.
-

Naasséniens. - Secte gnostique. Leur nom vient du terme sémitique nahas qui signifie «-serpent ». Ce sont donc les ophites (ophis = serpent) proprement dits, bien que ce nom s'emploie mieux pour désigner le groupe de toutes les sectes ophiolâtres du gnosticisme. Le berceau des naasséniens paraît avoir été la Phrygie. Ils admettaient comme principe premier l'humain, « être des êtres », « moteur universel et immobile ». Au-dessous de lui, il y a le Fils de l'humain ou Adamas, qui semble parfois se confondre avec le premier. 

Adamas est androgyne; de lui sort le courant de toute vie et « s'écoulent » à la fois la substance de tout être et la forme qui individualise l'être, c.-à-d. la matière et l'esprit. Il y a peu d'intérêt à détailler la série des émanations d'éons qui procèdent d'Adamas. L'un d'eux, Yaldebaôt (fils du Chaos) - d'autres lisent El-Chadday (Dieu tout-puissant) - est identifié à Yahveh, le Dieu des Hébreux, qui crée le monde et l'humanité. Celle-ci se laisse séduire par la Sophia (= Science). 

Le Christ intervient, informe les humains de l'existence du Père invisible et finit par ramener au principe premier ceux qui se laissent éclairer. Comme chez tous les ophites, le serpent tenait une grande place dans le culte et dans le symbolisme des naasséniens. Les gnostiques dont parle Irénée (Adv. haeres., I, 10,1; 31,2) sont apparemment un rameau des naasséniens, que combat Hippolyte (Philosoph., V, pp. 432 et suiv.).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.