.
-

Pygmalion (personnage de la mythologie grecque et romaine). - Sculpteur qui vivait à  vivait à Amathonte, dans l'île de Chypre. Passionné pour son art, il se plaisait uniquement parmi ce monde muet de statues que son ciseau avait créées. On attribuait sa misanthropie au dégoût que lui avait causé la conduite des Propoetides. Ces jeunes filles d'Amathonte qui avaient osé nier la divinité d'Aphrodite; pour les punir, la déesse leur avait inspiré une telle impudicité, que, perdant toute honte, elles se prostituaient à tout venant; elles finirent par être changées en rochers. 

Pygmalion fuyait donc la société des femmes, mais n'en honorait pas moins Aphrodite d'un culte fervent. Il advint qu'il tailla dans l'ivoire une statue de femme à laquelle il donna le nom de Galatée, et d'une beauté si extraordinaire qu'il en tomba amoureux. 
Il pria Aphrodite de l'animer. Elle obtempéra à ce désir, et Pygmalion épousa la créature : de leur union naquit Paphos. Ovide (Métamorphoses, liv. X) a décrit en vers charmants la métamorphose de Galatée en femme. On a vu dans ce mythe l'enthousiasme naturel de l'artiste pour le produit de son intelligence, l'effet de son illusion sur la valeur de l'oeuvre, ou bien encore la puissance créatrice de l'art poussée aux dernières limites de sa perfection. (P- s.).
-

J.-J. Rousseau a écrit une scène lyrique intitulée Pygmalion. Goethe a aussi traité le même sujet. On a de Falconnet, sculpteur du XVIIIe siècle, un Pygmalion estimé, et du peintre Girodet un tableau de Pygmalion et Galatée (1819), qui obtint un succès populaire. Un opéra-comique de Galatée, composition distinguée de Victor Massé, a été représenté à Paris en 1832.
Pygmalion. - Ce nom a été donné par Virgile à un roi de Tyr, fils de Belus et frère de Didon.
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2006. - Reproduction interdite.