.
-

Alarcon

Alarcon (Hernando de), navigateur espagnol du XVIe siècle, sur la vie duquel on ne connaît aucun détail positif. Il fut chargé en 1540 d'un voyage d'exploration sur le littoral du Pacifique; il devait en même temps s'assurer si la Californie était réellement une île, comme on le croyait alors. Il s'acquitta admirablement de sa mission et rédigea à son retour des notes sur son voyage qui permirent de dresser la première carte exacte de la Californie (L'Exploration de l'Amérique du Nord).
Alarcon (don Pedro Antonio de), poète né le 10 mars 1833 à Guadix, petite ville de la province de Grenade, mort à Madrid en 1891. Il était issu d'une famille de noblesse, ruinée pendant la guerre de l'Indépendance. Reçu, à l'âge de quatorze ans, bachelier à Grenade, il y commença ses études de droit, qu'il dut bientôt abandonner, son père, chargé d'enfants, n'ayant pu faire face aux frais qu'entraînait la carrière juridique. On le fit entrer au séminaire de sa ville natale, mais Alarcon, ne se sentant aucune vocation pour l'état ecclésiastique, et animé, en revanche, d'une passion irrésistible pour les lettres, se voua à l'étude de celles-ci, en négligeant la théologie. Doué d'une rare énergie, il apprit le français en comparant la version en cette langue de la Jérusalem délivrée avec une traduction espagnole; il apprit aussi l'italien par le même procédé, à l'aide de l'Enéide

En 1853, le jeune séminariste fonda à Cadix une revue littéraire hebdomadaire, El Eco de Occidente, qu'il alimenta avec le concours d'un seul collaborateur, son ami Torcuato Tarrago, le romancier, et sans quitter sa ville. La revue ayant pleinement réussi, il voulut tenter la fortune des lettres. Il s'enfuit et alla continuer son journal à Cadix, puis à Grenade. La révolution de 1854 l'entraîna dans le mouvement démocratique et l'attira à Madrid où il se mit à la tête de la Colonie grenadine, association hostile à la dynastie régnante, qu'il combattit violemment avec la plume dans un journal satirique El Latigo (= le Fouet), subventionné secrètement par de grands personnages. Un duel, où il dut s'abandonner à la générosité de son adversaire, les poursuites et les déboires de toutes sortes le dégoûtèrent bien vite de la politique, et plus tard il jugea sévèrement cette époque de sa vie, s'appelant "chevalier errant de la révolution et soldat du scandale". 

Retiré à Ségovie, il se réfugia de nouveau dans les lettres, et fit insérer dans des journaux et revues une quantité d'articles littéraires et de petits récits où il se revéla conteur original, spirituel et d'une grâce inimitable. Comme critique dramatique, il devint la terreur de ceux qui écrivaient pour la scène. Son premier roman d'une certaine étendue:  le Final de Norma (1855, 58 éd.,1883), mérita les honneurs d'une traduction française (par  Ch. Yriarte; Paris, 1866). Il voulut aussi aborder le théâtre, mais son drame, en trois actes et en vers, El Hijo prodigo (1857), fut, malgré des qualités incontestables, accueilli avec tant d'hostilité, que l'auteur le retira, et jamais depuis il ne consentit à le laisser jouer ni à écrire aucune autre pièce. En 1859, il fit, comme engagé volontaire; la campagne du Maroc, fut blessé devant Tétouan et décoré sur le champ de bataille par le général O'Donnell. il fonda alors en plein camp un journal, El Eco de Tetuan, qui n'eut qu'un numéro. Son histoire de cette expédition, écrite au jour le jour : Diario de un testigo de la querra de Africa (Madrid, 1859; in-fol., avec grav.; 2e édit., 1880, 3 vol. in-8), eut un succès énorme; c'est en effet un modèle du genre. En même temps parut un premier recueil de Cuentos, articulos y novelas, 1859, 4 vol. in-16. Le volume où il raconta ses impressions d'un voyage en Italie : De Madrid à Napoles (1864, in-8; nouv. édit., illustrée, 1878, in-4), est d une haute valeur littéraire et esthétique.

