.
-

Lilith

Lilith est une sorte de larve ou démon femelle. Ce mot (en hébreu : lilit) ne se lit qu'une seule fois dans la Bible hébraïque. Il  y sert à désigner un oiseau nocturne, très probablement le chat-huant. En le traduisant par lamia (Is., XXXIV, 14), les Septante et saint Jérôme semblent se conformer à une croyance populaire : le peuple, ignorant le sens primitif du mot lilit, le prenait pour le nom d'une espèce de monstre nocturne. Les rabbins firent plus tard de Lilith une première épouse infidèle d'Adam, devenue la première des quatre femmes du Diable et la persécutrice des nouveau-nés. Lilith en effet détestait la descendance d'Eve, qui l'avait remplacée auprès d'Adam. 
-
Collier : Lilith.
Lilith, par John Collier (1892)

La croyance à son pouvoir néfaste devint si enracinée chez les Juifs, surtout ceux d'Allemagne, que, quand une femme allait accoucher, le père de famille ou quelque autre personnage connu pour sa piété, écrivait à la craie sur les quatre murailles de l'appartement d'une femme en couches, ces quatre mots :  Adam, Eve; hors d'ici, Lilith. Ils y ajoutaient les noms de trois anges protecteurs de la santé des humains, appelés Senoï, Sansnoï, Sammangloph, et quiqui, chargés de noyer Lilith dans la mer Rouge, l'avaient épargnée à condition qu'elle ne fit aucun mal aux enfants, là où elle verrait leurs noms écrits. La nuit qui précédait la circoncision de l'enfant, on écartait Lilith par des lectures pieuses.

La première femme.
On l'a dit, une tradition veut que ce démon ait été la première femme d'Adam. On lit dans le livre intitulé Ben-Sira :

Le Tout-Puissant ayant créé l'homme, dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Alors il forma de terre une femme, de même qu'il avait créé Adam, et l'appela Lilith. Mais des querelles incessantes ne tardèrent pas à troubler le ménage de notre premier père; Lilith refusant de se soumettre à son mari, sous prétexte qu'ayant été créés tous deux de la même manière, ils étaient égaux en autorité. Enfin Lilith prononça le nom incommunicable de Dieu et prit son vol à travers les airs. Ce que voyant Adam, il adressa sa prière à Dieu et lui dit : Seigneur du monde, la femme que vous m'avez donnée s'est envolée d'auprès de moi. Aussitôt le Tout-Puissant envoya trois anges à sa poursuite pour la ramener, en leur disant : Si elle consent à revenir sous le toit conjugal, à la bonne heure; sinon , tous ses enfants mourront, et chaque jour elle en verra périr une centaine.
-
La Reine de la Nuit babylonienne.
La Reine de la Nuit mésopotamienne, peut-être le modèle
de Lilith. Terre cuite babylonienne (1750 av. J.-C).
British Museum.

Les anges la poursuivirent donc, l'atteignirent au milieu des vagues de la mer, et lui firent part des ordres du Très-Haut; mais elle refusa d'y obtempérer. - Nous allons te submerger dans les flots, lui dirent les anges. - Laissez-moi, répondit-elle, car je n'ai été créée que pour tourmenter les femmes en couches. Pendant huit jours, à dater de la naissance, j'aurai pouvoir sur leur fruit, si c'est un garçon, et pendant vingt jours, si c'est une fille. En entendant ces paroles, les anges voulurent accomplir leur menaces, mais elle les adjura au nom du Dieu vivant et vivifiant, leur promit que tant qu'elle verrait ces anges ou leurs noms, ou leurs images, elle ne ferait aucun mal aux nouveau-nés, et consentit à perdre chaque jour cent de ses propres enfants. En conséquence il meurt chaque jour cent démons; et les Juifs inscrivent les noms des trois anges sur une amulette qu'ils font porter aux enfants. Lilith les voit, se rappelle son serment, et les enfants sont épargnés.

On a rapproché ce démon des stryges, sorte d'oiseaux monstrueux ou de vampires, qui, d'après la croyance des Latins, enlevaient les petits enfants de leurs berceaux, en l'absence de la nourrice, et leur suçaient tout le sang. (A19).
-
Adam, Eve et Lilith (enluminure du Moyen âge).
Lilith, entre Adam et Eve (illustration d'un manuscrit médiéval).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.