.
-

Persée

Persée est un héros grec, fils de Danaé  et de Zeus, ou de Proitos, son oncle (Schol. Il., 14, 319; Apollodore, 2, 4, 1). Akrisios, roi d'Argos, père de Danaé, craignant sur la foi d'un oracle d'être détrôné par son petit-fils, avait enfermé sa fille. La légende de Zeus métamorphosé en pluie d'or pour parvenir jusqu'à elle est bien connue. Danaé mit au monde Persée. Akrisios, averti, fit enfermer la mère et l'enfant dans une caisse que l'on jeta à la mer. Le flot porta le coffre sur les côtes de l'île de Sériphos ou il s'embarrassa dans les filets du pêcheur Dictys, frère du roi Polydectès (Diodore de Sicile, V, 62, la légende de Rhoio, fille de Staphylos, de Kastabos en Asie Mineure; séduite par Apollon, enfermée dans un coffre, jetée à la mer et portée à Délos).
-
Persée et les Gorgones
Persée vainqueur des gorgones.
(Illustration de Walter Crane, 1913).

Polydectès aima ou épousa (Hyginus, fab. 63) Danaé. Pour se débarrasser de Persée, il lui donna l'ordre d'aller couper la tête de la Gorgone Méduse, qui pétrifiait ceux qui la regardaient en face. Pour venir à bout de cette entreprise, Persée devait recevoir des dieux une gibecière (kidisis) pour cacher la tête coupée, un sabre magique, la arpè, en forme de faucille, le casque d'Hadès qui devait le rendre invisible, et des talonnières.

Aidé par Hermès et Athéna, il surprit les Grées, Enyo et Péphrédo, filles de Phorcys; elles n'avaient qu'un oeil qu'elles se passaient alternativement, il le leur prit au moment de l'échange et il les contraignit alors de lui montrer et le chemin de la demeure des Nymphes, qui détenaient l'équipement magique, et celui qui menait chez Méduse. Protégé par Athéna qui tient derrière lui un miroir, grâce auquel il peut se guider tout en détournant la tête, il aborde la Gorgone pendant son sommeil et la tue. 

Une métope de Sélinonte, maintes fois reproduite, représentait la scène. Du sang bouillonnant de la Gorgone naquirent Chrysaor et Pégase. Poursuivi par les soeurs de Méduse, Sthéno et Euryalé, Persée s'enfuit, monté sur Pégase et vint porter, à Sériphos, la tête coupée à Polydectès.

Un autre épisode du mythe de Persée le représente porté par sa course folle jusque sur la côte de l'Ethiopie (cette Ethiopie était identifiée par les anciens avec Joppe-Jaffa). Andromède, fille du roi du pays, Képheus (Céphée), et de Cassiopée, était exposée sur un rocher, livrée, en victime expiatoire, à un monstre qui ravageait le pays. Persée tue le monstre avec la arpè la tête de Méduse ou à coups de pierres. 

Vainqueur du monstre, Persée délie Andromède, la ramène à son père et l'épouse. Un autre personnage, Phineus, semble jouer dans cette histoire, comme dans les mythes du même type, le rôle de prétendant malheureux. Après son mariage, Persée revient à Sériphos où Polydectès persécutait Danaé; il pétrifie Polydectès et ses amis, fait de Dictys le roi de l'île, s'établit avec Danaé et Andromède et poursuit Akrisios pour en tirer vengeance. Selon une autre version, s'étant rendu à Larisse pour y prendre part à des jeux publics, il eut tua par accident d'un coup de disque Akrisios, sans le connaître. Il succéda à ce prince sur le trône d'Argos

Telle est la légende réduite à ses termes les plus simples. Des traditions locales et des étymologies fantaisistes l'ont compliquée d'épisodes paralèles. Près d'Argos, Persée avait vaincu les Ménades (Pausanias, II, 90); il avait institué le culte de Zeus Apesantios  et fondé Mycènes. Suivant une légende italique, le coffre de Danaé avait abordé sur la côte du Latium. Héros local de Sériphos et de l'Argolide, l'étymologie avait fait de Persée l'ancêtre des Perses (Hérodote, I, 150). Pausanias de Damas, fragment 4, raconte qu'il vint du fond de la Perse offrir un sacrifice sur les bords de l'Oronte on la colonie des Ionites était désolée par une inondation. 

Persée fut père d'Alcée, de Sthénélos et d'Electryon. Il fut après sa mort placé au ciel, où il forme la constellation qui porte son nom (Persée) .

Au point de vue de l'interprétation symbolique des mythes, Persée est généralement considéré comme un héros solaire, ennemi des puissances de l'abîme. La comparaison de la légende de Persée avec les légendes sémitiques a fait voir en lui depuis longtemps un héros d'origine orientale. Heinrich Lewy (Semitische Fremdwörter) explique le nom de Persée par le mot hébreu parrâsh, cavalier. 

La légende de Persée appartient à la série nombreuse des légendes de héros tueurs de monstres et sauveurs de femmes. Elles ont été groupées et étudiées dans l'excellent ouvrage de Sidney Hartland, The Legend of Perseus, Londres, 
Eschyle et Sophocle ont écrit des pièces se référant à certains épisodes du mythe des Persées où ils ont usé assez librement des données mythologiques.  Dans l'art et dans la littérature modernes, rappelons simplement : le Persée de Lully et Quinault; l'Andromède de Thomas Corneille; le Persée de Benvenuto Cellini, à Florence; le Persée délivrant Andromède de Puget, au Louvre; quatre tableaux de Piero di Cosimo, aux Uffizi, et l'Andromède attachée au rocher de Titien. (H.Hubert).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2014. - Reproduction interdite.