.
-

Flamine

Le flamine était, dans l'ancienne Rome, le prêtre affecté au culte d'une divinité déterminée (Religion romaine). Son nom, flamen (filamen), venait, d'après les anciens, du fil de laine (filum) qu'il devait toujours porter soit sur son bonnet pointu, apex, soit autour des cheveux ; on rattache plutôt ce mot au verbe flare, le flamine étant le prêtre qui « souffle » le feu sur l'autel. A l'époque des origines, que la tradition fait remonter à Numa, pour ce sacerdoce comme pour toutes les institutions religieuses, les flamines étaient au nombre de quinze. 

L'époque classique connut surtout trois flamines, les flamines majores, le flamen Dialis (de Jupiter), le flamen Martialis (de Mars), le flamen Quirinalis (de Quirinus). Tous trois étaient nommés par le grand pontife et restaient toujours dans une étroite dépendance du collège pontifical. Le premier des trois grands flamines était le flamen Dialis; les minutieuses observances qui lui étaient imposées le rendaient l'esclave de ses fonctions sacerdotales. Il devait être patricien, né d'un mariage par confarréation, ne jamais sortir de Rome, ne pas monter à cheval, éviter le contact ou la vue de tout objet impur, suivre exactement pour son costume, pour la coupe des cheveux et de la barbe, les prescriptions religieuses, renoncer à toute autre fonction publique. Les seules compensations qu'on lui accordait pour cet esclavage assujettissant, c'était de porter la prétexte, d'avoir un licteur, la chaise curule et un siège au Sénat. Malgré tout, ce poste était peu envié; il resta vacant, à la fin de la République, pendant soixante-quinze ans. Les flamines devaient être mariés sous le régime de la confarréation; le concours de leurs femmes (flaminica) était indispensable à leurs fonctions. Aussi le veuvage les obligeait-il à se démettre de leur ministère.

Des flamines proprement dits, majores ou minores, il faut distinguer : 

1° les flamines des curies, flamines curiales, qui étaient les prêtres des groupes constitutifs de la cité primitive; 

2° les flamines des diverses corporations sacerdotales, élus pour un an par chaque corporation (Sodalité), comme le flamen Arvalis (Frères Arvales); 

3° les flamines consacrés au culte des empereurs divinisés. 

Parmi ceux-ci, il y avait trois catégories de prêtres : les flamines perpetui, nommés probablement par l'empereur et voués au culte particulier d'un césar (de même les flaminicae pour le culte des princesses); le flamen Augustalis, qui, dans chaque province, présidait au culte de Rome et d'Auguste, et le flamen municipales ou perpetuus, qui remplissait le même office à l'intérieur de chaque cité. Ces deux derniers étaient nommés pour un an; ils se recrutaient dans les hautes classes des provinciaux. (G. L.-G.).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.