Un écrivain de son talent ne pouvait pas rester en dehors de la vie publique, En 1863, il entreprit, dans le journal la Epoca, une campagne contre le ministère Miraflores en faveur de l'Union libérale, campagne qu'il continua avec plus de vigueur encore dans la Politica, journal dont il fut le fondateur. Nommé député de Guadix dès 1865, il défendit aux Cortès la politique du général O'Donnell. En 1866. il signa la fameuse protestation des députés unionistes, ce qui lui valut l'exil momentané. Il vint alors à Paris, puis alla se fixer à Grenade. En 1868, il prit part à la révolution qui coûta le trône à la reine Isabelle, et redevint député. Non réélu en 1872, il se tint à l'écart et s'occupa de la publication de ses travaux littéraires. 

Dans ses vers (Poesias serias y humoristicas; 1870; 3e éd., 1885, avec El Hiijo prodigo), il fait preuve d'un réel talent de poète, avec la note lyrique dominante. Les Cosas que fueron (1871; 2e éd., 1882) sont un second recueil de cuadros de costumbres, publiés antérieurement. Les deux volumes de ses Novelas (1872-1873) offrent une réimpression de ses nouvelles choisies, dont deux : Bonne Pêche et Cornet à pistons, ont été traduites pour la première fois en français par L. Louis-Lande (Revue des Deux-Mondes, 15 mai 1875; avec une étude sur l'auteur). En 1874, il fit paraître : El Sombrero de tres picos (= le Tricorne), esquisse de moeurs provinciales, véritable perle littéraire, qui eut huit éditions (prem. trad. dans le feuilleton du Temps, 1er janvier 1877), et la Alpujarra (2e éd.,1882), impressions de voyage dans la région de la sierra Nevada, rendue célèbre par le dernier soulèvement des Morisques. Après la restauration d'Alphonse XII, qu'il avait préparée par sa plume, il accepta les fonctions de conseiller d'Etat. Il publia ensuite : Amores y amorios (1875), historiettes en prose et en vers; El Escandalo (1875; 7e éd.,1882), roman de philosophie religieuse, qui marque une évolution dans les idées de l'auteur et donna lieu à des attaques passionnées; - El Niño de la bola (1880), considéré comme son meilleur roman ; - El Capitan Veneno, estudio del natural (1881); - Novelas cortas (1881-82, 3 vol.; nouv. éd., 1884-85) ; - la Prodiga (1882) ; - Juicios literarios y artisticos (1883); - Viajes por España (1883). 

Le 15 décembre 1875 il fut élu à l'Académie espagnole où il fut reçu (25 février 1877) par le célèbre D. Candido Nocedal et prononça alors son beau discours Sur la morale dans l'art. Alarcon est une individualité littéraire très marquante. Ses oeuvres révèlent des qualités variées : imagination puissante, tour d'esprit original, enthousiasme, humour et ironie. Il est surtout passé maître dans des récits courts, genre de composition mis à la mode et illustré par D. Ant. de Trueba. Son style est en général très sobre et d'un charme attachant. (G. Pawlowski).

Alarcon y Mendoza (Don Juan Ruiz de), poète  né à Tasco, au Mexique, d'une famille noble originaire de la petite ville de Alarcon dans la province de Cuenca, mort à Madrid le 4 août 1639. Sa vie est peu connue ; d'après les documents, on suppose qu'il vint en Espagne presque enfant, à la fin du XVIe siècle. Bachelier en droit canon en 1600, bachelier en droit en 1602, il continuait encore en 1605 ses études à l'université de Salamanque et, dès 1606, il plaidait à Séville. Il retourna à Mexico en 1609 et s'y fit recevoir licencié en droit. Il fut nommé rapporteur au Conseil des Indes, poste honorable et assez lucratif. Au lieu de traîner sa vie dans la pauvreté de Camoëns ou de Cervantes, il vécut l'égal des grands seigneurs. Protégé par le duc de Medina de las Torres qui fit sa fortune, il excita l'envie et la haine parce qu'il était riche et bossu. Aussi personne ne parla des excellentes pièces qu'il fit. 

