.
-

Joël

Joël  (personnage de la Bible). - Le second des douze petits prophètes, dans le texte hébreu de l'Ancien Testament, dans celui de la Vulgate, et le quatrième dans celui des Septante. Ses prophéties, écrites en hébreu, forment, en trois chapitres, un des livres canoniques de l'Ancien Testament.
-
Le prophète Joel.
Le prophète Joël, d'après Michel-Ange.
(Chapelle Sixtine).
Le Livre de Joël.
Les quelques pages qui figurent au recueil des douze petits prophètes de la Bible hébraïque sous le nom d'un certain « Joël, fils de Péthuel » qui vivait dans le royaume de Juda et par ailleurs inconnu, sont intéressantes à étudier, d'abord parce qu'elles sont d'une facture élégante et d'une facile intelligence, ensuite parce qu'on y démêle très aisément les procédés de cette littérature pseudonyme ou pseudépigraphe, qui fut cultivée avec tant d'amour par le judaïsme post-exilien dans les quatre siècles qui précèdent l'ère chrétienne. En effet, l'inauthenticité ou modernité du livre de Joël est reconnue par la plupart des critiques et, d'autre part, il n'est pas douteux que son auteur n'ait voulu faire passer son écrit pour une oeuvre fort ancienne; la synagogue a même consacré cette prétention en pIaçant Joël avant Amos, ce qui a engagé autrefois la critique à revendiquer pour cette composition agréable, mais nullement antique de langue et d'inspiration, la date du IXe siècle avant notre ère. Aujourd'hui on la rapporte à un auteur inconnu du IVe ou, plutôt encore, du IIIe siècle av. J.-C. 

Dans l'ensemble, l'écrivain s'est proposé de décrire ce qu'on appellera plus tard le Jugement dernier, c.-à-d. la crise suprême dans laquelle Yahvéh interviendra comme juge pour punir les méchants, notamment les nations ennemies des Israélites, et pour inaugurer glorieusement l'ère messianique. Mais, dans les perspectives qu'il énonce, il n'y a pas de progression bien sensible; c'est plutôt une série de tableaux, dans lesquels l'écrivain reprend son thème fondamental en en variant les aspects, en en distribuant les éléments d'une façon différente. Prenant texte d'une invasion de sauterelles (imitée d'une des plaies d'Égypte) et de la dévastation qui en a été la suite, le prophète se plaint qu'on soit dans l'impossibilité de présenter désormais offrandes ou libations dans le temple de Jérusalem; il engage les prêtres à multiplier les marques de deuil, à publier un jeûne, à convoquer dans le Temple les anciens du pays afin d'implorer la clémence divine. 

Reprenant ici le thème de l'invasion des sauterelles, l'auteur en montre, dans un morceau d'une forme achevée, les désastreuses conséquences; c'est le terrible et redoutable « jour de Yahvéh ». Mais le repentir sincère du peuple parviendra à fléchir le courroux céleste; la famine prendra fin, la fertilité reviendra; les sauterelles, cause première de la dévastation, seront jetées hors du pays. Une ère de prospérité inouïe succédera aux menaces qui ont failli amener la perte de Jérusalem et des fidèles. Un second tableau débute par la promesse de l'effusion de l'esprit divin, qui sera donné à tous dans la mesure la plus abondante. Des prodiges effroyables marqueront l'arrivée du « jour de Yahvéh »; le salut sera seulement sur la montagne du Temple, où Yahvéh abritera ses fidèles. Au suprême assaut tenté par les nations étrangères contre Jérusalem, Yahvéh opposera son bras invincible, et les fils d'Israël, groupés autour du Temple, jouiront désormais, sous la direction immédiate de la divinité, d'une paix et d'une prospérité sans égales. 

Ce sont là ce qu'on pourrait appeler des exercices de rhétorique sacrée sur un thème cher à l'imagination juive après que la restauration des services du culte eut été opérée par les soins d'Esdras et de Néhémie; le court livre de Joël suppose ces services parfaitement organisés de longue date. C'est une sorte de résumé de l'apocalyptique ou de l'eschatologie au IIIe siècle avant notre ère. (M. Vernes).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.