.
-

Les Ordres mendiants
Aperçu
Carmes
Dominicains Franciscains
Augustins
Les religieux des ordres mendiants vivent ou doivent vivre d'aumônes. Les Carmes, les Dominicains, les Franciscains et les Augustins étaient spécialement appelés les quatre mendiants, parce que leur statut primitif les obligeait à mendier, et leur interdisait la possession de tout revenu assuré. Le concile de Trente les dispensa de cette loi, à l'exception des Capucins et des prêtres mineurs de l'étroite observance, qui formaient des branches de l'ordre de Saint-François; mais il ordonna aux autres de conserver la quête, comme monument de leur ancienne discipline. 

Dans la notice relative à l'Ordre de Saint-François, nous avons mentionné les dissensions suscitées par la question de la pauvreté absolue et de la possession des biens. Parmi les ordres mendiants, des canonistes complaisants distinguaient ceux pour qui l'interdiction de posséder résultait de leur règle, et ceux pour qui elle ne résultait que de constitutions ajoutées à cette règle. La première catégorie ne comprenait que les Franciscains. Néanmoins, les lois ecclésiastiques traitaient les religieux de tous les ordres mendiants sans distinction comme incapables de posséder aucun bénéfice, et elles maintenaient cette incapacité, même lorsque ces religieux passaient à d'autres ordres. Une dispense du pape pouvait les en relever; mais une déclaration de Charles VII (1443), constamment appliquée par les parlements, statuait que cette dispense était nulle dans le royaume et abusive, si elle n'avait pas été approuvée par lettres patentes du roi. Lorsque cette approbation était accordée, elle était ordinairement limitée à un seul bénéfice ou même à une seule pension. 

Carmes.
Les Carmes sont un ordre religieux, originaire du mont Carmel, d'où il tire son nom, fut formé au commencement du XIIe siècle, reçut, en 1209, une règle d'Albert, patriarche de Jérusalem et fut confirmé en 1227 par le pape Honorius; il fut introduit en Europe par Saint Louis en 1238. Les Carmes vivaient cloîtrés, observaient le silence et se livraient au jeûne et à la prière. Ils portaient une robe brune et une chape blanche avec des barres de couleur brune, d'où le nom de Barrés qu'on leur donnait aussi. On a distingué parmi les Varmes, les Carmes mitigés et le Carmes déchaussés :

Carmes mitigés. - Religieux institués en 1432, suivaient la règle des Carmes, adoucie par Eugène IV.

Carmes déchaussés. - Congrégation religieuse établie au XVIe siècle, n'était qu'une réforme des Carmes. Cette réforme fut d'abord appliquée à des couvents de femmes par Sainte Thérèse, 1562 (Carmélites); puis cette sainte, aidée de Saint Jean de la Croix, l'introduisit dans les couvents d'hommes. Ces Carmes marchaient pieds nus (d'où leur nom).

Dominicains.
Les Dominicains ou Frères Prêcheurs sont un ordre religieux de la règle de Saint-Augustin, fut fondé par Saint Dominique, à Toulouse, en 1215, et approuvé la même année par le pape Innocent III. Il reçut pour mission de prêcher et de convertir les hérétiques. Les fonctions inquisitoriales furent ajoutées en 1233 à ses attributions. L'ordre les Dominicains se répandit bientôt dans toute la chrétienté et forma un grand nombre de maisons distribuées en 8 provinces : Espagne, Toulouse, France, Provence, Lombardie, Rome, Allemagne, Angleterre. Il s'introduisit dès 1218 à Paris, ou les Dominicains furent connus sous le nom de Jacobins, parce que leur couvent était rue Saint-Jacques. Cet ordre a fourni un grand nombre de papes et de personnages célèbres : Albert le Grand, Saint Thomas d'Aquin, Raymond de Penafort, Vincent de Beauvais, Caïetan, Dom. Soto, etc. Il soutint une longue rivalité avec celui des Franciscains. Supprimés en France en 1790, les Dominicains se conservèrent dans les autres pays catholiques, notamment à Rome, où ils ont un couvent célèbre, qui leur sert de chef-lieu. Ils ont été réintroduits en France par le Père Lacordaire (1841). Ils portent une robe blanche, avec scapulaire et capuchon de même étoffe, et ont un rosaire ou un chapelet suspendu à leur ceinture. Touron a écrit l'Histoire des hommes illustres de l'ordre de Saint Dominique, Paris 1743..

