.
-

Agnès

Agnès - Plusieurs personnages historiques ont porté ce prénom. Citons :
Agnès de France, fille du roi de France Louis le Jeune, fut mariée en 1180, dès l'âge de 9 ans, à Alexis Comnène le Jeune, empereur de Constantinople; deux ans après, elle se vit forcée d'accepter la main d'Andronic Comnène, qui avait fait mourir Alexis et avait usurpé le trône.

• Agnès d'Aquitaine, fille de Guillaume V, duc d'Aquitaine, épousa en 1043 Henri III, empereur d'AIlemagne, et fut mère de l'empereur Henri IV. A la mort de son mari, elle gouverna au nom de son fils, âgé de 6 ans; dépouillée du pouvoir en 1062, elle se retira à Rome, ou elle mourut en 1071. 

Agnès d'Autriche, fille de l'empereur Albert Ier, née en 1280. Elle épousa en 1296, André III, roi de Hongrie; mais elle devint veuve après un an de mariage. En 1310, elle fonda en Suisse un monastère où elle s'enferma; elle y mourut en 1364.

Agnès de Méranie, reine de France, fille de Berthold, duc de Méranie, fut épousée en 1196 par Philippe-Auguste qui venait de répudier Ingelburge; mais les censures de l'église obligèrent ce prince à l'éloigner pour reprendre sa première femme. Agnès, retirée à Poissy, y mourut de douleur en 1201. Elle avait eu du roi un fils, Philippe Hurepel. Ponsard a fait une tragédie d'Agnès de Méranie.

• Agnès, fille de Léopold, margrave d'Autriche, femme de Wladislas II prince de Cracovie. Ses excès et ses cruautés la firent excommunier par le pape Eugène; elle mourut exilée en Allemagne vers 1153. L. L.

• Agnès, abbesse de Quedlinbourg, de 1184 à 1205, fille du margrave Arnold de Meissen. On lui attribuait un évangéliaire orné de lettres peintes, qui, par son écriture, appartient certainement au XVe siècle, et les restes d'un beau tapis d'autel conservé dans la chapelle du château de Quedlinbourg. Il est au moins douteux que le tapis soit de sa main ou qu'elle en ait arrêté le sujet et la composition, mais il est très probable que c'est bien celui que, d'après une notice du Codex diplomaticus Quedlinburgensis d'Erath, elle donna au couvent. C'est une des pièces les plus curieuses de cette époque par sa double valeur artistique et documentaire.

Agnès Sorel, née en 1409, à Fromenteau, en Touraine, morte en 1450 au Mesnil, près Jumièges. Fille d'honneur d'Isabelle de Lorraine, femme de René d'Anjou, elle fut remarquée de Charles VII, devint dame d'honneur de la reine et favorite du roi. Elle reçut de Charles VII un château à Loches, le comté de Penthièvre en Bretagne, les seigneuries de Roquecesière, d'Issoudun, de Vernon-sur-Seine, enfin le château de Beauté-sur-Marne, dans le bois de Vincennes, d'où son nom de dame de Beauté. Elle finit par être reléguée à Loches, ou elle mourut. On y montre son tombeau. Elle avait dans ses armes un sureau d'or.

• La mère AgnèsArnauld.

• Sainte Agnès, vierge et martyre du IVe siècle. Elle était issue d'une des premières familles de Rome : sa beauté était remarquable. En 303, lors des persécutions ordonnées conta; les chrétiens par l'empereur Dioclétien, la jeune fille, âgée de treize ans seulement, fut traînée devant le préfet de Rome. Elle refusa d'abjurer sa foi et de sacrifier aux faux dieux malgré les cruels supplices dont elle était menacée. Le magistrat de Dioclétien prit alors le parti de l'envoyer dens un lieu de prostitution : mais un miracle, dit la légende, préserva la chasteté de la jeune vierge. Sainte Agnès fut alors condamnée à mort; elle marcha au supplice avec un admirable courage. Au temps de Constantin, une église, consacrée à la jeune martyre, fut élevée sur l'emplacement de son tombeau; plus tard, le pape Innocent X fit bâtir une autre église également placée sous l'invocation de sainte Agnès. De nombreux Pères de l'Église ont écrit son panégyrique, entre autres saint Augustin et saint Ambroise : toutefois l'écrit de ce dernier n'est pas d'une authenticité absolue. Enfin, sainte Agnès a inspiré au Tintoret et au Dominiquin deux de leurs plus remarquables tableaux. C'est le 21 janvier que l'Église catholique célèbre la fête de sainte Agnès. (GE).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.