.
-

Les festivals
Le festival est une fête musicale dont l'origine vient d'Allemagne. Les festivals viennent de l'habitude des sociétés musicales de se réunir et de lutter ensemble. Les sociétés chorales venues des points les plus éloignés se réunissent et exécutent les principaux morceaux des maîtres allemands devant une foule immense attirée par la fête. 

Dans sa forme originelle, un festival dure trois jours : le premier est consacré à l'exécution d'un oratorio ou d'une symphonie; le second à l'audition d'ouvertures, symphonies, psaumes divers; le troisième jour est consacré spécialement à la musique de concert, airs d'opéra, quatuors, soli, harmonie instrumentale et vocale. Les Soengerbund organisent les festivals allemands vers l'époque de la Pentecôte avec le concours des différentes sociétés philharmoniques. Chaque ville de l'association est choisie à son tour pour la fête. 

Les premiers festivals datent de la fin du XVIIIe siècle; de 1786 à 1800, ces fêtes étaient tout à fait locales; un peu plus tard, les sociétés d'une ville invitèrent les sociétés voisines, puis les Liedertafeln, cercles de musique vocale, vinrent s'y joindre. A  partir de 1826, les festivals ont compris les fêtes de chant choral avec le concours des sociétés étrangères, et sont accompagnés de distributions de prix et d'exercices gymnastiques; elles sont parfois organisées en vue d'une fête nationale. Les festivals trouvèrent un excellent accueil en Suisse, où ils se multiplièrent : on cite, en particulier, la fête des chanteurs du lac de Zurich, qui se célèbre à tour de rôle dans chaque centre. Les festivals se sont beaucoup développés. De 1826 à 1846, on en compte près de 400 ; et depuis cette époque, leur nombre a continuellement augmenté. On compte souvent de des milliers de chanteurs et des dizaines ou des centaines sociétés qui y prennent part. 

La France n'a connu les festivals qu'à partir de 1846 : les premiers eurent lieu à cette époque au cirque des Champs-Elysées et comptèrent environ 1000 chanteurs. Les réunions suivantes se multiplièrent et la première réunion générale des orphéonistes de France eut lieu en 1857, au palais de l'Industrie en présence de Napoléon III : 172 sociétés y envoyèrent 3000 chanteurs. Citons encore le festival de l'Exposition universelle de 1867 qui dura huit jours. 

Les Anglais et les Américains ont aussi organisé des festivals dès le XIXe siècle; mais ces fêtes ont un caractère particulier; ce n'est pas une réunion d'associations musicales. C'est un concert monstre où l'on assemble dans une salle immense la plus grande quantité possible de chanteurs et d'instrumentistes, et où l'on joue le plus grand nombre possible de morceaux. Des festivals de ce genre ont été adoptés à Londres, à Liverpool, à Manchester, etc. On cite dans ce genre le colossal Haendel Festival qui eut lieu au Cristal Palace de Sydenham. Il y avait 2600 choristes, 1200 instrumentistes et 22 000 auditeurs; les virtuoses les plus célèbres étaient engagés pour les solos. L'exécution était naturellement très inférieure à celle des festivals allemands. Les Américains ont voulu à leur tour dépasser les peuples du continent et ont organisé à New York et à Baltimore des festivals où les choristes se comptaient par milliers. Il semble que ces fêtes avaient plus d'intérêt pour des curieux que pour de véritables musiciens. (Ph. B.).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.