brunswick en 1798, laissant des sommes immenses. Il avait été fait marquis.
Aligre (Étienne-Jean-François, marquis d'), 1770-1847, était membre du conseil général de la Seine en 1814 et fut un des commissaires chargés de recevoir Louis XVIII à son entrée à Paris. Nommé pair dès 1815 il refusa de prononcer aucune peine contre le maréchal Ney. On lui doit l'asile d'Aligre, à Chartres, l'hôpital d'Aligre, à Bonneval (Eure-et-Loir), et l'hôpital de Bourbon-Lancy.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.