.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation de l'Aigle
Tous les auteurs anciens s'accordent a voir  dans cette onstellation, l'oiseau de Zeus / Jupiter (Ovide), l'aigle, qui ravit Ganymède fils de Tros, et qui l'emporta aux cieux, pour y remplir la fonction d'échanson des dieux (Hyginus, Germanicus, Eratosthène). Nous avons déjà parlé de cet enlèvement, à l'article du Verseau, Ganymède, que cet aigle précède toujours dans son lever, et qu'il semble enlever aux cieux. On donne aussi une autre cause de cette consécration de l'Aigle parmi les constellations (Eratosthène). On raconte que, lorsque les dieux se partagèrent entre eux les différents oiseaux, Zeus choisit, l'Aigle. C'est le seul oiseau, qui dirige son vol en face du Soleil, qui n'en redoute pas les rayons, et qui exerce sur tous les astres le même empire qu'exerce Zeus sur les dieux, et le

Lion sur les quadrupèdes, lequel est affecté aussi à Zeus, dans la distribution des douze signes entre les douze grands dieux. Il est peint les ailes étendues, comme s'il volait. Aussi l'appelle. t-on, Vultur volans, au lieu que le Vautour (la Lyre) se nomme Vultur cadens. Il est représenté le bec tourné vers le Soleil levant (Germanicus); son aile gauche s'étend près de la tête d'Ophiuchus. Son corps est séparé du bec par le colure des solstices ou par le cercle, qui va du Cancer au Capricorne (Hyginus); le milieu du corps est coupé par la Voie Lactée. L'Aigle se couche au lever du Lion (Théon), dont il est paranatellon. Ainsi le Lion et l'Aigle tiennent au domicile du Soleil , et au signe affecté à Zeus; l'Aigle se lève avec le Capricorne.

Aglaosthène, qui écrivit l'histoire de Naxos, dit que Zeus, ayant été enlevé de la Crète, fut porté à Naxos, où il fut nourri. Arrivé à l'âfe viril, il voulut faire la guerre aux Titans; et avant de les attaquer, ayant fait un sacrifice, un aigle vint lui donner les augures les plus favorables. Ce dieu, en reconnaissance, plaça cet aigle aux cieux (Hyginus), Germanicus ajoute à ce récit quelques circonstances, qui diffèrent un peu. Il suppose, que Zeus / Jupiter lui-même s'était métamorphosé en aigle, lorsqu'il passa à Naxos, où il avait été nourri; et qu'étant sorti de Naxos, pour aller combattre les Titans, un aigle lui était apparu, au moment où il faisait un sacrifice, et lui avait apporté ses foudres; que le dieu, sensible à cet heureux augure, avoir pris cet oiseau sous sa protection. Eratosthène dit que l'aigle s'était associé aux combats de Zeus; et que ce dieu en avait fait son oiseau sacré, qu'il avait figuré aux cieux.

Quelques auteurs racontent, qu'un certain Mérope régnait sur l'île de Cos, ainsi appelée du nom de sa fille, comme mes habitants s'appelaient Méropes du sien. Il avait pour femme Ethheméa, du sang des Nymphes, laquelle, ayant négligé de sacrifier à Artémis, fut percée des traits de cette déesse. Perséphone l'entraîna encore vivante dans son empire. Son époux désolé ne cherchait qu'à mourir. Héra, sensible à son malheur, le métarmorphosa, en aigle, et le plaça aux cieux. Elle ne voulut pas lui conserver la forme humaine, dans la crainte qu'il ne continuât à s'afffiger de la perte de son épouse.

Enfin il est des auteurs (Hyginus), qui disent qu'Hermès, suivant d'autres, Anaplas, épris de la beauté d'Aphrodite, et désespérant d'obtenir ses faveurs était tombé dans l'abattement et le désespoir. Zeus, sensible à la douleur, envoya son aigle enlever la pantoufle de la déesse, au moment où elle se baignait dans les eaux de l'Acheloüs. L'oiseau exécuta le message, et porta la pantoufle à Hermès, en Egypte. La déeese, qui suivait l'Oiseau, tomba ainsi dans les filets de son amant, qui fut heureux, et qui, par reconnaissance, plaça l'Aigle aux cieux. Voilà à peu près les fictions, qui ont été faites sur cette constellation.

La brillante de l'Aigle s'appelle Al Nesr al-Tair dans Ulugh-Beg : on en a fait Altaïr, Alcar, Alcair. Celle de la queue, Danab-al-Okâb.

Le nom de la  constellation est Okab, l'Aigle noir, Melainaetos, Aquila, leporaria et Al-Hakkab. Les Perses nomment cet oiseau, Aluh; les Turcs, Thaushaugül.

Nesr al-Taïr signifie Vulturr volans (Tables Alphonsines). Le peuple nomme cette constellation, le Faucon , Shâhin Tarâ-zed; les Perses, Gherghè; les Turcs, Ak-Baba ; les Hébreux, Neschr.

Elle porte aussi les noms d'Agor, d'Aigypton (Hésychius).

Aratus l'appelle Aëtos , qui est le nom de l'Aigle, chez les Grecs; et Aêtês , le grand messager de Zeus.

Voici les noms que lui donne Blaeü : Jovis Ales, Jovis Nutrix, Jovis Armiger, Satelles et Internuncia Fulminis, Raptrix Ganymedis, Fulminis minister, Avis Romana, Aquila Promethei, Vultur volans, Cnêceios; Avium Regina, Basanos, Tormentum, Exploratio; Cruciatus, Instrumentum Exploratorium, Basanistes, Explorator, Tortor Promethei ; en Arabe, AIcar, Alcali, Atayr, Altayro , Alhak-Kab.

On sème, dit Columelle, depuis les calendes d'octobre jusqu'au lever de l'Aigle, qui arrive au sept des ides de décembre.

Le même auteur fixe, aux calendes de juin, et au quatre des nones, un lever de l'Aigle, accompagné de tempête, de vent, et quelquefois de pluies. Il marque, pour le six des calendes d'août, un coucher de l'Aigle, avec indication de tempête. Il fixe, au sept des ides de décembre, un lever du matin de l'Aigle, avec cette annnonce : vent d'Afrique, auster, petite pluie.

Il marque, au quatre des calendes de janvier, un coucher du soir de l'Aigle, c'est-à-dire, le surlendemain, pour les Chrétiens,de la fête de Saint Jean d'hiver, qui a l'Aigle pour attribut.

Pline regarde le jour du lever de l'Aigle , comme d'une funeste influence.
(Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.