La Verdad Sospechosa, sa meilleure comédie, fut imprimée dans une collection publiée en 1630 sous le nom de Lope de Vega. Corneille l'y découvrit, en fut enthousiasmé et l'imita, déclarant dans la préface du Menteur qu'il en avait emprunté le sujet à Lope de Voga. Les préventions qu'excitait Alarcon, les railleries dont il était l'objet, n'ont été égalées que par le mépris avec lequel il s'habitua bientôt à juger le public. La préface du premier volume de ses comédies en est une preuve. La première partie de son théâtre (composé avant 1622) fut publiée en 1628 et dédiée au grand chancelier du conseil des Indes, au duc de Medina de  las Torres, son Mécène, dit-il, à qui il s'adresse sur un ton de courtoise égalité bien plus que sur le ton d'un poète de cour.

Ce volume imprimé à Madrid chez Jean Gonçalez contient : Los favores del mundo (les Faveurs du monde); - La industria y la suerte (Industrie et sort); - Las paredes oyen (les Murs ont des oreilles); - El semejante a si mismo (l'Autre lui-même) ; - La cueva de Salamanca (la Caverne de Salamanque) Mudarse por mejorarse (Changer pour trouver mieux); - Todo es ventura (la Chance est tout); El desdichado en fingir (la Feinte malheureuse); - Et dueño de las estrellas (le Maître des étoiles). 

La deuxième partie, plus rare, mieux imprimée, tirée sur un papier plus élégant, fut publiée à Barcelone en 1634; elle comprend : Los empreños de un engaño (les Entraînements d'un mensonge); - La amistad castigada (le Châtiment de l'amitié) ; - La manganilla de Melilla (la Ruse de Melilla); - Ganar amigos (Acquérir des amis); - La verdad sospechosa (la Vérité suspecte); - El Antecristo (I'Antechrist); - El tejedor de Segovia (le Tisserand de Ségovie) ; - Los pechos privilegiados (les Seins privilégiés); - La prueba de las promesas (les Promesses à l'épreuve); - La crueldad por honor (la Cruauté par honneur); - El examen de maridos (l'Examen des maris). 

Alarcon est un des rares poètes dramatiques classiques de langue espagnole qui fassent de l'analyse de caractères; le mouvement et le conflit d'intrigues imprévues que la bourgeoisie et les artisans de Madrid exigeaient connue première nécessité d'une oeuvre dramatique, lui servent de cadres pour des peintures aussi vives que vraies. Les deux chefs-d'oeuvre dramatiques d'Alarcon sont en deux genres différents, la Vérité suspecte et le Tisserand de Segovie.

Ajoutons quelques mots sur la Vérité suspecte, que Corneille a portée sur la scène française sous le titre du Menteur. Les deux comédies sont semblables d'intrigues; seulement la moralité, accessoire dans la pièce française, est le fond du sujet chez Alarcon qui veut prouver que la vérité devient suspecte en passant par une bouche habituée au mensonge. Les personnages sont à peu près les mêmes, moins trois ou quatre rôles accessoires; les noms, qui chez Alarcon appartiennent naturellement à la société espagnole, se transforment dans Corneille en noms insignifiants, tirés du grec et dits de comédie, pratique peu favorable à l'illusion et qui a longtemps persisté en France. La scène est des deux parts dans la capitale : à Madrid, elle présente selon le besoin six tableaux divers; à Paris, deux seulement, les Tuileries et la Place Royale (Place des Vosges) dans laquelle des mariages se traitent et de graves entretiens s'engagent. La plupart des scènes de la Verdad sospechosa se retrouvent dans le Menteur, la conduite du dialogue est la même, les deux dénouements différent seuls un peu. Garcia, le menteur espagnol, ne ment plus à la fin de la comédie d'Alarcon; il subit seulement les conséquences d'une première tromperie, ses protestations sont mutiles, on ne croit plus ce qu'il dit; la Vérité devient suspecte en passant par sa bouche. Dorante, dans Corneille, ment jusqu'au bout et son dernier mensonge, qui n'est point confondu et qui n'est qu'une ressource de son amour-propre froissé, laisse le spectateur indifférent, un peu choqué même par les dernières paroles de Cliton. (L. Vonoyen).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.