.
-

Propriétés occultes (Alchimie). - C'était une opinion très répandue au Moyen âge, et provenant, disait-on, d'Aristote, que « toute chose douée d'une qualité apparente possède une qualité occulte opposée, et réciproquement. Le feu rendait apparent ce qui est caché, et inversement ». « Transforme leur nature, car la nature est cachée à l'intérieur, » disait le faux Démocrite. 

Les Arabes et leurs disciples précisent davantage. Dans ses qualités apparentes, le fer est chaud, sec et dur. Dans sa constitution secrète, il possède les qualités opposées, la mollesse, par exemple. Réciproquement, ce qui est, quant aux apparences, mercure est fer dans son intimité. Ce qui est extérieurement du cuivre est intérieurement de l'or et comme l'âme du métal. Dans n'importe quelle chose toute chose existe en puissance, même si on ne l'y voit pas. Pour accomplir la transmutation, il suffit donc de faire disparaître certaines qualités.

Le cuivre, d'après Rhazès, est de l'argent en puissance : celui qui en extrait radicalement la couleur rouge le ramène à l'état d'argent, etc. Toute cette théorie des qualités occultes a joué un grand rôle, au Moyen âge, en philosophie et en médecine, aussi bien qu'en alchimie. (M. B.).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.