.
-

Adalbéron

Adalbéron d'Ardenne, est un archevêque de Reims, et grand chancelier sous Lothaire et Louis V, mort le 23 janvier 988 ou 989. Fils de Geoffroy, comte d'Ardenne, élevé au monastère de Gorze, diocèse de Metz, il devint archevêque de Reims en 969. Il agrandit et embellit sa cathédrale, institua la vie en commun pour ses chanoines, réforma les abbayes. Il se rendit à Rome auprès du pape Jean XIII (970) accompagné de Gerbert qui professait alors à l'école de Reims. 

A son retour, il réunit au Mont-Notre-Dame deux conciles (mai 972; déc. 973). Il présida le concile de Sainte-Macre convoqué pour examiner les accusations portées contre l'évêque de Laon, Adalbéron (ci-dessous), et la reine Emma. Il couronna Louis, fils de Lothaire, à Compiègne, le 8 juin 979. 

Accusé par Louis, en 986, d'avoir favorisé le parti d'Othon, il promit de se justifier devant les grands du royaume; le roi étant mort (22 mai 987) quand l'assemblée était déjà réunie, personne n'osa élever la voix contre l'archevêque. Le duc Hugues le réhabilita; en retour, Adalbéron proposa aux grands de remettre l'élection d'un roi à une assemblée ultérieure, qui se tint à Senlis; là, il les exhorta à repousser les prétentions de Charles de Lorraine et à donner la couronne au due Hugues. 

Il sacra Hugues Capet à Noyon, en juin ou juillet 987, et son fils Robert à Orléans, le 25 décembre 987; il mourut peu après. 

On trouve plusieurs de ses lettres parmi celles de Gerbert, son successeur. (M. Prou).

Adalbéron ou Ascelin est un évêque de Laon et poète, mort le 19 juillet 1030 oo 1031. Il étudia à Reims sous Gerbert, et fut sacré évêque de Laon par l'archevêque Adalbéron en 977.

Accusé d'avoir des relations avec la reine Emma, il comparut devant le synode de Sainte-Macre présidé par le métropolitain. Après la prise de Laon, par Charles, duc de Lorraine (988), il fut jeté en prison, s'échappa et se rendit auprès du roi Hugues Capet. 

Un moment il feignit de se rapprocher de Charles de Lorraine et d'Arnulf, archevêque de Reims; il fut alors rétabli sur son siège épiscopal; puis, trompant Charles et Arnulf par de fausses promesses de fidélité, il les attira dans sa ville et les livra tous deux à Hugues Capet (991). 

Adalbéron assista au concile de Saint-Basle (17 juin 991) où fut déposé Arnulf et eut des démêlés avec Gerbert, devenu archevêque de Reims. 

On a de lui un poème satirique sur l'état du royaume, dédié au roi Robert, rédigé sous forme de dialogue, publié d'abord par Valois à la suite du Carmen pangyricum in laudem Berengarii,1663, in-8, ensuite dans le Recueil des Historiens de France, t. X, p. 64, et enfin par Migne, Patrologie latine, t. CXLI, p. 767. (M. Prou).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2014. - Reproduction interdite.