Franciscains
Les Franciscains, Frères mineurs, ou Minorites, comme ils s'appelaient eux-mêmes par humilité sont un ordre religieux, fondé en 1208 par Saint François d'Assise, à la Portioncule d'Assise, faisait voeu de pauvreté et renoncent à tous les biens de ce monde c'est un des ordres mendiants. Ils portaient un froc gris, de laine grossière, avec une ceinture de corde et un capuchon court et arrondi. Ils avaient le droit de se livrer dans leurs églises à la confession et à la prédication. Ces religieux, protégés par les papes, se répandirent par toute l'Europe, et comptèrent bientôt des milliers de monastères, enrichis par la piété des fidèles. De leur sein sortirent des hommes célèbres, tels que Saint Bonaventure, Boger Bacon, Duns Scot, Alexandre de Hales, Saint Antoine de Padoue. Les papes Nicolas IV, Alexandre V, Sixte IV, Sixte-Quint et Clément XIV appartenaient aussi à l'ordre des Franciscains. 

Les Franciscains étaient en rivalité avec les Dominicains surtout depuis leur introduction dans les chaires de l'Université de Paris. Les deux ordres eurent pour principaux champions, chez les Franciscains Duns Scot, chez les Dominicains Saint Thomas, qui pendant longtemps divisèrent l'école en Scotistes et Thomistes. 

Cet ordre a donné naissance à une foule de communautés particulières, soit d'hommes, soit de femmes. Les plus connues sont, pour les hommes, les Pères de l'Observance, moines déchaussés, fondés en Italie en 1363, par Paul de Foligno; les Récollets ou recueillis (recollecti), et les Cordeliers, noms que prirent les Franciscains établis en France; les Capucins, qui se distinguaient par une longue barbe et un capuchon pointu; les Minimes, les Célestins, etc.; pour les femmes, les Urbanistes, établies en 1260 à Longchamps, près de Paris, par Sainte Isabelle, et confirmées par Urbain II; les Capucines; les Clarisses ou Déchaussées. 

En 1221, Saint Francois avait fondé en outre un Tiers-Ordre pour les séculiers qui voulaient prendre le cordon des Frères Mineurs; c'est de cet ordre que sortirent les Béguins ou Fraticelli, et les Picpuces, ainsi appelés du monastère de Picpus (Paris), où ils s'établirent. La totalité des religieux des deux sexes de Saint-Francois était au XVIIIe siècle de 115000 moines et de 28000 nonnes, répartis dans 8000 couvents. Ils disparurent de France, avec les autres ordres religieux, en 1790, mais ils subsistent encore ailleurs surtout en Italie et dans l'Amérique espagnole; quelques-uns même ont reparu en France à partir de 1850. Les Franciscains sont les gardiens du Saint-Sépulcre à Jérusalem.

Augustins.
Les Augustins sont un ordre de religieux, qui fait remonter leur origine à une société d'ermites ou de clercs réguliers fondée par Saint Augustin, mais qui, dans la réalité, parurent pour la première fois au XIIe s. Ils furent réunis en un seul corps en 1256, par le pape Alexandre IV, qui leur donna Lanfranc pour général. C'est de cet ordre que sortit Martin Luther. Les Augustins se vouaient surtout à la prédication, rivalisant avec les Dominicains. Ils portaient dans l'origine un vêtement gris comme les Franciscains; ils prirent dans la suite un vêtement noir ou blanc, à larges manches, attaché autour du corps par une ceinture de cuir. En 1574, la réforme de Thomas de Jésus, Portugais, donna naissance aux Augustins déchaussés, qui marchaient pieds nus, et qui se répandirent bientôt en France et en Italie

Avant 1789, il y avait à Paris trois célèbres couvents d'Augustins les Grands-Augustins, établis dès 1259, et qui ne relevaient que de Rome (leur couvent situé sur l'emplacement de la rue Dauphine actuelle et du marché de la Vallée, servit souvent aux assemblées du clergé et du parlement); les Petits-Augustins, dont le couvent, bâti en 1606 par Marguerite de Valois, est devenu l'hôpital de la Charité; les Augustins déchaussés, appelés aussi Petits-Pères, à cause de la petite taille des PP. Fr. Hamet et Matthieu de Saint-François, qui bâtirent ce couvent, en 1629, près de la place des Victoires (rue des Vieux-Augustins). (Augustines).

Autres ordres mendiants.
Pour compléter la liste des ordres mendiants, il convient d'ajouterà ceux qui ont été précédemment indiqués les ordres ou congrégations plus modernes des religieux de la Merci, des trinitaires, des servites, des hiéronymites, des hospitaliers de Saint-Jean de Dieu et le tiers ordre de la Pénitence ou des déchaussés. (E.-H. Vollet).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.