.
-

Alî

Alî, c'est-à-dire Sublime, fils d'Aboû-Tâlib, est le quatrième calife musulman, né à la Mecque vers l'an 600 de notre ère, mort à Koûfa en 661. Son père était l'oncle paternel de Mohammed et lui avait servi de tuteur après la mort de ses parents et de son grand père, Abd-aI-Mottalib. En revanche, Mohammed après la mort d'Aboû-Talib, adopta son cousin qui fut, malgré son jeune âge, un des premiers convertis à l'islam et l'un des auxiliaires les plus actifs et les plus énergiques du Prophète. Il le suivit à Médine lors de l'hégire et peu après (623) épousa Fâtima, la fille chérie de Mohammed. Il combattit auprès de lui à Bedr, a Ohod, et se distingua par son courage. 

Son mariage, la situation exceptionnelle qu'il avait auprès du Prophète, la sympathie des Musulmans et surtout certaines paroles par lesquelles Mohammed l'avait un jour reconnu presque formellement pour son successeur, tout cela paraissait lui assurer la succession immédiate de Mohammed. Il n'en fut rien : à la mort du Prophète (632), le pouvoir fut déféré à Aboû Bekr, puis à Omar et à Othman; ce fut seulement en 656 qu'Alî arriva au califat après le meurtre d'Othman. 

A cette époque il existait dans l'empire musulman des tendances séparatistes; les généraux qui avaient conquis tel ou tel pays étaient désireux de voir consacrer leurs conquêtes par une indépendance pour ainsi dire absolue; les querelles théologiques se multipliaient et même on voyait se former certaines sectes, dont les doctrines avaient de graves conséquences politiques et sociales. De plus, Aïcha, qui n'avait jamais pardonné à Alî certaines insinuations malveillantes, excita contre lui Talha et Zobair et fut défaite à la Journée du Chameau.

Alî s'efforça alors de triompher de l'opposition que lui faisait en Syrie Moawvia, qui y avait levé une nombreuse armée. Une bataille sanglante se livra entre les deux armées à Siffin sur le bord de l'Euphrate; les troupes d'Ali étaient victorieuses quand Moawiya imagina un stratagème; ses soldats s'avancèrent portant des corans au bout de leurs lances et conjurant, au nom du livre saint, leurs adversaires de ne pas continuer cette lutte impie et fratricide. Les superstitieux soldats d'Ali le forcèrent à arrêter le combat ; on décida de s'en .rapporter d'un commun accord à deux arbitres choisis chacun par l'un des prétendants. 

Par la maladresse du mandataire d'Alî et la fourberie de celui de Moawiya, Alî fut déclaré déchu. Il ne voulut pas se soumettre à cette décision obtenue par traîtrise et quoiqu'il eût perdu la Syrie, l'Égypte, la Perse et même les deux villes saintes de la Mecque et de Médine, il leva une armée. Il se disposait à marcher contre Moawiya, quand il fut assassiné à Koûfa, par un émissaire des kharédjites. Ces sectaires avaient résolu de faire périr le même jour Ali, Moawiya et Amr ibn Al-Asî, le conquérant de l'Égypte, pour mettre fin à ces luttes intestines qui déchiraient l'Islam. Alî fut le seul frappé. 

Outre Fâtima, il avait épousé sept femmes, dont il eut, dit-on, plus de trente enfants : les plus connus sont Hassan, Hossaïn et Mohammed, fils de la Hanafite. La mort d'Alî assura le pouvoir à Moawiya, qui fonda alors la dynastie héréditaire des Banoû Ommaiya (Omeyyades), mais ce ne fut pas sans protestations, car les Alides trouvèrent dans certaines régions, surtout en Perse, de nombreux partisans et il se produisit dans le monde musulman un schisme qui dure encore aujourd'hui (Chiites et Sunnites). 

Alî nous est décrit par lés écrivains arabes contemporains comme un homme noble, fier et généreux, le dernier de ces musulmans des premiers temps, que remplissait exclu sivement l'enthousiasme religieux, qui vivaient de la vie même du Prophète et: qui suivaient le mieux les exemples de foi, de sincérité et de simplicité qu'il leur donnait. Il ne manqua à Alî que d'être bon politique, il ne sut pas assez défendre ses intérêts temporels, ce fut ce qui causa sa perte. Sa sagesse et sa prudence sont célèbres, et il est l'auteur de poésies et de proverbes fort estimés. (J. Preux).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2012. - Reproduction interdite.