.
-

Le symbolisme des gemmes

Les pierres sont souvent chagées de symbolisme, mais c'est encore plus vrai pour celles que l'on appelle des gemmes. Ainsi, les douze pierres du Rational hébraique correspondent dans la Bible aux douze tribus d'lsraël. Au Moyen âge, elles symbolisent, les douze apôtres, les douze mois de l'année. Chez les Hindous, les sept pierres de Bouddha, l'or, l'argent, la perle, le iavakit (le corindon), l'oeil de chat, le diamant, le corail, répondent aux sept planètes; dans l'école d'Alexandrie, aux vingt-quatre lettres de l'alphabet sont attachées les vingt-quatre pierres de l'Hermès; aux quinze étoiles, les quinze pierres du Livre d'Enoch. Guillaume Durand, dans son Rational, développa singulièrement ces idées et, à cette époque, le symbolisme prend toute son extension.

La médecine et la magie, dans l'Antiquité comme au Moyen âge, se tiennent étroitement. Il ne doit pas être ici question des électuaires de poudre de pierres précieuses, tel qu'il s'en rencontre dans les Comptes d'Isabeau de Bavière, en 1420, par exemple; ils rentrent dans le domaine de la médecine pure; mais les plus grandes vertus médicales et magiques étaient attribuées à la seule possession des gemmes. on peut ainsi les résumer : 

L'agate donne de la vigueur aux vieillards, étanche le sang, rend éloquent et invisible; l'améthyste donne du courage, empêche l'ivresse; le balais (rubis) défend contre les ennemis et les bêtes malfaisantes; le béryl guérit les échauffements du foie, la fièvre, donne au mari de l'amour pour sa femme; la calcédoine rend vigoureux, éloquent, fait gagner les procès; la chrysopade rend aimable et gai; le corail est le préservatif de la grêle et de la foudre; la cornaline arrête le flux du sang, le flux du ventre; le diamant empêche les mauvais rêves, chasse les fantômes, empêche de se casser les membres; l'émeraude, recommandée pour les yeux, doit être portée contre la goutte; elle accroît les richesses, rend éloquent, protège contre les tempêtes; la chrysolithe rend les puissants favorables, combat le diable; l'héliotrope étanche le sang, défend contre le venin, fait bouillir l'eau et rend invisible; la jargonce est rafraîchissante, rend heureux, prudent et vous fait faire bon accueil ; elle guérit de la peur; le jais, qui est excellent pour les bosses, pour les dents, pour les maux de ventre, défend contre les enchantements; le jaspe étanche le sang, guérit la fièvre, l'hydropisie, facilite les accouchements, écarte les fantômes; le ligure est excellent contre la jaunisse, les douleurs, pour les yeux, rend les femmes aimables; l'onyx fait saliver, accroît les richesses, fait rêver aux amis morts; le rubis rend vigoureux, est excellent pour les yeux, pour le coeur, combat la paralysie, l'hydropisie, rend éloquent, met la concorde dans les ménages; le saphir guérit les enflures, la jaunisse, fortifie les yeux, fait tomber les murs des prisons; la topaze, enfin, combat la luxure. (A19).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.