.
-

Les aèdes

Aèdes, c.-à-d. chantres (du grec aoidoi, de aeidein = chanter). - Nom donné par les anciens Grecs à leurs poètes de l'époque primitive, qui, dans les grandes solennités, chantaient des hymnes, des poésies mystiques, des cosmogonies, des théogonies, composées par eux-mêmes. C'étaient habituellement des prêtres, des prophètes, des chefs de cité, des législateurs, des hommes en tout cas qui exerçaient sur leurs contemporains une haute influence politique, morale et religieuse. Les premiers aèdes, selon les traditions reçues en Grèce, sortirent de la Piérie, de la Thessalie, de la Béotie et de l'Attique. Parmi eux, on cite la prophétesse Phémonoé, Olen, qui passait pour être l'inventeur de l'hymne, Eumolpe, Philammon, Thamyris, Linus, le prophète Mélampe, Pamphos d'Athènes, Amphion de Thèbes, et surtout les légendaires Orphée et Musée

Peu à peu les aèdes formèrent une classe spéciale, qui offre quelques analogies avec nos poètes errants du Moyen âge : ils parcouraient les villes, les bourgades, les maisons des rois et des principaux personnages, chantant des morceaux poétiques sur les dieux, sur les héros, sur les grands événements politiques ou militaires; partout ils étaient reçus avec bienveillance et même avec vénération. Les chantres les plus célèbres de cette nouvelle période sont Démodocus et Phémius, dont Homère, qui fut lui-même le plus sublime de tous ces chantres, parle avec éloges dans l'Odyssée. II est probable que les chants des anciens aèdes furent les premiers rudiments de l'épopée héroïque, qui, vers le IXe ou le Xe siècle av. J.-C., offrit deux modèles parfaits dans, les deux grandes compositions d'Homère. 

A mesure que le nombre des aèdes s'accroissait, des écoles de chant, c.-a-d. de poésie, se formaient, principalement en Ionie; et c'est de leur sein que durent sortir et Homère et les poètes cycliques, et les chantres restés célèbres sous le nom de rapsodes : ceux-ci finirent par chanter les oeuvres d'autrui plutôt que leurs propres compositions, et c'est à eux que l'on est redevable de la conservation des poèmes homériques.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.